Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Karpatt - Les Grosses Papilles
La Maroquinerie  (Paris)  14 octobre 2004

Nous avions rencontrés Fred Rollat du groupe Karpatt, groupe de scène qui aime la scène à l'occasion de la sortie de leur album Dans le caillou qui nous distillait de bien belles histoires. Après les premières parties, est venu le temps d'être tête d'affiche et Karpatt oeuvrait deux soirs à ce titre à la Maroquinerie.

En première partie, sur un air de musique de film muet avec le crachotis du crin crin, quatre silhouettes noires, les chaussures à la main, entrent sur scène sur la pointe des pieds.

Elles s’arrêtent et face au public, nous regardent intensément. Elles nous observent comme nous les observons. Elles se sont Les Grosses Papilles. La lumière s’allume et ils nous disent un bonjour timide et regagnent leurs instruments, batterie, contrebasse, accordéon et guitare pour une intro lugubre à la Dracula façon Dreyer métissé folklore Europe centrale. C’est parti pour 45 minutes de fantaisie, de poésie, de délire, de musique populaire, de speed musette. Les morceaux s’enchaînent sans pause. 4 musiciens, 4 voix pour une musique vivante qui s’inscrit dans l’échange avec le public.

Ça swingue, ça balance, ça skatise, ça javatise et le public s’amuse bien.

Pour le final, les musiciens quittent la scène laissant le batteur qui met des lunettes noires façon Blues Brothers, allume sa clope et nous salue : "Au revoir, l’amour !". Les Grosses Papilles remballent leur petit univers, leur vieille radio, leur globe terrestre et leur petit décor pour laisser place à Karpatt.

Karpatt c’est une guitare (Fred Rollat également au chant), une contrebasse customisée (Hervé Jegousso) et une guitare plutôt manouche et sans doute virtuose (Gaëtan Lerat).

Un groupe français qui a bien sillonné les chemins de l'hexagone pour y porter sa musique et ses histoires, des histoires de filles, de gnons, de galères, des histoires de tous les jours, tendres, amusantes, nostalgiques, graves parfois.

 

Le concert commence avec l’inénarrable "La mouche". Ça démarre tellement à fond les manettes que Fred Rollat casse une corde et du coup hop on se fait un petit accordement festif avec la contrebasse.

 

 

Le public est déjà en liesse, connaissant les chansons par coeur, fredonnant avec le groupe. Et ce n'est pas parce que l'on reprend en choeur qu'il s'agit de refrain à 4 balles ! Les textes de Karpatt sont toujours tendres et poétiques même dans les chansons qui sentent les petits rades.

Deux heures durant, jusqu’à l’extrême limite de l’ouverture de la salle, les Karpatt s’en donnent à cœur joie, visiblement heureux d’être là, pour nous proposer les titres de leur dernier album et des reprises du groupe Yann et les abeilles dans lequel Fred Rollat a fait ses classes dans les bistrots.

Ce dernier nous jouera aussi, en solo, un très émouvant "Léon", un portrait parmi tant d'autres, comme celui d'"Achille". Mais si la larme vient à l'oeil, elle est vite balayée par un éclat de rire. Comme dans la vie.

Les musiciens qui ont participé à l’album viennent le trio rejoindre au gré des chansons et de leurs participations à l'album, qui avec sa flûte, qui avec son accordéon ; ils sont tous là, ils sont tous venus.

Et c'est comme une veillée autour du feu dans les grandes familles d'autrefois, celles des campagnes mais aussi celles des gens du voyage. Tous ont du métier, du talent, et surtout de la joie à communiquer, et il est impossible de rester impassible.

Le concert se clôt sur le superbe "Le magicien" qui nous renvoie à cet univers de l'enfance, chère à Karpatt, que nous tous nous n'avons jamais quitté.

Karpatt a trouvé sa niche...suivez ses petits cailloux.

 

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Dans le caillou de Karpatt
La chronique de l'album Dans d'beaux draps de Karpatt
Une 2ème chronique de l'album Dans d'beaux draps de Karpatt
Karpatt en concert au Café du Commerce (4 mai 2005)
Karpatt en concert au Festival La Clef des Chants 2005 (dimanche)
Karpatt en concert à Cabaret Sauvage (24 octobre 2006)
L'interview de Karpatt (août 2004)
Les Grosses Papilles en concert à la Salle des fêtes (6 octobre 2007)


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 25 octobre 2020 : Tous aux abris

Couvre feu encore plus contraint, nouveau confinement, tout est possible et tout est à craindre pour la culture. Restons groupés comme dirait Bernard Lenoir. Nous continuons évidemment de vous proposer chaque semaine notre sélection culturelle. Et bien entendu, découvrez le replay de La Mare Aux Grenouilles #13 de ce samedi 24 octobre

Du côté de la musique :

"Labyrinth" de Khatia Buniatishvili
"Contrasts", la 3eme émission de la saison 2 de Listen In Bed
"Dreamer" de Rosaway
"No future" de Samarabalouf
"Verdure" de The Hyènes
"Got the manchu" de We Hate You Please Die
et toujours :
"Armand-Louis Couperin : pièces de clavecin" de Christophe Rousset
"Ce qui suit" de Mondo Cane
"Awaiting ship" de Dominique Fillon Augmented Trio
"Soné ka-la 2 odyssey" de Jacques Schwarz Bart
"Killing Eve + Australie" nouveau mix de Listen in Bed
"LP2" de Pointe Du Lac
"Jorn" de Box Bigerri

Au théâtre :

une nouveauté :
"Tout Dostoievski" au Théâtre Le Lucernaire
des comédies pour rire et sourire :
"On purge bébé" au Théâtre de l'Atelier
"Les Faux British" au Théâtre Saint-Georges
"Dernier coup de ciseaux" au Théâtre des Mathurins
"Crise de nerfs" au Théâtre de l'Atelier
"De quoi j'me mêle" au Théâtre d'Edgar
"Mon meilleur copain" au Palais des Glaces
les reprises :
"Françoise par Sagan" au Théâtre L'Archipel
"Caroline Loeb - Chiche !" au Théâtre L'Archipel
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Vous pouvez ne pas embrasser la mariée" à la Comédie des 3 Bornes
"Des Femmes" au Lavoir Moderne Parisien
"Comment épouser un milliardaire" à la Nouvelle Seine
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec :
"Voyage sur la route du Kikosaido - De Hiroshige à Kuniyoshi" au Musée Cernushi
"Pierre Dac - Du côté d'ailleurs" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"L’Age d’or de la peinture danoise (1801-1864)" au Petit Palais
"Man Ray et la mode" au Musée du Luxembourg
"Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration" au Musée d'Art Moderne de Paris
"Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris

"Alaïa et Balenciaga - Sculpteurs de la forme" à la Fondation Azzedine Alaïa

Cinéma :

en salle :
"Une vie secrète" de Aitor Arregi, Jon Garano et José Mari Goenaga
"L'Avventura" de Michelangelo Antonioni
at home :
"India Song" de Marguerite Duras
"Au bout du conte" de Agnès Jaoui
"L'effet aquatique" de Solveig Anspach
"Pourquoi tu pleures ?" de Katia Lewkowicz
"Henri" de Yolande Moreau
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert

Lecture avec :

"Le dérèglement joyeux de la métrique amoureuse" de Mathias Malzieu & Daria Nelson
"Le proche orient" de Catherine Saliou
"Mondes en guerre - tome 3 : Guerres mondiales et impériales, 1870-1945" de André Loez
et toujours :
"L'ange rouge" de François Médéline
"Le prix de la vengeance" de Don Wislow
"De Gaulle, stratège au long cours" de François Kersaudy
"Georges Clemenceau, lettres d'amérique" de Patrick Weil et Thomas Macé
"Justice de rue" de Kris Nelscott
"Plus fort qu'elle" de Jacques Expert

Froggeek's Delight :

"Hades" sur Windows, Mac OS et Switch
Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=