Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Portraits de femmes - Coeur à corps
Théâtre de l'Ouest Parisien  (Boulogne-Billancourt)  mai 2012

Spectacle conçu, chorégraphie et mis en scène par Caroline Marcadé avec Dominique Valadié et Juliette Roudet accompagnées par le bassiste-compositeur Dayan Korolic.

Avec "Portraits de femmes", Caroline Mercadé, danseuse, chorégraphe, metteur en scène et professeur au CNSAD, a conçu un ambitieux projet chorégraphique conçu autour de la thématique classique de la féminité notamment dans son rapport avec le passage du temps, pour aborder comme elle l'indique "l'extrême beauté de la jeunesse, la gravité de la maturité et la soudaine légèreté de l'age vieillissant", et donc la novation du corps, et le corps des actrices pour les faire danser.

Un projet d'autant plus passionnant qu'il est articulé autour d'oeuvres picturales représentant l'éternel féminin dans tous les âges de la vie qui génèrent des rencontres, des incarnations, des divagations et des résonances entre des femmes entrées dans l'histoire de l'art par la grâce du peintre signataire et des comédiennes d'aujourd'hui par le biais tant de ressemblances physiques que de l'incarnation.

Dans le cadre du Festival Seules en scène qui se déroule au Théâtre de l'Ouest Parisien, elle présente, en création, les deux premières partitions réunies sous le titre "Coeur à corps", mettant en scène Dominique Valadié et Juliette Roudet, qui constituent deux superbes propositions.

Pour Juliette Roudet, dont la formation première, avant d'intégrer le Conservatoire National Supérieur d'Art Dramatique, fut celle de danseuse au Conservatoire Supérieur de danse de Paris puis au Centre national de danse contemporaine d'Angers a élaboré deux solos techniquement intenses qui libèrent de la toile projetée en fond de scène deux figures emblématiques de l'expressionnisme allemand dont elle a le visage menu mangé par des yeux immenses.

Il s'agit de "Marzella", la jeune adolescente avec un noeud blanc dans les cheveux, dont Ernst Ludwig Kirchner saisit l'érotisme ambigu qui se dégage du contraste entre le corps malingre et nu, et du visage grave lourdement maquillé avec la pose de petite fille sage, et "Mieze", la petite femme aguicheuse à peine sortie de l'adolescence qui attend la bonne fortune au café peinte par Otto Dix introduite par la chanson "Alabama Song" de Bertold Brecht et Kurt Weill.

Accompagnée par le musicien et compositeur Dayan Korolic, Juliette Roudet incarne la candeur parfois vénéneuse de la jeunesse qui se libère jusqu'à la transe sur une musique percussive aux rythmes primitifs qui, pour les cinéphiles, évoquera la danse fiévreuse de Brigitte Bardot immortalisée par Roger Vadim dans "Et Dieu créa la femme".

Avec Dominique Valadié, Caroline Marcadé propose de quitter les faubourgs populaires berlinois des années folles pour les salons feutrés de la riche bourgeoisie américaine de la fin du 19ème siècle.

Le lourd regard noir de la comédienne et sa capacité de métamorphose ont sans doute suscité l'appariement avec, d'une part, la toute jeune Cicely Alexander peinte par James Abbott McNeill Whistler dans la pose élégante de la jeune fille idéale, et, d'autre part, avec Lady Agnew of Lochnaw une des ladies beauties de John Singer Sargent.

Les deux personnages quittent tant le carcan de toile que le carcan social pour revendiquer leur liberté et la partition dansée est jalonnée d'extraits textuels qui dessinent des personnages en miroir : "Daisy Miller" de Henry James, jeune fille de bonne famille qui brave les interdits et préjugés de son milieu, une chanson, "Saturne", de Georges Brassens et le poème "Elsa-Valse" de Aragon qui exaltent la beauté de la femme dans sa maturité.

La mise en scène de Caroline Mercadé est comme toujours précise, nette et sans bavures et les deux magnifiques interprètes sont en parfaite symbiose avec le rythme poétique de ce singulier et réussi spectacle à la croisée des disciplines et des arts.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 janvier 2020 : de De Gaulle à Rocard

Cette semaine encore beaucoup de choses à découvrir. D'un portrait de de Gaulle côté livre à l'affrontement Mitterand - Rocard au théâtre en passant par de la musique pop, classique et bien plus encore. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki
et toujours :
"Nougaro" de Babx, Thomas de Pourquery et André Minvielle
"True colors" de David Bressat
"Splid" de Kvelertak
"Bach, Handel : An imaginary meeting" de Lina Tur Bonet & Dani Espasa
"My favourite things", le podcast de Listen In Bed #8
"Turn bizarre" de Livingstone
"Le musc" de Petosaure
"En voyages" de Pierre Vassiliu
"Shadow in the dark" de Tiger & the Homertons
"Caipirinha" de Tiste Cool

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Una costilla sobre la mesa" au Théâtre de la Colline avec "Padre" et "Madre"
"L'Opposition - Mitterrand vs Rocard" au Théâtre de l'Atelier
"La Sextape de Darwin" au Théâtre La Bruyère
"hélas" au Théâtre de la Tempête
"Une histoire d'amour" à La Scala
"Le K" au Théâtre Rive-Gauche
"An Iliad" au Théâtre du Rond-Point
"Elephant Man" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Architecture" au Théâtre Les Gémeaux à Sceaux
"En couple (situation provisoire)" à La Folie Théâtre
"Les vagues, les amours, c’est pareil" au Centrequatre
"La Vie est belle" au Théâtre Le Lucernaire
"Philippe Meyer - Ma radio heureuse" au Théâtre Le Lucernaire
"Opérapiécé" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereu - aaAhh BiBi" au Théâtre Tristan Bernard
"Marion Mezadorian - Pépites" au Pont Virgule
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Mondrian figuratif au Musée Marmottan-Monet
"Vincenzo Gemito - Le sculpteur de l'âme vénitienne" au Petit Palais
"Toulouse-Lautrec résolument moderne"au Grand Palais

Cinéma avec :

"Le Réseau Shelburn" de Nicolas Guillou
Oldies but Goodies avec "Les Bostoniennes" de James Ivory dans le cadre de la rétrospective que la Cinémathtèque française consacre au réalisateur
et la chronique des sorties de janvier

Lecture avec :

"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy
et toujours :
"Celle qui pleurait sous l'eau" de Niko Tackian
"Je suis le fleuve" de T.E. Grau
"La prière des oiseaux" de Chigozie Obioma
"Sang chaud" de Kim Un Su
"Un millionaire à Lisbonne" de J.R. Dos Santos

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=