Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Laetitia Sadier
Silencio  (Drag City)  juillet 2012

On ne présente plus Laetitia Sadier depuis longtemps. Mais si vous prenez le train en marche, voici quelques mots clés pour briller en société : Stereolab, française, Londres, Tim Gane, Monade, gauchère, guitare à l'envers.

Silencio est le deuxième album de Laetitia Sadier sous son propre nom. Pourtant, on pourrait tout de même comptabiliser au palmarès de sa carrière solo les albums de Monade, pas plus ni moins collaboratif que celui-ci. Car aux côtés de Seya Sadier (longtemps connue ainsi outre-Manche), on retrouve, mais quel heureux hasard, Tim Gane qui est pour ceux qui ne seraient pas aller sur Wikipedia après l'intro de cette chronique, la deuxième tête pensante de Stereolab mais aussi Sam Prekop des Sea and Cake. Une belle compagnie donc qui heureusement n'a en rien vampirisé l'univers musicale de Sadier mais qui, au contraire, l'enrichi, ou plutôt l'illustre de petites touches délicates et toujours très à propos.

On retrouve bien sur "le son" Stereolab, cette basse, ces motifs répétitifs, autant de marques de fabrique qui, associées à la voix si caractéristique, offre cette ambiance inimitable qu'ont su créer Sadier et ses compères tout au long de presque 20 ans de carrière. 20 ans et toujours autant de fraîcheur dans cette musique difficilement qualifiable oscillant entre bossa, pop minimaliste et songwriting tiré à quatre épingles.

Sadier a su créer sur Silencio une proximité avec l'auditeur qui nous plonge sans réticence dans un intimisme pas du tout voyeuriste mais qui, au contraire, incite au partage, pour ne pas dire à la communion comme sur "Invitation au silence" qui nous invite à partager le silence absolu ou à la confession sur "Merci de m'avoir donné la vie".

La balade dans Paris de "Moi sans Zach" est un exercice de style réussi, façon Brigitte Fontaine tandis que "Auscultation to the Nation" ou "Fragment pour le future de l'homme" vous donneront indéniablement énergie et bonne humeur dans un style très Stereolab, avec leurs innombrables tiroirs sonores qui regorgent de percussions, sons électro et autres trouvailles.

Chaloupé, sensuel, carressant, délicat. Voilà autant de termes que l'on peut coller aux morceaux de cette album. Désuet diront d'autres. Peut-être bien, mais que c'est agréable face à une production toujours plus uniforme d'albums qui n'existent que pour remplir l'espace sonore sans le moindre répit. Alors Silencio est-il annonciateur d'un retour de Stereolab ? Peut-être. Mais la vérité, c'est que cela n'a pas tant d'importance que cela. Silencio est un superbe disque et Laetitia Sadier peut continuer aussi longtemps qu'elle voudra sa carrière solo avec de telles oeuvres.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Something Shines de Laetitia Sadier
Laetitia Sadier en concert à La Fil (samedi 13 mars 2010)
Laetitia Sadier en concert au Café de la Danse (dimanche 31 octobre 2010)
L'interview de Laetitia Sadier (samedi 27 septembre 2014)

La chronique de l'album Fab four suture de Stereolab
Stereolab en concert au Festival Primavera Sound 2006 (samedi)
Stereolab en concert au Festival La Route du Rock #29 (édition 2019)
Stereolab en concert au Festival La Route du Rock #29 (édition 2019) - Jeudi 15

La chronique de l'album Socialisme ou barbarie the bedroom recordings de Monade
La chronique de l'album A few steps more de Monade
La chronique de l'album Monstre Cosmic de Monade
Monade en concert au Divan du Monde (15 février 2008)

En savoir plus :
Le site officiel de Laetitia Sadier
Le Soundcloud de Laetitia Sadier
Le Myspace de Laetitia Sadier
Le Facebook de Laetitia Sadier


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 10 novembre 2019 : Non à la morosité

Faites une pause avec l'actualité, faites une pause avec les réseaux sociaux et profitez plutôt de notre sélection culturelle hebdomadaire avec des tas de belles raisons de se réjouir un peu. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"We were young when you left home" de Tim Linghaus
"Glam shots" de Rich Deluxe
"Imago" de Manuel Etienne
"Women" la 4ème émission de notre podcast radiophonique Listen In Bed
"Silent scream" de Holy Bones
"Stregata / stregato" de Gilia Girasole & Ray Borneo
"Révolution" de David Kadouch
"Jusqu'ici tout va bien" de Bazar Bellamy
Lysysrata, It It anita et The Eternal Youth au Normandy
et toujours :
"A l'oblique" de Phôs (Catherine Watine & Intratextures)
"So cold streams" de Frustration
"Liszt : O Lieb !" de Cyrille Dubois & Tristan Raes
"Au revoir chagrin" de Da Silva
"Ca" de Pulcinella
"Roseaux II" de Roseaux
"Symphonic tales" de Samy Thiébault
"Ca s'arrête jamais" de The Hyènes
"Ils se mélangent" de Djen Ka
Rencontre avec Joséphine Blanc accompagnée d'une session 3 titres acoustiques
"Funkhauser" de My Favorite Horses
Oiseaux Tempête et Jessica Moss au Grand Mix de Tourcoing

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Une des dernières soirées de Carnaval" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Les Mille et Une Nuits" au Théâtre national de l'Odéon
"21 Rue des Sources" au Théâtre du Rond-Point
"La dernière bande" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Mademoiselle Julie" au Théâtre de la Tempête
"Que Crèvent tous les protagonistes" au Théâtre 13/Seine
"Léonard de Vinci, l'enfance d'un génié" au Studio Hébertot
"L'Effort d'être spectateur" au Théâtre du Rond-Point
"Le Nouveau Cirque du Vietnam - Teh Dar" à l'Espace Chapiteaux de La Villette
"Olympicorama - Epreuve n°4 : le 100 mètres" à la Grande Halle de La Villette
"La Diva divague" au Théâtre de Dix Heures
des reprises :
"Les Membres fantômes" au Théâtre La Flèche
"Change me" au Théâtre Paris Villette
"Corneille Molière - L'Arrangement" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Qui croire" à la Comédie de Béthune
et la chronique des spectacles à l'affiche en novembre

Expositions avec:

"Greco" au Grand Palais

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Noura rêve" de Hinde Boujemaa
"Countdown" de Justin Dec
la chronique des films à l'affiche en octobre
et la chronique des films à l'affiche en novembre

Lecture avec :

"Profession romancier" de Haruki Murakami
"Feel good" de Thomas Gunzig
"Histoire mondiale de la guerre froide (1890-1991)" de Odd Arne Westad
"L'avenir de la planète commence dans notre assiette" de Jonathan Safran Foer
"L'écho du temps" de Kevin Powers
"Psychotique" de Jacques Mathis & Sylvain Dorange
"Une famille presque normale" de M T Edvardsson
et toujours :
"A comme Eiffel" de Xavier Coste & Martin Trystam
"Demain est une autre nuit" de Yann Queffélec
"L'extase du selfie et autres gestes qui nous disent" de Philippe Delerm
"La frontière" de Don Winslow
"Les quatre coins du coeur" de Françoise Sagan
"Miracle" de Solène Bakowski
"N'habite plus à l'adresse indiquée" de Nicolas Delesalle
"Une vie violente" de Pier Paolo Pasolini

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 10 novembre 2019 : Non à la morosité
- 3 novembre 2019 : Ivan, Boris et elle
- 27 octobre 2019 : La révolution en marche
- 20 octobre 2019 : De tout, pour Tous
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=