Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The Black Keys - The Cuts - The National
Bowery Ballroom  (New York City)  3 octobre 2004

Une affiche aussi alléchante ne pouvait déboucher que sur une grande soirée.

Réunir the Black Keys et the National, deux groupes, certes dans un registre un peu différent, parmi les groupes les plus excitants du moment, ne pouvait en soit être une mauvaise idée. Surtout qu'ils ont un point commun : la modestie, et le travail.

The Cuts comme mise en bouche. Plutôt plaisant, même si le groupe semble déjà vu quelque part, entre the Thrills pour les mélodies légères et la voix incertaine du chanteur, The Hives pour le gros son et la présence d'un clavier, une sorte de Supergrass bien moins mélodique.

The Cuts traversent la salle vide et grimpent sur scène. Alors on se dit "chouette ça commence, le public va enfin se montrer". Mais non. L'organisation des concerts est telle que le public, averti de la set list et de son planning rigoureusement respecté, ne montre son minois que pour les têtes d'affiche. Et tant pis pour les découvertes qui devront attendre pour la consécration. Nul doute que si The Cuts cartonne dans un an, plus de 30 personnes se proclameront fans des début pour avoir assister à leur concert avant tout le monde...

La musique des Cuts est bien écrite, même si la voix du chanteur pêche un peu. A suivre ou pas, mais rien de révolutionnaire.

Avant le concert de The National, c'est l'inquétude. Le public new yorkais va-t-il enfin se pointer? La réponse est oui, la salle se remplit dès la première chanson. Pendant 45 minutes, pas plus, le groupe va distiller son génie musical, ces chansons à l'écriture fine mais à l'atmosphère intense, tendre sur le début, tendue sur la fin.

Le groupe rallonge certains morceaux d'un passage instrumental digne des groupes de post-rock, digne de Manitoba ou, côté electro, Death in Vegas. "Murder Me Rachel", extrait de Sad Songs For Dirty Lovers, en est l'exemple le plus marquant. D'une introduction posée, les instruments montent en puissance, et la voix du chanteur s'énerve. La tension est intenable.The National est un groupe magique en concert. "Cherry Tree", extrait du mini album éponyme, sera l'apogée de ce concert.

Une oreille attentive aura entendu des morceaux inconnus, qui augurent certainement un album prochain.

Il faut ensuite se décharger de la lourde tension de The National, pour se plonger dans une toute autre atmosphère, moite, humide, crade. The Black Keys, un formidable groupe de l'Ohio, qui s'est fait connaître en 2002 avec Thickfreakness. Rubber Factory, sorti début septembre aux USA, est une surprenante confirmation de la capacité du groupe à allier blues et rock, à renouveler un genre dont on entend surtout les re-éditions. Les paroles sont moins mélancoliques que the National, les chansons plus courtes et sans progression. Mais quel bonheur que d'entendre leur introduction, soit trois accords de guitare, soit des percussions caractéristiques...

On s'imagine volontiers, depuis the Bowery Ballroom, salle moderne mais classieuse, dans un pick-up Chevrolet attendant le pompiste au milieu de la Lousianne. La radio crache un vieux blues, il fait chaud.

"10 A.M. Automatic", premier single de l'album, sert d'entrée en matière. L'atmosphère ne descendra pas jusque la fin du concert. Certaines mauvaises langues, analysant the Black Keys comme on analyse The White Stripes, dont la formation batterie/guitare est identique, jugeraient nécessaire l'apport d'une basse pour alourdir l'atmosphère. Elle est déjà bien lourde, et c'est la magie de ce groupe, que de créer sur scène, avec si peu de choses, une telle ambiance.

Ne ratez pas les Black Keys, ils vous apporteront un morceau de l'Amérique, sans ses inconvénients.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Attack & Release de The Black Keys
La chronique de l'album Brothers de The Black Keys
La chronique de l'album Turn Blue de The Black Keys
The Black Keys en concert à Bowery Ballroom (3 octobre 2004) - 2ème
The Black Keys en concert au Trabendo (5 octobre 2006)
The Black Keys en concert au Zénith (mercredi 25 janvier 2012)
La chronique de l'album Sad songs for dirty lovers de The National
La chronique de l'album Cherry Tree de The National
La chronique de l'album Kicking the national habit de Grand National
La chronique de l'album Alligator de The National
La chronique de l'album Boxer de The National
La chronique de l'album High Violet de The National
La chronique de l'album The National Health de Maximo Park
La chronique de l'album Trouble Will Find Me de The National
La chronique de l'album Sleep Well Beast de The National
The National en concert à La Guinguette pirate (22 juin 2003)
The National en concert à Mains d'Oeuvres (3 novembre 2003)
The National en concert au Nouveau Casino (11 juin 2004)
The National en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2005 (jeudi)
The National en concert au Café de la Danse (25 avril 2005)
The National en concert au Festival La Route du Rock 2005 (vendredi)
The National en concert au Trabendo (24 novembre 2005)
The National en concert à La Guinguette Pirate (13 décembre 2005)
The National en concert au Festival La Route du Rock 2007 (mercredi)
The National en concert au Festival La Route du Rock 2007 (jeudi)
The National en concert au Festival Furia Sound 2008
The National en concert au Festival International Benicàssim 2008
The National en concert au Festival International Benicàssim 2008 - 2ème
The National en concert au Festival La Route du Rock 2010 (dimanche)
The National en concert au Festival Pukkelpop 2010 (samedi 21 août 2010)
The National en concert au Festival BIME Live! 2014 (édition #2) - samedi 1er novembre
L'interview de The National (22 juin 2003)
L'interview de The National (3 novembre 2003)
L'interview en VO de The National(11 juin 2004)
L'interview de The National (11 juin 2004)
L'interview de The National (5 mai 2007)
L'interview de The National (avril 2010)


Xavier         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 8 décembre 2019 : Et si Noël n'avait pas lieu ?

Grève générale, transports bloqués, morosité ambiante, réchauffement climatique... Et si cette année Noël n'avait pas lieu ? Quoi qu'il en soit vous aurez largement de quoi vous réjouir avec notre proposition de découvertes culturelles hebdomadaires dès maintenant. Par ailleurs, suivez notre facebook pour gagner des places pour le concert de She Owl.

Du côté de la musique :

"The undivided five" de A Winged Victory for the Sullen
Rencontre avec Lofofora autour de leur album "Vanités"
"Fly fly" de Céline Bonacina
"Romantic sketches" de Fred Perreard Trio
"Not married anymore" de Hasse Poulsen
"Enfer et paradis" de Les Nus
"Une certaine urgence", émission #6 de notre podcast Listen In Bed
"De temps et de vents" de Bodh'aktan
"Building site" de Mata Hari
"Gréty : Raoul Barbe Bleue" de Orkester Nord, Martin Wahlberg
et toujours :
"D'où vient le nord" de Francoeur
"Other side effects" de Lion Says
"Black Cofvefe" 5eme volume des mixes en podcast de Listen in Bed
"Santa Maria Remix" de Carmen Maria Vega
"Paganini, Schubert" de Vilde Frang & Michail Lifits
"I don't want to play the victim, But i'm really good at it" de Love Fame Tragedy
"Little ghost" de Moonchild
"Los Angeles" de Octave Noire
"A blemish in the great light" de Half Moon Run
"Older" de Quintana Dead Blues eXperience
"C'est pas des manières" de The Glossy Sisters
"Zimmer" de Zimmer

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Architecture" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Elvira" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"New Magic People" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"A" à la Scène Parisienne
"Mister Paul" au Théâtre L'Atalante
"Deux amoureux à Paris" au Studio Hébertot
"Nobody is perfect" à la Scène Parisienne
des reprises :
"Allers-Retours" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Portrait de Ludmilla en Nina Simone" au Théâtre des Abbesses
"Métropole" au Théâtre de la Reine Blanche
"Chambre noire" au Monfort Théâtre
et la chronique des spectacles à l'affiche en décembre

Expositions avec :

"Marche et démarche - Une histoire de la chaussure" au Musée des Arts Décoratifs
"Helena Rubinstein - La Collection de Madame" au Musée du Quai Branly

Cinéma avec :

Les nouveautés de la semaine :
"La Vie invisible d'Euridice Gusmao" de Avénarius d’Ardronville
"Le Roi d'Ici" de Karim Aïnouz
Oldies but Goodies avec "Kanal" de Andrzej Wajda
et la chronique des films sortis en novembre

Lecture avec :

"Au plus près" de Anneli Furmark & Monika Steinholm
"Evolution " de Marc Elsberg
"L'amexique au pied du mur" de Clément Brault & Romain Houeix
"Rien que pour moi" de J.L. Butler
"Secret de polichinelle" de Yonatan Sagiv
et toujours :
"Le chant du bouc" de Carmen Maria Vega
"La tempête qui vient" de James Ellroy
"Le crime de Blacourt" de Daphné Guillemette
"Pas de répit pour la reine" de Frédéric Lenormand
"Stalingrad" de Antony Beevor
"Un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout" de Alice Munro

Froggeek's Delight :

"Oculus Quest" Le casque de réalité virtuel autonome

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 8 décembre 2019 : Et si Noël n'avait pas lieu ?
- 1er décembre 2019 : On prépare les cadeaux
- 24 novembre 2019 : Black Friday culturel
- 17 novembre 2019 : 4 ans déjà
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=