Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les années fastes
Chan Koonchung  (Editions Grasset)  janvier 2012

"Le roman chinois le plus polémique de l’année" dit le Time Out. Pourquoi ne pas préciser qu’un doctorat en chinoiserie avancé est absolument indispensable pour cerner ce roman ? Mais trêve de ronchonnées, commençons par le début :

Chan Koonchung a écrit ce roman en 2009, Les années fastes, avec en tête une idée géniale : 2013, Pékin, la Chine est en pleine glorieuse, alors que le reste du monde courbe encore l’échine, suite au trauma post-crise fincancière. Après quelques recherches, on comprend assez vite qu’il a une grosse envie d’ouvrir les yeux aux jeunes de son pays, élevés avec une histoire tronquée, où les persécutions de Mao sont aux oubliettes, Tiananmen une gentille bourgade au passé fleuri et la famine de 1959-1961 n’a jamais eu lieu…

Toute la population chinoise vit dans le meilleur des mondes, et je suis bien obligée de faire le lien avec Huxley et Orwell (Le Meilleur des mondes et 1984) puisque tout le monde l’a fait, en même temps, c’est tellement évident ! Le roman est présenté sous forme de thriller : l’écrivain Lao Chen et ses amis asthmatiques se rendent compte qu’un mois entier de l’année 2011 a tout bonnement disparu des écrans radars, et la population entière semble l’avoir également oublié. Avec Xiao Xi la paranoïaque en chef, il va enquêter sur ce mois disparu, et se rendre vire compte que ce n’est que le coin du voile, la vérité est bien pire.

C’est exactement la raison pour laquelle le roman circule sous le manteau en Chine et ses provinces associées, après quelques recherches (non, je n’ai pas mon diplôme de chinologie, mais j’ai lu 1984 !) depuis la chute du communisme (lui-même précédé par des flamboyantes dynasties d’empereurs) la Chine est sous le joug d’une forme de dictature totalitaire, préférant vanter le faste en oubliant le reste un peu plus fâcheux.

Le début du roman se laisse lire assez facilement, la dystopie prend forme, on pense à Huxley et son meilleur des mondes (dans lequel les bébés sont conditionnés à des tâches, la société est castée, les vivants surveillés 24 heures sur 24, tout est contrôlé, répertorié, bridé, guindé, pendant que les preuves du passé sont détruites une à une), on imagine une suite rebondissante et étonnante. En effet, Chan Koonchung a eu la bonne idée de débuter son roman par la réalité de son pays, la curiosité est de savoir jusqu’où son imagination va nous emmener.

Mais l’accession à la deuxième et à la troisième partie du livre ne s’adresse qu’à un petit cercle d’initiés, habitués à la lecture d’essais critiques géopolitiques. Personnellement, cela ne m’a pas botté, ça m’a même carrément ennuyée. Oui, je l’avoue, j’ai sauté des pages… je suis même retournée en arrière. Pour comprendre. Au fond, que voulait vraiment Chan Koonchung pour ses idées ? Les travestir dans un roman pour terminer par un pamphlet politique amer ? A croire qu’il avait une idée de roman, une envie d’essai, qu’il a écrit les deux séparément et les a réunit à la "va-comme-je-te-pousse" !

Et même si l’idée est d’expliquer qu’on ne peut avancer sans connaître les erreurs du passé, qu’on peut toujours tirer une leçon des précédentes crises, tout ceci aurait mérité de suivre le ton romanesque de la première partie, ou d’avoir le ton politicien ronflant des deuxième et troisième parties.

Bref, une grande déception sur fond de dystopie proche futuresque… Un grand dommage pour un roman avec une si jolie couverture.

 
 

Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 23 février 2020 : Eclectisme n'est pas un gros mot

Classique, pop, rock, découvertes, artistes confirmés, comédies, drames, art moderne ou plus classique, romans et livres historiques, tout se cotoient encore dans cette nouvelle et riche édition de Froggy's Delight. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Contemporary" de Adélaide Ferrière
"Un moment musical chez les Schumann" de Cyrielle Golin & Antoine Mourias
Rencontre avec Cyril Adda, autour de on album "L'îlot" et de sa session live de 5 titres
"Beethoven : intégrale des sonates pour piano" de Fazil Say
"Happy mood !" de François Ripoche
"L'appel de la forêt" de Julien Gasc
"Satchidananda", nouveau et 11eme mix de Listen in Bed
"Song for" de Noé Huchard
"Amours, toujours !" de Smoking Joséphine
"Rêve d'un jour" de The Chocolatines
"The Bear and other stories" de The Fantasy Orchestra
"Saint Cloud" de Waxahatchee"
et toujours :
"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Transmission" au Théâtre Hébertot
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Satsang !" au Théâtre La Croisée des Chemins-Belleville
"Labiche Repetita" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Le Tour du théâtre en 80 minutes" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Dieu est mort. Et moi non plus j'me sens pas trop bien !" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Isabelle Vitari - Bien entourée" au Palais des Glaces
"Cabaret décadent - Revue Electrique n°25" au Cirque Electrique
"Les Amants de Varsovie" au Théâtre du Gymnase
les reprises :
"Dementia Praecox" au Théâtre Elizabeth Czerzuk
"Ruy Blas" au Théâtre Gérard Philippe de Saint-Denis
"Dieu, Brando et moi" au Studio Hébertot
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

"Coeurs" au Musée de la Vie romantique
et la dernière ligne droite pour :
"Hans Hartung - La fabrique du geste" au Musée d'Art moderne de la Ville de Paris

Cinéma avec :

"Le Cas Richard Jewell" de Clint Eatswood
"L'Etat sauvage" de David Perrault
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Ada & Rosie" de Dorothée de Monfreid
"De rien ni de personne" de Dario Levantino
"La mémoire tyranique" de Horacio Castellanos Moya
"Santa muerte" de Ganino Iglesias
"Tout pour la patrie" de Martin Caparros
"Bon Rundstedt, le maréchal oublié" de Laurent Schang
et toujours :
"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 23 février 2020 : Eclectisme n'est pas un gros mot
- 16 février 2020 : Pour les amoureux de culture
- 9 février 2020 : On se calme et on se cultive
- 2 février 2020 : Place aux crèpes
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=