Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Parents-Enfants : 100 textes sur la famille et l'éducation
Pierre-Henri Tavoillot  (Editions Le cherche midi)  octobre 2012

"Cette jeunesse est pourrie depuis le fond du cœur. Les jeunes gens sont malfaisants et paresseux. Ils ne seront jamais comme la jeunesse d’autrefois. Ceux d’aujourd’hui ne seront pas capables de maintenir notre culture". Citation retrouvée sur des poteries au fin fond de la Mésopotamie Babylonnienne… Comme quoi, depuis toujours il y a des vieux pour dire qu’il n’y a plus de jeunesse. Mais il y a aussi des vieux (et des jeunes) pour trouver le bon dans la jeunesse. C’est ce que font nombre de personnalités dans l’ouvrage de Cherche Midi : Parents-Enfants, 100 textes sur la famille et l’éducation.

Préfacé par un philosophe, un pédiatre et un psychiatre, le bouquin a le premier abord répulsif. Et puis non, je l’ouvre au hasard : un poème de Victor Hugo (mon chouchou sur l’étagère) sur l’art d’être grand-père attendri "je regarde une petite fille, mais cela chante et brille, c’est du rire, du ciel, du jour, de la beauté"… Quelques pages en arrière, une citation de Dussault (inconnu à mon bataillon) : "Si la théorie de l’évolution est vraie, comment se fait-il que les mères de famille n’aient toujours que deux mains ?"… Plus loin, paroles de Che Guevara : "la jeunesse doit créer, une jeunesse qui ne crée pas est une anomalie"… Et le voyage continue.

Ils y sont tous : dictateurs, rappeurs, écrivains, médecins, anonymes, philosophes, poètes, ménagères, dramaturges, journalistes, romanciers, chroniqueurs, humoristes, ethnologues, politiques… et j’en oublie… Pour n’en citer que quelques uns : Joey Star, Simone Veil, Corneille, Gad Elmaleh, Carlo Collodi (le papa de Pinocchio), Camus, Brassens, Freud, Platon et Grand Corps Malade… J’en oublie tellement. Je m’en excuse, parce qu’ils méritent d’être cités ceux qui regardent la jeunesse avec indulgence, qui la comprennent, la plaignent, et surtout, la défendent.

Malgré le bazar apparent (c’est moi qui lis le roman dans n’importe quel sens), il y a un agencement malin : d’abord les mamans, les papas, la famille, la jeunesse, et l’éducation. Le livre est un réel recueil d’idées, de pensées, d’avis, d’opinion, de regards, de certitudes sur les cellules familiales, l’amour qui les unit, les sommes de petits bonheurs et de grands malheurs qui les brisent ou les unissent. Oui, il y a de tout dans ce livre.

Et les photos. Des anonymes, des familles, des fiers papas qui tiennent leur princesse par la main, des regards tendres de mamans sur leurs bambins, des larmes sur des épaules aimantes, et ces photos avec maman qui regarde bébé avec une tendresse infinie et bébé qui regarde l’objectif de ses yeux ronds et souriant de ses toutes premières dents… On l’a tous celle-là. Et celle de la main rassurante du papa sur l’épaule de son fils… Et les photos de familles, toutes les mêmes, les grands derrière, les petits devant, les grands qui tiennent les petits sur les genoux, les tables de banquet et le pâté en croute…

Et les photos de connus : les regards détestables de Folcoche, James Dean et ses potes, les reproductions d’œuvres moyenâgeuses, de Caravage, illustration de la comtesse de Ségur, caricature de Pichon… Oui, tout y est.

Et l’intérêt de cet ouvrage ? Nous réconcilier avec la jeunesse ? Se dire que tout n’est pas perdu ? Comprendre ce que nous étions ? Se souvenir ? Partager des convictions ?... Je ne sais pas… Ce dont je suis sûre, c’est que les adultes de demain méritent bien qu’on se penche un peu sur leur cas, sans accabler la politique et la crise financière.

 
 

Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 20 octobre 2019 : De tout, pour Tous

Encore un programme bien chargé et très éclectique au travers de notre sélection culturelle hebdomadaire. Beaucoup à lire, à voir, à écouter... alors ne perdons pas de temps. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Engine of paradise" de Adam Green
"Phantom solids" de Lunt
"Fear of an acoustic planet" de Tahiti 80
"A wonder plante to" de Nilok 4tet & Daniel Zimmermann
"Six strings under" de Eric Legnini
Sarah McCoy et Dom La Nena au Nancy Jazz Pulsation
"Nothin' but" de Flyin' Saucers Gumbo Special
"Comfort zone" de Hugo Lippi
"Hors l'amour" de Jean Felzine
"A ciel ouvert" de Kaori
Rencontre avec Lady Arlette, accompagnée d'une session live et acoustique
"Vinyles, suite" c'est le titre de l'émission #3 de Listen in Bed
"Déluge" c'est le troisième volume des Mix de Listen in Bed
"Hybrid" de Yosta
et toujours :
"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Orouni en session live dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Cirque Leroux - La Nuit du Cerf" au Théâtre Libre
"Un jardin de silence" à La Scala
"Frida jambe de bois" au Théâtre de l'Union à Limoges
"Fleur de peau" au Théâtre Essaion
"Habiter le temps" au Lavoir Moderne Parisien
"Wilde - Chopin" au Théâtre Le Ranelagh
"En ce temps là l'amour..." au Théâtre des Mathurins
"Imposture posthume" au Centre Culturel Suisse
"Fred Tousch - Fée" au Théâtre de Belleville
"Corinne Zarzavatdjian - Un nom à coucher dehors !" au Mélo d'Amélie
des reprises :
"L'Ingénu" au Théâtre Le Lucernaire
"Le Crépuscule" au Théâtre de l'Epée de Bois
"J'aime Brassens" au Théâtre d'Edgar
et la chronique des spectacles déjà à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Vampires - De Dracula à Buffy" à la Cinémathèque française

Cinéma avec :

le film de la semaine :
"Au bout du monde" de Kiyoshi Kurosawa
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"Cléopâtre" de Alberto Angela
"Histoire du Canada" de Daniel de Montplaisir
"Je te suivrai en Sibérie" de Irène Frain
"La source de l'amour propre" de Toni Morrison
"Ordinary people" de Diana Evans
"Vik" de Ragnar Jonasson
et toujours :
"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Guerilla, le temps des barbares" de Laurent Obertone
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 20 octobre 2019 : De tout, pour Tous
- 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres
- 6 octobre 2019 : Coup de froid
- 29 septembre 2019 : Une édition sans chichis
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=