Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Taylor Muse
Interview  (Par mail)  juillet 2012

Entretien avec Taylor Muse chanteur et guitariste de Quiet Company. Encore inconnu par chez nous, ce groupe a sorti dernièrement un très beau disque de pop accrocheuse et raffinée, We are All Where We belong, qui n’est pas sans rappeler Death cab For Cutie, Okervill River ou The Polyphonic Spree. De quoi s’intéresser de prés et jeter une oreille attentive à ce groupe…

Tout d’abord, comment allez-vous ?

Taylor Muse : Je vais très bien merci ! Je suis en train de terminer de booker notre tournée de septembre et cela me stresse un peu, mais sinon tout va très bien !

Parle nous de ton groupe, Quiet Company, comment il est né, etc.

Taylor Muse : J’ai fait le premier disque (Shine Honesty) tout seul et j’ai fait appel à Tommy pour jouer avec moi en concert en 2006. Nous avons eu plusieurs autres bassistes et batteurs avant de finalement trouver les bonnes personnes soit respectivement Matt Parmenter et Jeff Weathers. C'est ensuite ajouté Cody qui joue du trombone et quelques autres choses un an ou deux plus tard et depuis le line-up n’a pas bougé.

Quelles sont vos influences ?

Taylor Muse : Nous écoutons tous des choses différentes mais nous nous retrouvons sur des artistes comme les Beatles ou Elliott Smith. J’ai récemment donné une copie de Lola Vs. Powermac & the Money-go-round des Kinks à Tommy parce que c’est le genre de guitare qu’il aime. Récemment, ma plus grande obsession a probablement été le dernier disque de Rufus Wainwright Out Of The Game.

De quels groupes, scènes, genre musical vous sentez-vous proche ?

Taylor Muse : Je dis toujours que nous faisons de l’indie-rock. Genre musical ? Je ne sais pas si cela veut encore dire grand-chose de nos jours… Austin, Texas, d’où nous venons à une scène musicale étonnante, diversifiée et dynamique dont nous sommes fières de faire partie.

Que pensez vous de groupes comme Grandaddy, Death Cab For Cutie ou The Polyphonic Spree ?

Taylor Muse : Death Cab est mon préféré des trois mais j’aime bien les autres quand même ! J’aime beaucoup Sumday de Grandaddy mais je suis plus partagé pour leurs autres disques.

We are all where we belong votre dernier disque et le plus personnel, les thèmes de l’amour, de la vie amoureuse sont mis de côté pour un album concept autour de la perte de la foi. Pourquoi avoir choisi ce thème, cette direction ?

Taylor Muse : C’est ce qui se passait pour moi, dans ma vie à l’époque. C’était quelque chose de vraiment important pour ma famille, mes amis et moi. J'ai perdu la foi quand j’ai réalisé que je ne pouvais plus présenter d’arguments convainquants sur les religions. Je commençais à penser que je croyais juste parce que l’on me l’avait enseigné depuis que j’étais tout petit. Le fait de le réaliser fut véritablement intense pour moi surtout pour quelqu’un comme moi qui fut vraiment absorber par la croyance. Commercialement, ce peut être une erreur d’écrire sur ce sujet avec autant de candeur mais nous n’avons jamais été un groupe qui écrit de la musique dans l'espoir d’être juste populaire. Nous nous efforçons toujours de faire le plus honnêtement possible notre musique.

Candeur tu penses ?

Taylor Muse : Quand je parle de candeur, je pense en tout honnêteté. Quand je dis que notre disque parle de la perte de la foi, je pense qu’il aurait peut-être été plus facile pour les personnes religieuses si tout cela avait été drapé dans la métaphore. Cependant, je ne le regrette pas !

Vous avez remporté plusieurs prix musicaux dans votre ville, vous avez été remarqué au South By Southwest, vous sortez un nouveau disque de pop solaire... 2012, c’est votre année ?

Taylor Muse : Je l’espère ! Vraiment je l’espère… Pour le moment, cette année est très bonne et j’espère que cela ira encore mieux ! Seul l’avenir nous le dira !

Quand allez-vous venir jouer en France ? Et tiens ! Vous connaissez un peu de musique Française ?

Taylor Muse : 2012 devait être l’année pour traverser l’Atlantique et venir jouer en Europe mais cela ne s’est pas produit. Espérons que 2013 soit la bonne année ! J'étais à Paris l’année dernière avec ma femme et c'était vraiment chouette ! Et j’ai vraiment hâte de venir y jouer. Par contre, je ne suis vraiment pas familier des artistes français. Non, personne ne me vient à l'esprit… Une idée ?

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album We are all where we belong de Quiet Company

En savoir plus :
Le site officiel de Quiet Company
Le Bandcamp de Quiet Company
Le Myspace de Quiet Company
Le Facebook de Quiet Company


Le Noise (Jérôme Gillet)         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Yannick Jaulin - Causer d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Yannick Jaulin - Ma langue maternelle va mourir et j'ai du mal à pas parler d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=