Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Dingue - Héliogabale - Ulan Bator
Glazart  (Paris)  mercredi 14 novembre 2012

Soirée rock français au Glazart, et pas des moindres, puisque viendront sur scène Ulan Bator à qui l'on prête l'invention du post-rock, et surtout Héliogabale, qui fêtent ce soir leurs vingt ans de carrière.

La soirée débute avec le duo basse - batterie, La Dingue. Énergique au possible, bondissant tous deux, leur set est rapide, les titres s'enchaînent à la vitesse de l'éclair, dans un tourbillon de notes, de frappes.

Les textes sont plus hurlés que chantés et le résultat est proche de Primus. Le bassiste ganté n'en finit pas de sauter, il y a un réel plaisir à jouer et ça se voit. Le duo laissera le public en nage, survolté à l'image de leur prestation. Une découverte inattendue et particulièrement bienvenue.

Héliogabale était absent de la scène depuis (trop) longtemps et c'est un réel plaisir de les voir remonter sur les planches. Le set est à l'image de ce qu'on attendait d'eux, précis, fou. Guitariste discret, précis, dont le son et les riffs font décoller les oreilles. Le bassiste quant à lui n'est pas en reste au niveau du jeu. La batterie est à l'image de ce que les albums reflètent, déstructurée et structurante, un véritable puzzle rythmique, que de bonheur.

Quant à Sasha Andrès, sa présence est envoûtante, la voix cassée, au bord de la rupture, prête à bondir à chaque couplet. Le set est léché, tiré au cordeau. Sasha Andrès se démène, gesticule, se tord, une gestuelle à l'image de la musique, urgente.

Au registre des titres à retenir, "Q For Qing" fera l'objet d'une superbe exécution. "Les chiens", dont les paroles sont des slogans, aura droit à l'approbation générale.

Le concert sera trop court pour une grande partie du public, et le rappel permettra de poursuivre la magie pour quelques titres supplémentaires. Petit plaisir personnel, lorsque le groupe exécutera "The Glittering Fish" en rappel, exécution parfaite, un vrai plaisir.

La salle s'est étonnamment clairsemée pour l'entrée en scène de Ulan Bator, la pause tabagique a vidé le Glazart de son essence, le public. Le line up du quatuor à encore évolué, et on compte un nouveau bassiste, un claviériste. La mise en place de la scène se fait avec des instruments quelques peu étranges et difficilement nommables pour le commun des mortels. Le concert débutera de façon inattendue. En quelques minutes, on passe d'essais de son épars au vif du sujet, et nous voilà plongés dans l'univers sonore d'Amaury Cambuzat.

Les aficionados semblent apprécier le concert, ils y vont même de leur commentaire, qui demandant moins de basse ou plus de grosse caisse... La part belle sera donnée à l'album Ego : Echo, puisque plus de la moitié des titres joués ce soir en proviennent.

La prestation est peu convaincante, peu d'émotion malgré un travail de son et une exécution quasi irréprochables. Peu voire pas de communication entre les musiciens, le gimmick étant regarder ses chaussures et secouer la tête. Le concert se terminera avec pour seul public, les aficionados sus cités, mais beaucoup plus imbibés qu'au début. A l'extérieur, le fumoir est plein, Ulan Bator moins fort que le tabac ?

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Ulan Bator en concert à Nouvaeu Casino (29 mai 2007)

En savoir plus :
Le Bandcamp de La Dingue
Le Facebook de La Dingue
Le site officiel de Héliogabale
Le Bandcamp de Héliogabale
Le Myspace de Héliogabale
Le Facebook de Héliogabale
Le Bandcamp de Ulan Bator
Le Myspace de Ulan Bator
Le Facebook de Ulan Bator

Crédits photos : Olivier Olivar (Toute la série sur Taste of Indie)


Monsieur Var         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 1er juin 2020 : Retour à la réalité

Le monde d'après ne sera sans doute pas mieux que celui d'avant. Ces 2 mois de répit n'auront sans doute servi qu'à amplifier les frustrations en tout genre. Sans prétendre y remédier voic de quoi vous détendre un peu avec notre sélection culturelle de la semaine.

vous pouvez également revoir notre première émission "La mare aux grenouilles" sur la Froggy's TV. Suivez la chaine pour ne pas rater émissions et concerts en direct.

Du côté de la musique :

"Nunataq" de Alexandre Herer
"Vodou Alé" de Chouk Bwa & The Angstromers
"Wallsdown" de Enzo Carniel
Interview de Jo Wedin et Jean Felzine à l'occasion de leur concert sur la Froggy's TV
"Pictures of century" de Lane
"Lullaby (mix #15)" nouvelle émission de Listen In Bed à écouter
"Introssessions" de Minhsai
"Guinea music all stars" de Moh! Kouyaté
"Parcelle brillante" de Orwell
"Evocacion" de Quatuor Eclisses
"Is this natural" de Tazieff
"EP 2" de The Reed Conservation Society
et toujours :
Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

les créations contemporaines :
"Le Mardi à Monoprix" de Emmanuel Darley
"Lucide" de Rafael Spregelburd
"Le Royaume des animaux" de Roland Schimmelpfennig
"Délivre-toi de mes désirs" de María Velasco
"L'étudiante et Monsieur Henri" de Yvan Calbérac
de la comédie signée Pierre Palmade:
"Ma soeur est un chic type" de Pierre Palmade
"Pièce montée" de Pierre Palmade
"10 ans de mariage" de Alil Vardar
Au Théâtre ce soir :
"On dînera au lit" de Marc Camoletti
"Le canard à l'orange" de William Douglas Home
"L'Or et la Paille" de Barillet et Grédy
les classiques par la Comédie française :
"L'Avare" de Molière
"Les Rustres" de Goldoni
du côté des humoristes :
un spécial Christophe Alévêque à l'occasion de son inédit 2020 "Le trou noir"
avec
"Christophe Alévêque - Super rebelle... et candidat libre"
"Christophe Alévêque revient bien sûr"

"Christophe Alévêque - Debout"
et du théâtre lyrique revisité:
"Le Postillon de Lonjumeau" d'Adolphe Adam par Michel Fau
"Turandot" de Puccini par Robert Wilson
et de la caricature joyeuse avec "The Opera Locos"

Expositions :

découvrir la visite en ligne d'expositions virtuelles annulées :
"Giorgio de Chirico. La peinture métaphysique" au Musée de l'Orangerie
"Pompéi" au Grand Palais
et "Plein air, de Corot à Monet" au Musée des Impressionnismes de Giverny
s'évader en un clic en direction de la province :
à Nice pour une visite virtuelle du Musée Magnin et celle de l'exposition "Soulages, la puissance créatrice" à la Galerie Lympia
de l'Europe :
en Espagne vers le Musée Carmen Thyssen à Málaga
et en Allemagne avec la visite des 3 niveaux de la Kunsthalle de Brême
et plus loin encore aux Etats-Unis vers le Musée Isabella Stewart Gardner à Boston
et le Musée d'Art de Caroline du Nord à Raleigh
avant le retour sur Paris pour découvrir les éléments décoratifs de L’Opéra national de Paris

Cinéma at home avec :

de l'action :
"Code 211" de York Alec Shackleton
"Duels" de Keith Parmer
de la comédie : "Le boulet" de Alain Berbérian et Frédéric Forestier
du drame :
"Marion, 13 ans pour toujours" de Bourlem Guerdjou
"Happy Sweden" de Ruben Östlund
de la romance :
"Coup de foudre à Jaïpur" de Arnauld Mercadier
"Marions-nous !" de Mary Agnes Donoghue
du thriller :
"The Watcher" de Joe Charbanic
"Résurrection" de Russell Mulcahy
du fantastique : "Godzilla" de Masao Tamai
les années 40 au Ciné-Club :
"Boule de suif" de Christian Jaque
"Le carrefour des enfants perdus" de Léo Joannon
et un clin d'oeil au début du cinéma avec "Le Voyage dans la Lune" de Georges Méliès

Lecture avec :

"BeatleStones" de Yves Demas & Charles Gancel
"L'obscur" de Phlippe Testa
"La géographie, reine des batailles" de Philippe Boulanger
"Trouver l'enfant / La fille aux papillons" de René Denfeld
et toujours :
"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=