Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Wild Nothing
Interview  (Paris, Pitchfork Music Festival)  vendredi 2 novembre 2012

Rendez-vous était donné avec Jack Tatum, tête pensante de Wild Nothing, lors de son passage à Paris pour le Pitchfork Music Festival. La rencontre se fera sur un banc, dehors, avec Outfit et Ratking en fond sonore. Un café et c’est parti…

Comment décrirais-tu ta musique pour quelqu’un qui ne l’a jamais entendu ?

Jack Tatum : C’est assez dur comme question… Pour moi, c’est de la pop. C’est une musique très référencée, avec des regards vers le passé. Oui je regarde vers le passé pour trouver mon inspiration, beaucoup de ce que je fais est basé dessus. Plus spécifiquement  encore, pour mon premier disque. La racine, ce sont les groupes Anglais des années 80. Je pense que le nouvel album est plus orienté simplement pop. Après quand j’essaie de me décrire personnellement à des gens, je me dis guitariste et bassiste.

Tu parles de groupes anglais ou de musique anglaise des années 80. Te sens-tu proche également de groupe comme Talk Talk, Echo and The Bunnymen ou Kate Bush ?

Jack Tatum : Oui oui absolument, plus particulièrement Kate Bush et Echo and The Bunnymen. Talk Talk j’aime bien, mais je ne suis pas aussi familier avec leur musique. Kate Bush a toujours été une grande source d’inspiration. Même avec Nocturne. Alors que je composais certaines chansons, j’écoutais sa musique. Il y a des choses que j’aurais aimé avoir trouvé ! Echo And The Bunnymen moins sur le dernier disque mais sur le premier oui, définitivement !

Tu joues de tous les instruments sur le disque.

Jack Tatum : Oui !

N’est-ce pas un risque que l’album sonne de maniére linéaire ? Je dis un risque car ce n’est pas vraiment le cas…

Jack Tatum : C’est vrai… Je trouve que, linéaire est une façon de dire les choses parce que je joue de tous les instruments mais cela sonne différemment que si c’était un groupe. Et cela marche avec la musique. J’ai l’impression que quand c’est toi qui joues de tous les instruments, qui joues toutes les parties, tu essaies de tout assembler comme tu l’imagines. Quand tu joues dans un groupe, tout le monde peut contribuer et cela en devient parfois, brumeux. Là j’ai une vision de ma musique et je la joue comme je l’imagine…

Et sur scène ? Tu donnes des directives ?

Jack Tatum : On en discute et on essaie de faire au mieux !

Dream Pop est une bonne définition de ta musique ?

Jack Tatum : Oui bien sûr…

Même si c'est très large comme étiquette, on y met beaucoup de groupes différents…

Jack Tatum : Oui c’est vrai. Après le terme me convient. Mais dans le sens classique du terme, comme pour d’autres groupes comme les Cocteau Twins par exemple.

Es-tu d’accord avec cette phrase pour parler de ta musique "Not dance music but danceable" ?

Jack Tatum : Oui pas mal ! C’est vrai, on peut dire quelque chose comme ça. Je pense que c’est une certaine qualité de ma musique.

S’adresser à la tête et aux pieds…

Jack Tatum : Oui oui. C’est très basé sur la mélodie, mais avec un côté head bop en moins violent !

Pourquoi ta musique sonne aussi désillusionnée ?

Jack Tatum : Hum… je ne sais pas. Je trouve que cela fait plus partie de ma musique que moi. C’est peut-être un caractère de ma musique plus que quelque chose qui me correspond vraiment. Je pense que cela a beaucoup à voir avec l’humeur que peu prendre ma musique. C’est effectivement parfois un peu triste. Il y a une part de...

Mélancolie ?

Jack Tatum : Oui, cela a souvent à voir avec le doute, les relations humaines, les difficultés de compréhension entre les gens, etc. C’est un peu... comment comprendre la vie ! Mais je ne dirais pas désillusionné. C’est plus quelque chose qui parle, qui donne envie d’avoir de l’espoir. Mais il y a un côté triste, oui.

Triste et dansant !

Jack Tatum : (rire) oui en fait, voilà comment résumer ma musique… de la dream pop triste et dansante et référencée…

Et atmosphérique…

Jack Tatum : Oui c’est quelque chose de très important pour moi, et aussi l’humeur, le climat. En fait, ma musique est plus une question de globalité. Un tout plus que des parties instrumentales en particulier. Tout est une question d’environnement que j’essaie de créer.

Merci et bon concert !

Jack Tatum : Oh merci !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Wild Nothing en concert à Pitchfork Music Festival Paris #2 (édition 2012)
Wild Nothing en concert à Pitchfork Music Festival #2 (édition 2012) - vendredi 2 novembre

En savoir plus :
Le site officiel de Wild Nothing
Le Myspace de Wild Nothing
Le Facebook de Wild Nothing


Le Noise (Jérôme Gillet)         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

• Edition du 2019-10-13 :
Orouni - Interview
Listen in Bed - The Sopranos (Mix #2)
Listen in Bed - Vinyles (émission 2)
Vanille - Amazona
Parlor Snakes - Disaster Serenades
Olivier Rocabois - Ship Of Women / Somewhere In A Nightmare EP
Marie Sigal - Les géraniums EP
Festival Levitation France #7 (édition 2019) - The Warlocks - Black Midi - Frustration - Iceage - Fat White Family - Vanishing Twin - France - L'Epée - Frankie and the Witch Fingers
Pierre Daven-Keller - Kino Music
Michel Dalberto - Beethoven, 5 Sonates pour piano
Sarah Amsellem - Miracles
Vincent David - Pulse
La Féline - Vie Future
Samba de la Muerte - A Life with Large Opening

• Edition du 2019-10-06 :
Xavier - Sprayed Love
Fabien Martin - aMour(s)
Alexandra Luiceanu - Matriochka : Romantic Fantaisies & Transcriptions from Russia
Maud Geffray - Still Life : a tribute to Philip Glass
Alex Beaupain - Pas plus le jour que la nuit
Lucienne Renaudin Vary - Mademoiselle in New York
The Great Old Ones - Interview
Hugues Mayot - L'Arbre rouge
Liam Gallagher - Why me ? Why not.
Baden Baden - La Nuit Devant
Rabih Abou-Khalil - The Flood and The Fate of The Fish
Listen in Bed - Drive (Mix #1)
Listen in Bed - Les disques dans notre vide poche (émission #1)
 

• Archives :
Nantucket Nurse - The Uncompleted Works Volumes 1, 2 &3
Mister Moonlight - The Basement Tapes
Debout sur le Zinc - Vian par Debout sur le Zinc
Studio Electrophonique - Buxton Palace Hotel
Quatuor Béla & Moriba Koïta - Impressions d'Afrique
Mike Patton & Jean-Claude Vannier - Corpse Flower
Samir Barris - Fin d'été
Gérald Genty - Là-Haut
Joseph Fisher - Interview
Florian Noack - Prokofiev : Visions Fugitives
Hildebrandt - ïLeL
Dpt Store - Tokyo dreams
Kronos Quartet - Terry Riley : Sun Rings
One Rusty Band - Voodoo Queen
Marie-Nicole Lemieux - Mer(s) : Elgar, Chausson & Joncières
Black Midi - Schlagenheim
Moddi - Like In 1968
L'épée - Diabolique
Violet Arnold - Moon
Festival Check-In Party #1 (édition 2019) - jeudi 22 août - Prince Miiaou - Julia Jacklin - Clara Luciani - Patti Smith - Jeanne Added
Festival Check-In Party #1 (édition 2019) - Vendredi 23 août - Namdose - Puts Marie - Yak - Slaves - Lysistrata - Gogol Bordello - The Psychotic Monks - Foals
Festival Check-In Party #1 (édition 2019) - Samedi 24 août - Bodega - Altin Gün - Deerhunter - Oh Sees - La Colonie de vacances - Balthazar - The Blaze
Manu - L'horizon
Ezra Furman - Twelve Nudes
Echoplain - Echoplain EP
Laurent Coulondre - Michel on my mind - Tribute to Michel Petrucciani
Le Flegmatic - Interview
Fleur du mal - Spleen I
Festival La Route du Rock #29 (édition 2019) - Jeudi 15 - Fontaines DC - Idles - Stereolab - Tame Impala
Ride - This is not a safe place
- les derniers albums (5764)
- les derniers articles (128)
- les derniers concerts (2314)
- les derniers expos (4)
- les derniers films (20)
- les derniers interviews (1077)
- les derniers livres (7)
- les derniers oldies (20)
- les derniers spectacles (8)
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=