Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Erik Truffaz Quartet
Interview  (Centre Culturel Suisse, Paris)  27 septembre 2012

Le Erik Truffaz Quartet sort son dixième album en quinze ans sur le mythique label Blue Note Records. Après le Nu Jazz drum'n'bass des débuts, le son est devenu plus rock. Les collaborations avec des chanteurs d'origines diverses se sont succédées. Après Sophie Hunger, c'est une autre suissesse, Anna Aaron, qu'Erik Truffaz invite sur son nouvel album El Tiempo De La Revolución. Nous retrouvons donc le quartet et Anna Aaron au Centre Culturel Suisse, rue des Francs-Bourgeois dans le Marais, d'abord pour une session dans des conditions absolument excellentes, puis pour parler de ce temps de la révolution.

http://www.tasteofindie.com/concert-4310-Erik_Truffaz_Quartet_avec_Anna_Aaron-Portraits_Paris_.htmlConsidérez-vous que votre musique s'apparente encore au jazz ?

Erik Truffaz : Dans le dossier de présentation du dernier album par le label, j'ai fait modifier "groupe de jazz" par "groupe de pop instrumentale", ça correspond plus à la musique. Ce qu'on a conservé du jazz, c'est d'abord le fait de jouer ensemble lors de l'enregistrement et d'improviser. Mais les racines de notre musique ne sont plus seulement jazz, on y trouve aussi beaucoup de pop.

Anna Aaron chante sur trois chansons du dernier album. Qu'apporte-t-elle, elle, en particulier ?

Erik Truffaz : Elle apporte d'abord son talent. Elle a un grain de voix particulier. Elle a aussi un sens de la mélodie et de l'harmonie très fort. Elle a d'ailleurs composé un morceau qui est sur l'album. C'est une jeune chanteuse très talentueuse.

Je pensais aussi que le fait qu'elle soit née à l'étranger et que son travail se nourrisse de cultures métissées serait quelque chose que vous apprécieriez chez elle, comme dans vos collaborations précédentes avec des artistes d'horizons divers.

Erik Truffaz : Bien entendu, mais ce n'est pas pour cela qu'on l'a choisie. La rencontre s'est effectuée lorsque notre manager a fait écouter une démo à Marcello (Giuliani), notre bassiste, pour qu'il produise l'album d'Anna. Il a donc produit l'album. Moi, j'ai enregistré sur un morceau de son album. Le contact est bien passé. Elle a assuré des premières parties pour nous. On a d'abord tendance à enregistrer avec des gens avec qui on a eu des aventures musicales. C'est là que se trouve le sens de notre collaboration.

Erik Truffaz

Les musiciens avec lesquels on collabore sont aussi des personnes avec lesquelles on a des affinités politiques. J'entends politique au sens de la manière dont on voit la vie, dont on se comporte vis-à-vis d'autrui, dont on appréhende l'autre, les frontières, le partage des biens... C'est peut-être pour cela que nous travaillons avec des artistes qui sont dans la même lignée ou ont une certaine filiation entre eux.

C'est ainsi qu'on revient donc au titre de votre nouvel album.

Erik TruffazErik Truffaz : "El Tiempo De La Revolución" exprime, bien entendu, une ligne politique, mais il parle aussi des révolutions qu'on effectue au niveau personnel tout au long de sa vie. Durant l'enfance, l'adolescence, et aussi à l'âge adulte. Enfin c'est un clin d'oeil à Ennio Morricone.

Avec le titre de l'album, on s'attendrait à des sonorités plus hispanisantes, voire à du chant en espagnol.

Erik Truffaz : Non. Les titres des albums ont d'abord des vocations poétiques. Marcello avait proposé d'appeler l'album "Le temps de la révolution", mais je trouvais que ça faisait trop Mélenchon. Ça ne me faisait pas rêver. Or on était en Espagne, j'ai alors eu l'idée de ce titre. Il ne faut pas y voir un hommage à la révolution au Chili ou à Cuba. Et d'ailleurs je me méfie des révolutions.

Ce soir, Benoit Corboz a joué uniquement au piano. En est-il de même sur l'album ?

Erik Truffaz : Non, pas du tout. Il a un orgue Hammond dont il manie les effets de manière incroyable. Mais pour la session acoustique, il n'a joué que du piano. Sur le disque, c'est lui qui fait tous les sons de nappes synthétiques, tous les sons électroniques.

Anna AaronComment se présente la tournée ? Anna Aaron vous accompagnera-t-elle ?

Eric Truffaz : On n'emmène pas Anna sur toutes les dates. Il y a des pays où nous sommes économiquement faibles. Lorsqu'on va jouer au Canada et à New York, nous rentrons à peine dans notre budget. Par contre elle nous accompagnera sur toute la tournée européenne.

Question vie pratique. Avec des concerts aux quatre coins du monde, à quelle fréquence changez-vous de passeport ?

Erik Truffaz : Je le change environ tous les 2 ans. J'ai deux passeports, un pour les pays arabes, et un pour pouvoir aussi me rendre en Israël.

Comment se fait-il que le passage à l'Olympia de Paris se fasse seulement en avril 2013, soit près de six mois après la sortie du disque ?

Erik Truffaz : C'est d'abord une affaire de stratégie. Pour avoir du temps pour vendre les billets, et ensuite pour relancer l'album. Tu sors le disque, tu fais de la promo et pour qu'on parle de nouveau de toi dans les médias, c'est bien d'avoir une grosse date quelques mois plus tard. C'est difficile en tant qu'artiste d'être mis en avant, ce qui te permet de vendre des disques. Tout va très vite, c'est pour cela qu'il faut réfléchir à une stratégie.

Erik TruffazLa musique reste-t-elle un bon moyen d'échange entre les hommes malgré les différences de nationalité, de culture, de tradition ?

Erik Truffaz : Notre musique cherche à créer de l'émotion, or l'émotion n'a pas de nationalité. Il y a quelques semaines, on a joué avec une chorale sud-africaine. Lorsque quelque chose de positif se passe, comme avec eux, ça transcende tout. La nationalité. Les classes sociales. Et pourtant on aurait pu avoir la même émotion en jouant avec des esquimaux. C'est pour cela que les concerts marchent bien. Les gens viennent recevoir une dose d'émotion, sortir de leur quotidien.
Quant aux rapports entre musiciens, j'ai enregistré, il y a quelques années, un album à Calcutta avec des indiens. Lorsqu'on travaille la matière musicale, les codes sociaux, culturels s'effacent. On se retrouve juste dans la musique.

Le jazz continue à avoir une image élitiste. Le remarquez-vous au niveau de votre public ?

Erik Truffaz : Nous jouons peu dans les festivals de jazz, plutôt dans des festivals ou des salles de rock. Certaines fois nous passons aussi dans des petites salles jazz et c'est très bien. Mais nous intéressons peu les programmateurs de jazz intellectuel. A leurs yeux, nous faisons de la variété. Ça fait maintenant 15 ans qu'on a signé chez Blue Note. Notre public, maintenant, s'étale en terme d'âge. Je signe souvent des autographes pour les parents qui étaient des fans au début.

Erik TruffazOn sait que Louis Armstrong avait des problèmes physiques à force de jouer de la trompette. Connaissez-vous aussi ces symptômes ?

Erik Truffaz : La trompette, ça use les dents. C'est le seul problème que j'ai.

Et pourquoi la trompette ?

Erik Truffaz : Mon père jouait du trombone et il avait besoin de quelqu'un pour l'accompagner pour aller jouer dans les bals. C'est pour ça que, tout petit, j'ai appris la trompette.

Retrouvez Erik Truffaz Quartet
en Froggy's Session
pour 3 titres en cliquant ici !
  

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album El Tiempo de la Revolución de Erik Truffaz Quartet
Erik Truffaz Quartet en concert à L'Aéronef (jeudi 28 mars 2013)
Erik Truffaz Quartet en concert à L'Aéronef (vendredi 8 mars 2019)
La chronique de l'album Arkhangelsk de Erik Truffaz
Erik Truffaz en concert à la Salle des fêtes de Ramonville (25 mars 2005)
Erik Truffaz en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2007 (jeudi)
Erik Truffaz en concert au Grand Mix (17 mars 2009)
Erik Truffaz en concert au Fil (22 mars 2009)
L'interview de Erik Truffaz - Marcello Giuliani (avril 2007)
La chronique de l'album Dogs in Spirits de Anna Aaron
La chronique de l'album Neuro de Anna Aaron
Anna Aaron en concert au Festival Les Femmes S'en Mêlent #17
L'interview de Anna Aaron (26 janvier 2012)

En savoir plus :
Le site officiel de Erik Truffaz Quartet
Le Myspace de Erik Truffaz Quartet
Le Facebook de Erik Truffaz Quartet

crédits photos : Thomy Keat (Toute la série sur Taste of Indie)


Laurent Coudol         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 28 juin 2020 : Nouvelle Vague ?

Le premier tour des élections municipales fut le signe du début du confinement. Espérons que ce second tour ne sera pas l'appel à un second confinement. Quoi qu'il en soit : Soyez prudents, soyez heureux et cultivez vous ! c'est parti pour le sommaire en commençant par le replay de la Mare Aux Grenouilles #4 (eh oui déjà !)

Du côté de la musique :

"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa
et toujours :
"As found" de Fugu
"Désordres" de Austyn
"Anda Lutz" de Cie Guillaume Lopez
"A l'instinct A l'instant" de Daniel Jea
"Cérébro dancing" de Epilexique
"Cobra" de François Club
"Coquette" de Hailey Tuck
"Springtime with no harm" épisode 18 des mixes de Listen In Bed
"Fanfare XP, volume 2" de Magic Malik
"Avec son frère" de Volo
"Safeplace" de Yadam

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Démons" par Lorraine de Sagazan
"Misery" de William Goldman
"L'obéissance de la femme du berger "de Sergio Martínez Vila
"Migraaaants" de Matéi Visniec
"Le Remplaçant" d'Agnès Desarthe
"Portrait d'Amakoé de Souza - Salade Tomate Oignon" de et par Jean-Christophe Folly

"La Chose Commune" de David Lescot et Emmanuel Bex
de la comédie de boulevard :
"Hier est un autre jour "de Sylvain Meyniac et Jean-François Cros
"Madame Doubtfire" de Jaja Fiastri
"Le Clan des divorcées" de Alil Vardar
"A gauche en sortant de l'ascenseur" de Gérard Lauzier
du côté des humoristes :
"Mimie Mathy - J'adore papoter avec vous"
"Denis Maréchal - J'dis franchement"
dans le répertoire classique :
"Le Jeu de l'amour et du hasard" par Catherine Hiegel
"Roméo et Juliette" par Eric Ruf
Shakeaspeare :
à l'anglaise au Globe Teater : "Macbeth"
et en comédie musicale "Roméo et Juliette, de la haine à l'amour" de Gérard Presgurvic
et de l'Opéra revisité :
"La Traviata" de Verdi par Simon Stone
"Cendrillon" de Jules Massenet par David Hermann

Expositions :

en "real life" avec la réouverture progressive des musées :
"Pompéi" au Grand Palais
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières
"La Force du dessin - Chefs-d'oeuvre de la Collection Prat" au Petit Palais
"Esprit es-tu là ? Les peintres et les voix de l'au-delà" au Musée Maillol
"Le dessin sans réserve. Collections du Musée des Arts Décoratifs" au Musée des Arts Décoratifs
et en passant par la Lorraine, découvrir la Villa Majorelle œuvre de style Art nouveau.

Cinéma at home avec :

"Riens du tout" de Cédric Klapisch
"Noïse" de Henry Bean
"Sous surveillance" de Robert Redford
"La romancière" de John McKay
au Ciné-Club les années 50 :
"Un drôle de Dimanche" de Marc Allégret
"La vie à deux" de Clément Duhour
"L'homme au million ("The Million Pound Note") de Ronald Neame
des incontournables japonais :
des figures tutélaires :
"Tokyo drifter" de Seijun Suzuki
"A blind woman" de Teruo Ishii
et des plus jeunes :
"Mr Long" de Sabu
"Ichi, la femme samouraï" de Fumihiko Sori
et des raretés avec une sélection "Court metrage" :
"Le Chant du styrène" de Alain Resnais
"La chambre" de Chantal Akerman
"Pauline" de Céline Sciamma
"La traversée de l'Atlantique à la rame" de Jean-François Laguionie

Lecture avec :

"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin
et toujours :
"Le jour où Kennedy n'est pas mort" de R.J. Ellory
"Mauvaise graine" de Nicolas Jaillet
"Une immense sensation de calme" de Laurine Roux

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 2 août 2020 : Une petite pause s'impose
- La Mare Aux Grenouilles #08
- 26 juillet 2020 : Que le spectacle (re)commence
- 19 juillet 2020 : Un air de vacances
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=