Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The Married Monk - Prohom
Le Grand Logis  (Bruz)  21 octobre 2004

Après un passage un peu trop court au festival La Clef des Chants, il était temps de voir enfin les Married Monk dans un concert complet, en esperant ne plus les voir se battre avec les problèmes techniques. Bizaremment programmés en première partie de Prohom, les quatre compères sont donc à l'heure pour fouler la scène du Grand Logis, grande salle de spectacles pas forcément très adaptée pour les concerts rock.

Le concert commence par les premiers titres du dernier album et toute la puissance de leur musique s'empare de la salle un peu endormie. Un mélange de rock allié à de savantes programmations completées par les facéties d'Etienne, le quatrième larron, capable d'enchainer les solos cahotiques de saxophone avec les sons toujours étranges de son Theremin.

Les Married Monk continuent des titres de leurs quatre albums, ressortant d'anciens morceaux comme leur fantastique premier tube "There's The Rub", proposant une version ralentie et surprenante de "Pretty Lads", en finissant par une toujours spectaculaire reprise du célèbre "Teenage Kicks" en rappel. Seul regret, le public ne profitera pas de leur version de "Ashes to Ashes" interpretée pendant la balance.

Après cette formidable démonstration toujours trop courte, et une pause au bar, Prohom entre sur scène et dès la première chanson, dès l'apparition du chanteur, j'ai une impression de déjà-vu.

Retour il y a presque un an, à l'époque d'un concert de AS Dragon et Jeronimo au festival du Schmoul. Les mêmes conditions : deuxième partie du concert, un groupe attendu mais toutefois assez peu connu, un grand chanteur chauve très sympa avec le public, des samples. Et malheureusement c'est le même résultat : les musiciens jouent bien, le chanteur communique avec le public, plaisante, maitrise les incidents techniques avec humour, invite le public à venir danser sur la scène, les lumières sont bien etudiées et participent au spectacle mais il faut pourtant se rendre à l'évidence, en dehors d'un single assez bien fichu et multidiffusé il y a un an sur le Mouv', il n'y a pas grand chose d'original dans ce rock teinté d'un poil d'electro et mené par des paroles en français.

C'est d'ailleurs surement là que le bât blesse. S'il n'est pas facile de chanter en français pour un groupe de rock, il est encore moins facile d'aborder certains thèmes, de faire dans l'humanitaire, dans les coups de gueule. Et c'est justement ce qui rapproche Prohom de Jeronimo, ce sont ces paroles mises en avant qui peuvent attirer l'oreille et faire oublier toute la bonne musique qu'il y a derrière.

Comme me le demandait ma chère voisine pendant le concert : "on pourrait avoir la même chose mais sans les paroles ?". Ce n'est pas très sympa mais c'est plutôt réaliste.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album The Belgian Kick de The Married Monk
La chronique de l'album Headgearalienpoo de The Married Monk
Married Monk en concert au Festival La Clef des Chants 2004 (samedi)
Married Monk en concert au Normandy (3 novembre 2004)
L'interview de The Married Monk (5 novembre 2004)
La chronique de l'album Un monde pour soi de Prohom
Prohom en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2005 (jeudi)
Prohom en concert au Festival Solidays 2005 (dimanche)


Fred         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 7 juillet 2019 : Menu fraîcheur

On se balade entre soleil caniculaire et orages dévastateurs de festival en festival mais pas que. Au programme de la semaine, de la musique, des livres, du théâtre et du cinéma. C'est parti.

Du côté de la musique :

"Lung bread for daddy" de Du Blonde
Festival de Beauregard #11 avec MNNQNS, Gossip, Fatboy Slim entre autres
"Orgue" de Guero
Hellfest #14 avec No one is innocent, Gojira, Kiss, Cannibal Corpse, Sister of Mercy et pas mal d'autres
"L'envoutante" de L'Envoûtante
"Uncovered Queens of the Stone Age, The lost EP" de Olivier Libaux
"Praeludio" de Patrick Langot
"Carnet de voyage, livre 1 : Beethoven Cras" de Quatuor Midi Minuit
"The twin souls" de The Twins Souls
et toujours :
"Home" de Florian Wielgosik
"Brahms, Intermezzi, Rhapsodies" de François Chaplin
"Espèces menacées" des Fatals Picards
"Zones" de Lillian Gordis
"Chanteuse de guerre" de Mathilde Fernandez
"Cinematic" de Onyx & The Red Lips
"Intermezzo" de Sarah Lancman & Giovanni Mirabassi
"Tu me captures" de Acide Adore
"Ceylon" de Ceylon
"Door to door" de Emma Sand

Au théâtre :

la chronique des spectacles à l'affiche parisienne en juillet
et la chronique des spectacles programmés au Festival Off d'Avignon

Expositions à domicile avec, en ligne, les nouveautés du Musée de la Sacem :
"Le Heavy Metal français"
"Les Petites histoires des Chansons coquines"

Cinéma :

"Inna de Yard" de Peter Webber
la chronique des sorties de juin
et la chronique des sorties de juillet

Lecture avec :

"Entrer dans l'arène en même temps que l'orage" de Danny Denton
"Et tout sera silence" de Michel Moatti
"Je te donne" de Baptiste Beaulieu, Agnèes Ledig, Laurent Seksik, Martin Winckler
"Le dernier thriller norvégien" de Luc Chomarat
"Néron" de Catherine Salles
et toujours :
"Il était une fois mon meurtre" de Emily Koch
"Juste avant de mourir" de S.K. Tremayne
"L'homme de Constantinople" de J.R. dos Santos
"Seul avec la nuit" de Christian Blanchard
"Tangerine" de Christine Mangan

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 18 août 2019 : Au rythme des vacances
- 11 août 2019 : Sur la Route du Rock
- 4 août 2019 : De festival en festivals
- 28 juillet 2019 : La canicule recule
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=