Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Robi
Interview  (Par mail)  vendredi 25 janvier 2013

Robi, rebelles scories

Après un EP en 2011, L’Hiver et la Joie, sort le 4 février. Entre silence et rage, le chemin de ce premier album a été tracé intuitivement par Chloé Robineau (alias Robi) et prolongé par Jeff Hallam, son (ex) bassiste. 11 titres (dont une reprise) au dire cash, c’est sans fioritures. L’écriture n’est jamais superficielle, et il faut tendre l’oreille pour entendre la voix s’attarder sur les aspérités et à l’âpreté de la vie, les cabosses du temps qui file sur le rasoir. Musique minimaliste, scandée et entêtante, avec rythmique lancinante, clavier hypnotique, guitare stridente et basse omniprésente, au carrefour de la chanson (Dominique A donne la réplique sur "Ma Route"), de l’électro et de la new wave.

Tour à tour en eau trouble ou limpide, L’Hiver et la Joie, un album comme une évidence : rugueux, direct, immédiat et sensible. Rencontre avec celle qui.

Entretien dans le noir : Robi

Quand un nouveau talent émerge, on cherche à classer (le genre musical), on raisonne par analogie (ça sonne entre... et...), on parle d'influences musicales notamment... On dit les "parrains" plus reconnus (Dominique A, Arno, Jean-Louis Murat). Venons-en à toi seule. J'ai envie de savoir d'où vient l'élan, l'inspiration, l'aspiration dans ou par la musique ?

Robi : L'inspiration vient du mouvement, du rythme des mots, de leur musique. Cela donne du sens au sens. Au temps qui passe. Des repères. J'en ai besoin pour ne pas me perdre en éternelles digressions.

Justement, le temps c’est le fil rouge de ton album en noir et blanc ?

Robi : Oui, je me suis rendue compte de la place que prenait cette obsession dans l'album. C'est effectivement un sentiment qui m'habite de façon continue. Écrire c'est retenir un peu les choses.

La mémoire notamment, je ne sais si c'est juste… j'ai le sentiment d'une sensibilité à l'image, à la photo dans ton écriture : des instantanés, un miroir ?

Robi : Oui, les instantanés. C'est juste. Le miroir qu'ils nous tendent. Je suis sensible à l'image, je le suis devenue. Mais tout cela est vain bien entendu, cette tentative de retenir le temps c'est une tentative absurde de comprendre le sens de notre existence. Je tente indéfiniment de m'y soustraire bien sûr, mais c'est une quête universelle. Chacun d'entre nous essaie d'y répondre à sa manière.

Je pensais pendant que nous parlons là, il y a le NRJ Music Award (sic)... que dis-tu de cette simultanéité et de ce contraste ?

Robi : À vrai dire rien… Je ne crois pas l'avoir jamais regardé. C'est bien ?

Je ne sais pas ! D'une certaine façon, ça me renvoyait à : comment juges-tu "l'industrie musicale" ?

Robi : Je ne sais pas, je ne la connais pas personnellement. Je ne me sens pas très concernée. Cet album a été pensé, fait enregistré dans une liberté totale car dans une indépendance totale. Une liberté permise par le choix que nous avons fait Frank Loriou et moi de monter notre propre label. Et je vis cela comme une chance. Ce projet est plutôt artisanal dans sa mise en œuvre, même si nous avons été rejoints depuis par des partenaires solides, précieux et talentueux. Comme Strictly Confidential aux éditions, Yapucca Productions à la tournée et l'autre à la distribution.

Je reviens à ton écriture, à la musique, comment les définis-tu ? Comment tout ça s’incarne, s'illustre ?

Robi : C'est très difficile pour moi d'en parler car j'ai besoin de rester dans une certaine ignorance vis-à-vis de moi-même pour créer. Mais disons que ce qui m'intéresse profondément c'est l'équilibre, l'équilibrisme même, entre la tension et l'apesanteur. Et cela, musicalement autant qu'à l'écriture des textes. Ce qui inscrit ma démarche à un carrefour entre rock, électro et chanson. Entre classicisme et brutalité.

Cet entre deux tension / apesanteur, c'est l'illustration de la pochette de l'album ?

Robi : C'en est l'illustration, c'est vrai. Ce que j'aime dans cette pochette de Frank Loriou, c'est ce mouvement dont on ne sait s'il est un mouvement d'espoir ou de désespoir. Est-ce un corps qui plonge, un corps qui émerge ou alors un corps flottant ?

Équilibriste disais-tu : entre légèreté (de l'instant) et gravité du reste ?

Robi : Entre légèreté de l'instant qui l'est par essence, volatile et gravité du tout.

J'aurais pu dire comme la mélancolie, douce et amère...

Robi : Plus que de la mélancolie il y a de la rage. De la rage face à la mort. Mais aussi la rage d'en découdre.

Il y a du grain dans la vie comme sur les photos, des aspérités... on entend ça chez Robi…

Robi : Je ne cherche pas à m'en départir en tout cas. Ni à lisser. Ni l'inverse non plus. C'est juste que j'ai les deux mains dedans. Je fais ce que je sais faire. Ce n'est pas très introspectif mais plus intuitif, plus bête, plus premier. Je ne cherche pas la distance. Je ne cherche pas l'humour, je ne cherche pas le recul. En musique j'entends. Et dans la vie aussi, un peu peut-être.

L'intuition, comme un espace entre douleurs et joies. L'Hiver et la Joie ?

Robi : Voilà. L'intuition ou plutôt l'action. Faire, c'est s'oublier, c'est arrêter de se regarder. L'absence à soi nous rend plus présent au monde. Entre douleurs et joies, c'est vrai. Mais comme rien n'est aussi simple et que l'hiver et la joie ne sont pas incompatibles en ce monde, c'est ainsi que nous vivons.

Il y a aussi dans l'album un autre élément dont on n'a pas parlé, même si on a évoqué la mémoire, les traces, la mémoire de la peau... Ou pour toujours.

Robi : Le monde extérieur passe à travers le prisme de nos sensations autant que de notre intelligence. Mes sensations et mes sentiments m'interrogent sans cesse quant à la nature de ce monde. Comment ne pas croire que tout soit fait pour soi ? Le soleil pour ma peau. Le vent pour mes cheveux. L'horizon pour mes yeux. L'amour pour ma raison de vivre. Ma présence sensuelle et charnelle au monde n'enlève rien à son mystère. Au contraire. Il l'approfondit. Car le corps se sait fini, mieux que l'esprit.

Retrouvez Robi
en Froggy's Session
pour 3 titres en cliquant ici !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Robi en concert au Festival Europavox 2015 - Samedi 23 mai
Robi en concert aux Trois Baudets (jeudi 14 janvier 2016)

En savoir plus :
Le site officiel de Robi
Le Myspace de Robi
Le Facebook de Robi

Crédits photos : Thomy Keat (Toute la série sur Taste of Indie)


Hervé Pizon         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Robi (8 mai 2012)


# 24 mai 2020 : Culture pour tous !

Toujours pas de festival, de théâtre, de concert, et autres ouvertures de lieux de réjouissances diverses sinon quelques passe droits pour les amis de Manu. En espérant que tout rentre dans l'ordre et que l'on retrouve le plaisir du spectacle vivant bientôt. Soyez prudents, sortez couverts et restez curieux !

Du côté de la musique :

Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac
et toujours :
"Chante-nuit" de Facteurs Chevaux
"9 songs" de Pierre
"Sex education" de Ezra Furman
"Cage meet Satie" de Anne de Fornel et Jay Gottlieb
Interview de Batist & the 73' réalisé à l'occasion de son live Twitch dont des extraits accompagnent cette entretien
"Hundred fifty roses" de Dune & Crayon
"F.A. Cult" de Hermetic Delight
"Love is everywhere" de Laurent Bardainne & Tigre d'Eau Douce
"Hum-Ma" de Les Enfants d'Icare
"Spirals" de Sébastien Forrestier

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Frida jambe de bois" de Pascal Rinaldi en vidéo
le diptyque Arne Lygre mis en scène par Stéphane Braunschweig :
"Je disparais" en vidéo
"Rien de moi" en vidéo
des comédies :
"Alors on s'aime"
"L'Appel de Londres"
"Hier est un autre jour"
du divertissement :
"On ne choisit pas sa famille"
"Double mixte"
du vaudeville avec "Le Système Ribadier"
du côté des humoristes :
"François Rollin - Colères"
"La Teuf des Chevaliers du fiel"
"Franck Duboscq - Il était une fois"
Au Théâtre ce soir :
"Le canard à l'orange"
"Le prête-nom"
"Deux hommes dans une valise"
des classiques par la Comédie française :
"Le Petit-Maître corrigé" de Marivaux
"Cyrano de Bergerac" d"Edmond Rostand
et aller à l'opéra pour :
"Fortunio" d'André Messager
"Falstaff" de Verdi

Expositions avec :

les visites commentées par les commissaires d'expositions qui se sont tenues au Musée Jacquemart-André :
"Hammershøi, le maître de la peinture danoise" en vidéo
et "La collection Alana - Chefs-d'oeuvre de la peinture italienne"
partir en province pour découvrir en images le Musée d'Art Moderne et Contemporain de Strasbourg
et le Musée des Beaux-Arts de Nancy
puis en Europe en Espagne le Musée national Thyssen-Bornemisza à Madrid
en Allemagne au Städel Museum à Francfort
ailleurs au Brésil à la Pinacothèque de Sao Paulo
et au Japon au Ohara Museum of Art à Kurashiki
avant de revenir dans l'Hexagone pour une déambulation virtuelle dans le Petit Palais

Cinéma at home avec :

du drame : "Aime ton père" de Jacob Berger
de l'espionnage : "Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
du thriller : "The Unseen" de Geoff Redknap
du thriller fantastique avec "La Neuvième Porte" de Roman Polanski
du divertissement :
"Cassos" de Philippe Carrèse
"Promotion canapé" de Didier Kaminka
"Les Frères Pétard" de Hervé Palud
de glorieux péplums italiens avec Steve Reeves :
"Les Travaux d'Hercule' de Pietro Francisci en VO
"La Bataille de Marathon" de Jacques Tourneur, Mario Bava et Bruno Vailati en VF
du western :
"L'Homme aux colts d'or" d'Edward Dmytryk
"Chino" de John Sturges
au Ciné Club, du cinéma français des années 30 :
"Mister Flow" de Robert Siodmak
"La Banque Némo" de Marguerite Viel
"Les amours de minuit" d'Augusto Genina et Marc Allégret
"Ces messieurs de la santé" de Pierre Colombier
et des films récents en DVD :
"Deux" de Filippo Meneghetti
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"La Dernière vie de Simon" de Léo Karmann

Lecture avec :

"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan
et toujours :
"Là où chantent les écrevisses" de Delia Owens
"Les lumières de Tel Aviv" de Alexandra Schwartzbrod
"Faites moi plaisir" de Mary Gaitskill
"La chaîne" de Adrian McKinty
"Incident au fond de la galaxie" de Etgar Keret

Froggeek's Delight :

Des lives jeux vidéo (mais aussi des concerts) tout au long de la semaine sur la chaine Twitch. Rejoignez la chaine et cliquez sur SUIVRE pour ne rien rater de nos diffusions.

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=