Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Petit manuel du parfait arriviste
Corinne Maier  (Editions Flammarion)  octobre 2012

Corinne Maier, quadra suisse diplômée de l'Institut d'études politiques de Paris, ex-chercheuse au service Recherche et développement d'EDF reconvertie dans la psychanalyse, a également opté pour l'écriture de manière dichotomique en publiant, d'une part, des essais liés à la psychanalyse et, d'autre part, des opuscules humoristiques.

Forte du beau succès éditorial rencontré dans cette deuxième veine initiée en 2004 avec "Bonjour paresse !" qui a défrayé la chronique, par la petite porte de ses démêlés avec son propre employeur de l'époque mais peu importe le flacon, en dénonçant l'hypocrisie régnant dans le monde de l'entreprise et exhortant le salarié à pratiquer en adoptant l'axiome "Si vous n'avez rien à gagner en travaillant, vous n'avez pas grand-chose à perdre en ne fichant rien", elle réitère depuis régulièrement en creusant le sillon du pamphlet moderne caractérisé par la mécanique du crachat dans la soupe ou du pavé dans la mare.

Après "Intello Academy" épinglant la déconfiture culturelle contemporaine qui a entraîné l'émergence de l'intello, version bas de gamme de l'intellectuel, et l'hégémonie de la "pensée Prisunic", le "Manuel de savoir-vivre en cas d'invasion islamique", ou comment conclure un deal gagnant-gagnant avec les nouveaux maîtres, "No Kid", un vrai faux, à moins que ce ne soit l'inverse, manifeste anti-nataliste avec 40 raisons de ne pas avoir d'enfant, étayé par sa propre expérience de mère de famille, et "Tchao la France", ou 40 raisons de quitter votre pays, ce qu'elle-même a fait en allant vivre en Belgique, voici le millésime 2012.

Intitulé "Petit manuel du parfait arriviste", elle part du constat que le monde est mené par "des serials-menteurs et des joueurs de pipeau" qui pratiquent l'hypocrisie consensuelle généralisée et propose donc à la majorité de losers qui peuplent l'Hexagone certes de rire des faux-semblants des autres et, surtout des postures et impostures des winners patentés mais également de savoir en tirer les leçons pour rejoindre ce clan très prisé.

A partir du postulat suivant lequel l'avenir appartient au "cynicoïde postmoderne accompli" et que la réussite est réservée au "mytho-man", elle a donc concocté "un véritable mode d'emploi du succès" aussi bien au travail, en société, en famille que dans la sphère de l'intime.

Après la paresse, c'est donc un autre des péchés capitaux - bonjour Monsieur Freud ? non Corinne Maier est lacanienne - qu'elle érige en vertu cardinale de la société postmoderne, le mensonge, qui bien employé s'avère un merveilleux et universel sésame qu'elle décline en 39 chapitres souvent jubilatoires et roboratifs même si elle y pratique la compilation et le recyclage de ses opus précédents.

Au sein de l'entreprise, terrain de prédilection du "Ouiouiland", sont recommandés, entre autres, la pratique de "l'enfumage" en étant un homme caoutchouc qui sait user de la langue de bois, le respect de la règle 80-20 selon laquelle 80% du travail est effectué par 20% des employés pour rejoindre "la confrérie des glandeurs" et doubler le mytho-man d'un "ego-man" car "un ego surdimensionné constitue un bouclier éprouvé contre les aléas de l'existence".

Au niveau personnel, cela équivaut à manier une schizophrénie maîtrisée consistant à simuler tout en conservant sa vraie personnalité et dans l'intimité à se conformer à la sexologie de la libération en jouissant à tout prix car "tout échec orgasmique est un Waterloo idéologique".

S'agissant plus précisément de la réussite au féminin, Corinne Maier va s'attirer les foudres des féministes en prônant des stratégies gagnantes "réactionnaires" telles que le "child-free" ou "la berceuse de la maternité heureuse", le renoncement à toute revendication pour ne pas remettre en cause les stéréotypes rassurants, l'adoption du bon look et de la bonne attitude face au travail ("les tâcheronnes, les bonnes filles ou les bimbos ne siègeront jamais dans les conseils d'administration"), l'affirmation de ne pas être féministe, et le mariage avec un homme qui gagne de l'argent ou, mieux, un ambitieux promis à une brillante carrière.

Elle en profite également pour insérer quelques couplets sur la gentrification, le nationalisme décomplexé, la ratification du contrat social ("C'est mieux qu'avant, C'est pas mieux ailleurs"), l'art contemporain ("...des oeuvres si déstabilisantes qu'on les croirait exécutées par des déchets d'asile.."), les diktats sociétaux, être mince et rester jeune, la carte postale de la famille heureuse, le défi du "divorce créatif" qui permet de "recalibrer votre vie sentimentale et de mettre à l'épreuve votre conjugalo-flexibilité" et vilipende les retraités, "ceux qui avaient un boulot médiocre ont cessé de travailler dès 55-60 ans pour toucher une pension dorée alors que vous-même devrez suer sous le burnous jusqu'à ce que votre carcasse s'autodétruise".

Caustique, provocatrice plus que subversive, maniant avec sagacité l'humour au second degré et pratiquant le persiflage avec désinvolture, elle tire sur tout ce qui bouge avec le sens de la formule et l'emploi judicieux du pronom de la deuxième personne du pluriel, ce "vous" qui fonctionne comme un doigt résolument pointé, et arrose large, reconnaissant écrire avec un "stylo-kalachnikov", qui en fait une "bonne cliente" des médias qui lui assurent en retour une belle couverture.

Tout en énonçant quelques vérités dérangeantes, ce petit manuel est résolument humoristique et les naïfs comme les losers congénitaux et les fondus de la course à l'échalote pourront toujours y puiser quelques idées à mettre en pratique pour illuminer leur karma. Ca ne peut pas faire de mal...

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 26 janvier 2020 : Les rois des galettes

En cette fin de période de galettes à tout va, on vous parle surtout de celles en vinyles avec de la bonne musique dessus mais pas que : théâtre, littérature, cinéma, expos sont aussi au programme. C'est parti.

Du côté de la musique :

"Pesson, Abrahamsen & Strasnoy : Piano concertos" de Alexandre Tharaud
"Paris Beyrouth" de Cyril Mokaiesh
"Water is wet" de Theo Hakola
"Musique de chambre" de Le Noiseur
"Les identités remarquables" de Tristen
Interview avec No One Is Innocent à Saint Lô
Theo Lawrence et Mr Bosseigne au Fil
"La légende de Nacilia" de Nacilia
"C'est quoi ton nom ?" de Blankass
"Il est où le bonheur" 9ème émission de Listen in Bed
"Swin, A Benny Godman story" de Pierre Génisson, BBC concert Orchestra et Keith Lockhart
et toujours :
"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Deux euros vingt" au Théâtre Rive Gauche
"Vive la Vie" au Théâtre Gaité-Montparnasse
"Mon Isménie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"La Paix dans le monde" à la Manufacture des Abbesses
"Un Tramway nommé Désir" au Théâtre La Scène Parisienne
"Trop de jaune" au Studio Hébertot
"Oh ! Maman" au Théâtre La Scène Parisienne
"Le fantôme d'Aziyadé" au Théâtre Le Lucernaire
"Le hasard merveilleux" au Théâtre de la Contrescarpe
"Attention les Apaches !" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Norma Djinn" au Théâtre Montmartre-Galabru
"Blond and Blond and Blond - Hømåj à la chønson française" au Café de la Danse
les reprises :
"Tanguy Pastureau" au Théâtre de la Renaissance
"Close"
"Elisabeth Buffet - Obsolescence programmée" au Théâtre du Marais
"Le comte de Monte-Cristo" au Théâtre Essaion
"L'Analphabète" à l'Artistic Théâtre
"La Diva divague" au Théâtre de Dix heures
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour "Kiki Smith à la Monnaie de Paris

Cinéma avec :

"Botero" de Don Millar
"Mission Yéti" de Pierre Gréco et Nancy Florence
et la chronique des films sortis en janvier

Lecture avec :

"Le ciel à bout portant" de Jorge Franco
"Le prix de la démocratie" de Julia Cagé
"Les champs de la Shoah" de Marie Moutier Bitan
"Les rues bleues" de Julien Thèves
"Trois jours d'amour et de colère" de Edward Docx
et toujours :
"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 26 janvier 2020 : Les rois des galettes
- 19 janvier 2020 : de De Gaulle à Rocard
- 12 janvier 2020 : Pas de soldes sur Froggy's
- 5 janvier 2020 : 360 jours avant 2021
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=