Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The Married Monk - Prohom
Le Grand Logis  (Bruz)  21 octobre 2004

Après un passage un peu trop court au festival La Clef des Chants, il était temps de voir enfin les Married Monk dans un concert complet, en esperant ne plus les voir se battre avec les problèmes techniques. Bizaremment programmés en première partie de Prohom, les quatre compères sont donc à l'heure pour fouler la scène du Grand Logis, grande salle de spectacles pas forcément très adaptée pour les concerts rock.

Le concert commence par les premiers titres du dernier album et toute la puissance de leur musique s'empare de la salle un peu endormie. Un mélange de rock allié à de savantes programmations completées par les facéties d'Etienne, le quatrième larron, capable d'enchainer les solos cahotiques de saxophone avec les sons toujours étranges de son Theremin.

Les Married Monk continuent des titres de leurs quatre albums, ressortant d'anciens morceaux comme leur fantastique premier tube "There's The Rub", proposant une version ralentie et surprenante de "Pretty Lads", en finissant par une toujours spectaculaire reprise du célèbre "Teenage Kicks" en rappel. Seul regret, le public ne profitera pas de leur version de "Ashes to Ashes" interpretée pendant la balance.

Après cette formidable démonstration toujours trop courte, et une pause au bar, Prohom entre sur scène et dès la première chanson, dès l'apparition du chanteur, j'ai une impression de déjà-vu.

Retour il y a presque un an, à l'époque d'un concert de AS Dragon et Jeronimo au festival du Schmoul. Les mêmes conditions : deuxième partie du concert, un groupe attendu mais toutefois assez peu connu, un grand chanteur chauve très sympa avec le public, des samples. Et malheureusement c'est le même résultat : les musiciens jouent bien, le chanteur communique avec le public, plaisante, maitrise les incidents techniques avec humour, invite le public à venir danser sur la scène, les lumières sont bien etudiées et participent au spectacle mais il faut pourtant se rendre à l'évidence, en dehors d'un single assez bien fichu et multidiffusé il y a un an sur le Mouv', il n'y a pas grand chose d'original dans ce rock teinté d'un poil d'electro et mené par des paroles en français.

C'est d'ailleurs surement là que le bât blesse. S'il n'est pas facile de chanter en français pour un groupe de rock, il est encore moins facile d'aborder certains thèmes, de faire dans l'humanitaire, dans les coups de gueule. Et c'est justement ce qui rapproche Prohom de Jeronimo, ce sont ces paroles mises en avant qui peuvent attirer l'oreille et faire oublier toute la bonne musique qu'il y a derrière.

Comme me le demandait ma chère voisine pendant le concert : "on pourrait avoir la même chose mais sans les paroles ?". Ce n'est pas très sympa mais c'est plutôt réaliste.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album The Belgian Kick de The Married Monk
La chronique de l'album Headgearalienpoo de The Married Monk
Married Monk en concert au Festival La Clef des Chants 2004 (samedi)
Married Monk en concert au Normandy (3 novembre 2004)
L'interview de The Married Monk (5 novembre 2004)
La chronique de l'album Un monde pour soi de Prohom
Prohom en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2005 (jeudi)
Prohom en concert au Festival Solidays 2005 (dimanche)


Fred         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 19 janvier 2020 : de De Gaulle à Rocard

Cette semaine encore beaucoup de choses à découvrir. D'un portrait de de Gaulle côté livre à l'affrontement Mitterand - Rocard au théâtre en passant par de la musique pop, classique et bien plus encore. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki
et toujours :
"Nougaro" de Babx, Thomas de Pourquery et André Minvielle
"True colors" de David Bressat
"Splid" de Kvelertak
"Bach, Handel : An imaginary meeting" de Lina Tur Bonet & Dani Espasa
"My favourite things", le podcast de Listen In Bed #8
"Turn bizarre" de Livingstone
"Le musc" de Petosaure
"En voyages" de Pierre Vassiliu
"Shadow in the dark" de Tiger & the Homertons
"Caipirinha" de Tiste Cool

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Una costilla sobre la mesa" au Théâtre de la Colline avec "Padre" et "Madre"
"L'Opposition - Mitterrand vs Rocard" au Théâtre de l'Atelier
"La Sextape de Darwin" au Théâtre La Bruyère
"hélas" au Théâtre de la Tempête
"Une histoire d'amour" à La Scala
"Le K" au Théâtre Rive-Gauche
"An Iliad" au Théâtre du Rond-Point
"Elephant Man" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Architecture" au Théâtre Les Gémeaux à Sceaux
"En couple (situation provisoire)" à La Folie Théâtre
"Les vagues, les amours, c’est pareil" au Centrequatre
"La Vie est belle" au Théâtre Le Lucernaire
"Philippe Meyer - Ma radio heureuse" au Théâtre Le Lucernaire
"Opérapiécé" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereu - aaAhh BiBi" au Théâtre Tristan Bernard
"Marion Mezadorian - Pépites" au Pont Virgule
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Mondrian figuratif au Musée Marmottan-Monet
"Vincenzo Gemito - Le sculpteur de l'âme vénitienne" au Petit Palais
"Toulouse-Lautrec résolument moderne"au Grand Palais

Cinéma avec :

"Le Réseau Shelburn" de Nicolas Guillou
Oldies but Goodies avec "Les Bostoniennes" de James Ivory dans le cadre de la rétrospective que la Cinémathtèque française consacre au réalisateur
et la chronique des sorties de janvier

Lecture avec :

"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy
et toujours :
"Celle qui pleurait sous l'eau" de Niko Tackian
"Je suis le fleuve" de T.E. Grau
"La prière des oiseaux" de Chigozie Obioma
"Sang chaud" de Kim Un Su
"Un millionaire à Lisbonne" de J.R. Dos Santos

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 19 janvier 2020 : de De Gaulle à Rocard
- 12 janvier 2020 : Pas de soldes sur Froggy's
- 5 janvier 2020 : 360 jours avant 2021
- 29 décembre 2019 : JOYEUSE ANNEE 2020 !
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=