Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Portraits de femmes - Coeur à corps
Théâtre de l'Ouest Parisien  (Boulogne-Billancourt)  mai 2012

Spectacle conçu, chorégraphie et mis en scène par Caroline Marcadé avec Dominique Valadié et Juliette Roudet accompagnées par le bassiste-compositeur Dayan Korolic.

Avec "Portraits de femmes", Caroline Mercadé, danseuse, chorégraphe, metteur en scène et professeur au CNSAD, a conçu un ambitieux projet chorégraphique conçu autour de la thématique classique de la féminité notamment dans son rapport avec le passage du temps, pour aborder comme elle l'indique "l'extrême beauté de la jeunesse, la gravité de la maturité et la soudaine légèreté de l'age vieillissant", et donc la novation du corps, et le corps des actrices pour les faire danser.

Un projet d'autant plus passionnant qu'il est articulé autour d'oeuvres picturales représentant l'éternel féminin dans tous les âges de la vie qui génèrent des rencontres, des incarnations, des divagations et des résonances entre des femmes entrées dans l'histoire de l'art par la grâce du peintre signataire et des comédiennes d'aujourd'hui par le biais tant de ressemblances physiques que de l'incarnation.

Dans le cadre du Festival Seules en scène qui se déroule au Théâtre de l'Ouest Parisien, elle présente, en création, les deux premières partitions réunies sous le titre "Coeur à corps", mettant en scène Dominique Valadié et Juliette Roudet, qui constituent deux superbes propositions.

Pour Juliette Roudet, dont la formation première, avant d'intégrer le Conservatoire National Supérieur d'Art Dramatique, fut celle de danseuse au Conservatoire Supérieur de danse de Paris puis au Centre national de danse contemporaine d'Angers a élaboré deux solos techniquement intenses qui libèrent de la toile projetée en fond de scène deux figures emblématiques de l'expressionnisme allemand dont elle a le visage menu mangé par des yeux immenses.

Il s'agit de "Marzella", la jeune adolescente avec un noeud blanc dans les cheveux, dont Ernst Ludwig Kirchner saisit l'érotisme ambigu qui se dégage du contraste entre le corps malingre et nu, et du visage grave lourdement maquillé avec la pose de petite fille sage, et "Mieze", la petite femme aguicheuse à peine sortie de l'adolescence qui attend la bonne fortune au café peinte par Otto Dix introduite par la chanson "Alabama Song" de Bertold Brecht et Kurt Weill.

Accompagnée par le musicien et compositeur Dayan Korolic, Juliette Roudet incarne la candeur parfois vénéneuse de la jeunesse qui se libère jusqu'à la transe sur une musique percussive aux rythmes primitifs qui, pour les cinéphiles, évoquera la danse fiévreuse de Brigitte Bardot immortalisée par Roger Vadim dans "Et Dieu créa la femme".

Avec Dominique Valadié, Caroline Marcadé propose de quitter les faubourgs populaires berlinois des années folles pour les salons feutrés de la riche bourgeoisie américaine de la fin du 19ème siècle.

Le lourd regard noir de la comédienne et sa capacité de métamorphose ont sans doute suscité l'appariement avec, d'une part, la toute jeune Cicely Alexander peinte par James Abbott McNeill Whistler dans la pose élégante de la jeune fille idéale, et, d'autre part, avec Lady Agnew of Lochnaw une des ladies beauties de John Singer Sargent.

Les deux personnages quittent tant le carcan de toile que le carcan social pour revendiquer leur liberté et la partition dansée est jalonnée d'extraits textuels qui dessinent des personnages en miroir : "Daisy Miller" de Henry James, jeune fille de bonne famille qui brave les interdits et préjugés de son milieu, une chanson, "Saturne", de Georges Brassens et le poème "Elsa-Valse" de Aragon qui exaltent la beauté de la femme dans sa maturité.

La mise en scène de Caroline Mercadé est comme toujours précise, nette et sans bavures et les deux magnifiques interprètes sont en parfaite symbiose avec le rythme poétique de ce singulier et réussi spectacle à la croisée des disciplines et des arts.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 9 août 2020 : Vacances, j'oublie tout

Il fait beau et chaud, on reste à l'ombre, on traine à la plage, mais si vous avez encore un petit moment pour jeter un oeil à Froggy's Delight, nous sommes toujours là. Voici le programme light et rafraichissant de la semaine.
petit bonus, le replay de la MAG (Mare Aux Grenouilles) numéro #1

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

Le compte-rendu de la 35ème édition du Festival Humour et Eau salée
et un spécial "Au Théatre ce soir dans un salon" avec les grands classiques de Barilet et Grédy :
"Peau de vache"
"Potiche"
"Folle Amanda"
"Le don d'Adèle"
"L'Or et la Paille"
et "Fleur de cactus" revisité par Michel Fau

Expositions :

en real life :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Voir le jour" de Marion Laine
"Le Défi du champion" de Leonardo D'Agostini
et at home avec des longs...
"2021" de Cyril Delachaux
"Les Robinsonnes" de Laurent Dussaux
"L'Ile aux femmes" de Eric Duret
"Quand j'avais 5 ans, je m'ai tué" de Jean-Claude Sussfeld
"The Storm" de Ben Sombogaart
...et des courts-métrages
"Odol Gorri" de Charlène Favier
"Poseur" de Margot Abascal

Lecture avec :

"Retour de service" de John Le Carré
"Un océan, deux mers, trois continents" de Wilfried N'Sondé
"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 9 août 2020 : Vacances, j'oublie tout
- 2 août 2020 : Une petite pause s'impose
- La Mare Aux Grenouilles #08
- 26 juillet 2020 : Que le spectacle (re)commence
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=