Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Morante, flamenco y Picasso
Emilio Ruiz Barrachina  septembre 2012

Réalisé par Emilio Ruiz Barrachina. Espagne. Documentaire. 1h27. (Sortie 12 septembre 2012).

De la musique avant toute chose !

Ce pourrait être l’ambition de ce documentaire consacré à un grand du flamenco, Enrique Morente, qui a porté haut son art et dont "Morente, Flamenco y Picasso" est un peu le testament puisqu’il est mort seulement quelques jours après la fin de son tournage.

On n’ira pas jusqu’à affirmer que le film d’Emilio Ruiz Barrachina restera dans les mémoires cinématographiques.

Néanmoins, l’écho de la guitare d’Enrique Morente, au service de textes puissamment lyriques empruntés souvent à des grands poètes comme Lorca ou Alberti, hantera longtemps les mémoires et donnera envie d’écouter ce flamenco rénové, qui n’a pas peur d’ajouter du sens à l’instinct, de l’intelligence à la tradition et ose fusionner avec le piano-jazz de Federico Lechner.

Hymne à l’Espagne, sublimant fièrement ses clichés comme la tauromachie, évoquant ses pages noires et la mémoire de la République combattant le franquisme, "Morente, Flamenco y Picasso" est un cri d’amour farouche qui passe par une voix chaude, sûre de sa force et de sa beauté, une voix charismatique qui convaincra d’emblée ceux qui n’ont pas été plongés tout petits dans le bain du flamenco.

Les sous-titres auront l’avantage de permettre de bien s’imprégner de l’univers de Morente. On y découvrira sa proximité intellectuelle avec un Picasso, dont il interprète les "poèmes" et dont l’influence se lit dans ses propres compositions comme "Guern-Irak". Couché à même le sol dans la salle où est exposé "Guernica", contemplant l’œuvre unique du plus grand Espagnol depuis Cervantès, Enrique Morente a quelque chose d’excessif, quelque chose d’une rock-star.

Léo Ferré disait, dans "Le Flamenco de Paris" que "les guitares étaient espagnoles". Enrique Morente le confirme. On verra à ses côtés ses deux filles, Solea et Estrella, elles aussi illuminées par cette grâce flamenca qui touchera tous ceux qui tomberont sous le charme de ces quatre-vingt-sept minutes de pure musique.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
 

• Archives :
Les Films - Mars
Un fils - Mehdi M. Barsaoui
Les Lèvres rouges - Harry Kümel
Le Mystère Von Bulow - Barbet Shroeder
L'Etat sauvage - David Perrault
Le Cas Richard Jewell - Clint Eastwood
Les Films - Février 2020
Sortilège - Ala Eddine Slim
Les Vertes Années - Paulo Rocha
Deux - Filippo Meneghetti
Un divan à Tunis - Manele Labidi
La Dernière vie de Simon - Léo Karmann
Botero - Don Millar
Mission Yéti - Pierre Gréco et Nancy Florence Savard
Le Réseau Shelburn - Nicolas Guillou
Les Bostoniennes - James Ivory
Barthes* - Vincent Gérard, Cédric Laty, Bernard Marcadé et et Camille Zéhenne
Les Films - Janvier 2020
Les Siffleurs - Corneliu Porumboiu
A vrai dire - Théâtre du Gymnase
Cunningham - Alla Kovgan
L'Equilibrio - Vincenzo Marra
Jésus - Hiroshi Okuyama
The Lighthouse - Robert Eggers
Les Films - Décembre 2019
La Vie invisible d'Euridice Gusmao - Karim Aïnouz
Fenêtre sur cour - Alfred Hitchcock
Kanal - Andrzej Wajda
Le Roi d'Ici - Avénarius d’Ardronville
Institut Benjamenta - Timothy et Stephen Quay
- les derniers articles (2)
- les derniers cineclub (6)
- les derniers concerts (19)
- les derniers expos (1)
- les derniers films (1527)
- les derniers interviews (15)
- les derniers spectacles (1)
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=