Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les années fastes
Chan Koonchung  (Editions Grasset)  janvier 2012

"Le roman chinois le plus polémique de l’année" dit le Time Out. Pourquoi ne pas préciser qu’un doctorat en chinoiserie avancé est absolument indispensable pour cerner ce roman ? Mais trêve de ronchonnées, commençons par le début :

Chan Koonchung a écrit ce roman en 2009, Les années fastes, avec en tête une idée géniale : 2013, Pékin, la Chine est en pleine glorieuse, alors que le reste du monde courbe encore l’échine, suite au trauma post-crise fincancière. Après quelques recherches, on comprend assez vite qu’il a une grosse envie d’ouvrir les yeux aux jeunes de son pays, élevés avec une histoire tronquée, où les persécutions de Mao sont aux oubliettes, Tiananmen une gentille bourgade au passé fleuri et la famine de 1959-1961 n’a jamais eu lieu…

Toute la population chinoise vit dans le meilleur des mondes, et je suis bien obligée de faire le lien avec Huxley et Orwell (Le Meilleur des mondes et 1984) puisque tout le monde l’a fait, en même temps, c’est tellement évident ! Le roman est présenté sous forme de thriller : l’écrivain Lao Chen et ses amis asthmatiques se rendent compte qu’un mois entier de l’année 2011 a tout bonnement disparu des écrans radars, et la population entière semble l’avoir également oublié. Avec Xiao Xi la paranoïaque en chef, il va enquêter sur ce mois disparu, et se rendre vire compte que ce n’est que le coin du voile, la vérité est bien pire.

C’est exactement la raison pour laquelle le roman circule sous le manteau en Chine et ses provinces associées, après quelques recherches (non, je n’ai pas mon diplôme de chinologie, mais j’ai lu 1984 !) depuis la chute du communisme (lui-même précédé par des flamboyantes dynasties d’empereurs) la Chine est sous le joug d’une forme de dictature totalitaire, préférant vanter le faste en oubliant le reste un peu plus fâcheux.

Le début du roman se laisse lire assez facilement, la dystopie prend forme, on pense à Huxley et son meilleur des mondes (dans lequel les bébés sont conditionnés à des tâches, la société est castée, les vivants surveillés 24 heures sur 24, tout est contrôlé, répertorié, bridé, guindé, pendant que les preuves du passé sont détruites une à une), on imagine une suite rebondissante et étonnante. En effet, Chan Koonchung a eu la bonne idée de débuter son roman par la réalité de son pays, la curiosité est de savoir jusqu’où son imagination va nous emmener.

Mais l’accession à la deuxième et à la troisième partie du livre ne s’adresse qu’à un petit cercle d’initiés, habitués à la lecture d’essais critiques géopolitiques. Personnellement, cela ne m’a pas botté, ça m’a même carrément ennuyée. Oui, je l’avoue, j’ai sauté des pages… je suis même retournée en arrière. Pour comprendre. Au fond, que voulait vraiment Chan Koonchung pour ses idées ? Les travestir dans un roman pour terminer par un pamphlet politique amer ? A croire qu’il avait une idée de roman, une envie d’essai, qu’il a écrit les deux séparément et les a réunit à la "va-comme-je-te-pousse" !

Et même si l’idée est d’expliquer qu’on ne peut avancer sans connaître les erreurs du passé, qu’on peut toujours tirer une leçon des précédentes crises, tout ceci aurait mérité de suivre le ton romanesque de la première partie, ou d’avoir le ton politicien ronflant des deuxième et troisième parties.

Bref, une grande déception sur fond de dystopie proche futuresque… Un grand dommage pour un roman avec une si jolie couverture.

 
 

Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

• Edition du 2020-02-23 :
Ada & Rosie - Dorothée de Monfreid
La mémoire tyrannique - Horacio Castellanos Moya
Von Rundstedt le maréchal oublié - Laurent Schang
Santa Muerte - Gabino Iglesias
Tout pour la patrie - Martin Caparros
De rien ni de personne - Dario Levantino

• Edition du 2020-02-16 :
Les lumières de Niterói - Marcello Quintanilha
Apaiser Hitler - Tim Bouverie
Ted - Grand froid - Pierre Rehov - Cyril Carrère
Undercover - Amaryllis Fox
Préférer l'hiver - Aurélie Jeannin
La résurrection de Joan Ashby - Cherise Wolas
L'odysée du plastique - Eric Loizeau
 

• Archives :
Alt-Life - Joseph Falzon & Thomas Cadène
L'homme qui n'est jamais mort - Olivier Margot
Ce qui est nommé reste en vie - Claire Fercak
La chute - Jacques Ravenne
Dévorer les ténèbres - Richard lloyd Parry
Il est juste que les forts soient frappés - Thibault Bérard
Le livre de Sarah - Scott McClanahan
Comment le roi a perdu la tête - Ville Ranta
Basse naissance - Kerry Hudson
Et Mara ferma les yeux - Denis Jeambar
La Cité de Feu - Kate Mosse
Les sables de l'empereur - Mia Couto
La Septième Croix - Anna Seghers
Trois jours d'amour et de colère - Edward Docx
Le ciel à bout portant - Jorge Franco
Le prix de la démocratie - Julia Cagé
Les rues bleues - Julien Thèves
Les champs de la Shoah - Marie Moutier-Bitan
Nul si découvert - Valérian Guillaume
Et toujours les Forêts - Sandrine Collette
Victime 55 - James Delargy
Sugar Run - Mesha Maren
De Gaulle, portrait d'un soldat en politique - Jean-Paul Cointet
Sauf que c'étaient des enfants - Gabrielle Tuloup
Lake Success - Gary Shteyngart
Celle qui pleurait sous l?eau - Niko Tackian
Sang chaud - Kim Un-Su
Je suis le fleuve - T. E. Grau
La prière des oiseaux - Chigozie Obioma
Un millionaire à Lisbonne - J.R. Dos Santos
- les derniers articles (11)
- les derniers expos (31)
- les derniers films (2)
- les derniers interviews (25)
- les derniers livres (1926)
- les derniers spectacles (1)
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=