Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La triste fin du petit Enfant Huitre et autres histoires
Tim Burton 

La Triste Fin du petit Enfant Huître et autres histoires, parue en 1997, regroupent une vingtaine de textes, poèmes, fables ou courtes nouvelles, écrits et illustrés par le réalisateur américain Tim Burton dont le graphisme est élémentaire (traits légers et hésitants, dominance du grisé) avec des détails récurrents (bouches muettes aux lèvres suturées, yeux globuleux).

Pour Burton, l’enfance n’est pas une période bénie des dieux qui suit un chemin semé de pétales de roses, car on ne vit pas chez Mickey, et ce sont autant d’histoires que d’incursions dans l’univers des enfants cassés, différents, monstrueux.

Affublé d’handicaps toujours visibles ("L’Enfant Tâche"), ces enfants sont parfois d’apparences humaines mais monstrueux ("La Fille avec plein d’yeux", "L’enfant avec des clous dans les yeux", "La Fille qui fixait") et souvent des êtres fantastiques produits de croisements improbables (l’Enfant ancre, "l’Enfant Huitre", "L’Enfant Momie").

Têtes disproportionnées ("L’Enfant Brie"), crânes éclatés (Ll’Enfant Momie"), visages défigurés ("James"), corps délités (Ludovic l’Enfant Toxique), consumés ("JC le jeune Carbonisé"), broyés ("La Fille faite d’ordures"), avalés ("l’Enfant Huitre") et meurtris par les épingles ("La Fille Vaudou", "La Reine pelote d’épingles", "L’Enfant avec des clous dans les yeux") sont récurrents.

Ils s’accommodent plus ou moins bien de leur différence qui ne les gênerait pas vraiment si elle n’était confrontée à la normalité des autres et à leurs quolibets ("Benjamin surnommé le vilain gamin pingouin", "L’enfant Brie") ce qui peut les conduire jusqu’à la mort ("Tête de melon", "L’Enfant Momie").

Ils sont livrés à eux-mêmes et quand ils ont des parents, ce sont souvent des parents indignes qui les renient ("L’Enfant Robot"), le rejet pouvant aller jusqu’au meurtre ("l’Enfant Huitre").

Et puis, il y a de petites fables comme l’amour de Brindille pour sa chaude Allumette, l’abondance des larmes de la Fille avec plein d’yeux ou la Fille qui se transforma en lit.

C'est fantastique, burlesque, drôle, émouvant, horrible. grinçant. C'est Tim Burton.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

Abonnez vous à la Newsletter pour recevoir, outre les mises à jour en avant première, des infos de première importance et peut être des choses dont vous n'avez même pas encore imaginé l'existence et l'impact sur votre vie... et nous non plus.

se désabonner, changer son mail ... c'est ici!


» Contacter un membre ou toute
   l'équipe (cliquez ici)


Afficher les chroniques d'un membre :

Liste des chroniques... Cécile B.B.
Liste des chroniques... David
Liste des chroniques... Didier Richard
Liste des chroniques... Fred
Liste des chroniques... Jean-Louis Zuccolini
Liste des chroniques... Julien P.
Liste des chroniques... LaBat’
Liste des chroniques... Laurent Coudol
Liste des chroniques... Le Noise (Jérôme Gillet)
Liste des chroniques... Margotte
Liste des chroniques... MM
Liste des chroniques... Monsieur Var
Liste des chroniques... Nathalie Bachelerie
Liste des chroniques... Nicolas Arnstam
Liste des chroniques... Paola Simeone
Liste des chroniques... Philippe Person
Liste des chroniques... Rickeu
Liste des chroniques... Séb.T

 

Les articles de ce site sont la propriété de froggydelight.com et de leurs auteurs.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=