Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Yo La Tengo
Fade  (Matador Records)  janvier 2013

"Yo La Tengo ! Je l’ai !" criait, lorsqu’il attrapait la balle, Elio Chacòn, joueur de baseball portoricain des NY Metz dans les années 50. J’ai aussi attrapé ce nouvel album et je ne suis pas prêt de le lâcher…

En espérant ne pas en avoir oublié, il s’agit du dix-huitième album du groupe formé à Hoboken au milieu des années 80 par Ira Kaplan et Georgia Hubley.

Je ne sais pas ce qu’il peut traîner dans l’air, l’eau, ou je-ne-sais-quoi de la région new-yorkaise… Nulle part ailleurs, à ma connaissance, on a entendu autant de groupes "charnières". Ces groupes qui réussissent à la fois à avoir une identité personnelle très forte et à faire la jonction entre des musiques de styles et d’influences différentes. Des premiers de la classe en quelque sorte…

Parmi ces surdoués, on citera bien évidemment le Velvet Underground (influence toujours reconnue par Ira Kaplan), mais aussi Jonathan Richman, les Talking Heads ou bien évidemment Sonic Youth avec lesquels Yo La Tengo partage le goût de l’alternance entre les morceaux furieux (le plus souvent enregistré en une seule prise) et les titres plus calmes. Même si Hoboken n’a rien de la petite ville dans la prairie, je me suis toujours plu à imaginer Yo La Tengo comme les cousins campagnards de Sonic Youth… Probablement à cause d’un goût plus prononcé que ces derniers pour des morceaux bucoliques ou folks.

Dans une ancienne interview aux Inrockuptibles, Ira Kaplan définissait ainsi la musique du groupe : "Ce que j’aime dans notre musique, c’est qu’elle crée des ponts entre nous et pas mal d’autres groupes qui n’ont rien à voir les uns avec les autres. On peut faire le lien entre Yo La Tengo et Tortoise, entre Yo La Tengo et Johnny Cash. En revanche entre Johnny Cash et Tortoise, c’est délicat… A moins de passer par nous". Rien à ajouter.

Fade… Pourtant de s’affadir ou s’estomper, il n’est pas question pour ce groupe majeur du Label Matador, sauf peut-être sur la pochette de l’album sur laquelle le groupe a essayé de se faire tout petit au pied d’un arbre gigantesque.

Produit pour la première fois par John McEntire (Stereolab, Tortoise ou encore Teenage Fan Club), ce nouvel album ne constitue pas une révolution dans la discographie de Yo La Tengo mais en contient tous les marqueurs-types. Un assemblage de fines mélodies et de bruits élégants au service de paroles parfois déchirantes :

"I hear them whispering, they analyze / But no one knows what's lost in your eyes / Sending the message that doesn't get to you / How can we care for you? – Je les entends chuchoter, ils analysent / Mais personne ne sait ce qui est perdu dans tes yeux / Envoyant un message qui ne te parvient pas / Comment peut-on prendre soin de toi ?" chante Georgia Hubley dans Cornelia & Jane.

Cohérent et apaisé, cet album constitue une nouvelle pierre à un édifice qui commence à être sacrément impressionnant. C’est aussi une excellente introduction à ce groupe dont la discographie mérite d’être (re)visitée.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Summer Sun de Yo la Tengo
La chronique de l'album I'm not afraid of you and I will beat your ass de Yo La Tengo
Yo La Tengo en concert au Festival de Dour 2003
Yo La Tengo en concert au Nouveau Casino (12 juillet 2003)
Yo La Tengo en concert au Festival La Route du Rock 2005 (vendredi)
Yo La Tengo en concert au Festival Primavera Sound 06 (jeudi)
Yo La Tengo en concert au Bataclan (lundi 30 novembre 2009)
Yo La Tengo en concert à Pitchfork Music Festival Paris #3 (édition 2013)
La conférence de presse de Yo La Tengo (12 août 2005)

En savoir plus :
Le site officiel de Yo La Tengo
Le Myspace de Yo La Tengo
Le Facebook de Yo La Tengo


GT         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 8 décembre 2019 : Et si Noël n'avait pas lieu ?

Grève générale, transports bloqués, morosité ambiante, réchauffement climatique... Et si cette année Noël n'avait pas lieu ? Quoi qu'il en soit vous aurez largement de quoi vous réjouir avec notre proposition de découvertes culturelles hebdomadaires dès maintenant. Par ailleurs, suivez notre facebook pour gagner des places pour le concert de She Owl.

Du côté de la musique :

"The undivided five" de A Winged Victory for the Sullen
Rencontre avec Lofofora autour de leur album "Vanités"
"Fly fly" de Céline Bonacina
"Romantic sketches" de Fred Perreard Trio
"Not married anymore" de Hasse Poulsen
"Enfer et paradis" de Les Nus
"Une certaine urgence", émission #6 de notre podcast Listen In Bed
"De temps et de vents" de Bodh'aktan
"Building site" de Mata Hari
"Gréty : Raoul Barbe Bleue" de Orkester Nord, Martin Wahlberg
et toujours :
"D'où vient le nord" de Francoeur
"Other side effects" de Lion Says
"Black Cofvefe" 5eme volume des mixes en podcast de Listen in Bed
"Santa Maria Remix" de Carmen Maria Vega
"Paganini, Schubert" de Vilde Frang & Michail Lifits
"I don't want to play the victim, But i'm really good at it" de Love Fame Tragedy
"Little ghost" de Moonchild
"Los Angeles" de Octave Noire
"A blemish in the great light" de Half Moon Run
"Older" de Quintana Dead Blues eXperience
"C'est pas des manières" de The Glossy Sisters
"Zimmer" de Zimmer

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Architecture" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Elvira" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"New Magic People" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"A" à la Scène Parisienne
"Mister Paul" au Théâtre L'Atalante
"Deux amoureux à Paris" au Studio Hébertot
"Nobody is perfect" à la Scène Parisienne
des reprises :
"Allers-Retours" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Portrait de Ludmilla en Nina Simone" au Théâtre des Abbesses
"Métropole" au Théâtre de la Reine Blanche
"Chambre noire" au Monfort Théâtre
et la chronique des spectacles à l'affiche en décembre

Expositions avec :

"Marche et démarche - Une histoire de la chaussure" au Musée des Arts Décoratifs
"Helena Rubinstein - La Collection de Madame" au Musée du Quai Branly

Cinéma avec :

Les nouveautés de la semaine :
"La Vie invisible d'Euridice Gusmao" de Avénarius d’Ardronville
"Le Roi d'Ici" de Karim Aïnouz
Oldies but Goodies avec "Kanal" de Andrzej Wajda
et la chronique des films sortis en novembre

Lecture avec :

"Au plus près" de Anneli Furmark & Monika Steinholm
"Evolution " de Marc Elsberg
"L'amexique au pied du mur" de Clément Brault & Romain Houeix
"Rien que pour moi" de J.L. Butler
"Secret de polichinelle" de Yonatan Sagiv
et toujours :
"Le chant du bouc" de Carmen Maria Vega
"La tempête qui vient" de James Ellroy
"Le crime de Blacourt" de Daphné Guillemette
"Pas de répit pour la reine" de Frédéric Lenormand
"Stalingrad" de Antony Beevor
"Un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout" de Alice Munro

Froggeek's Delight :

"Oculus Quest" Le casque de réalité virtuel autonome

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 8 décembre 2019 : Et si Noël n'avait pas lieu ?
- 1er décembre 2019 : On prépare les cadeaux
- 24 novembre 2019 : Black Friday culturel
- 17 novembre 2019 : 4 ans déjà
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=