Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Rover - Bertrand Belin
Colisée  (Lens)  7 mars 2013

Ce soir là, j’étais à Lens. S’assoir ! Là ! J’étais à Lens. Ce soir, légère, à Lens. Ce soir là, j’ai l’aise à Lens. Ce soir là, c’était l’alliance.

Ce soir là, j’étais à Lens, au Colisée de Lens pour être exacte. Et, une fois n’est pas coutume, Bertrand Belin et Rover se retrouvaient tous deux en haut de l’affiche. Ni de première, ni de deuxième partie. Fifty fifty.

Ambiance cosy, gradin moelleux, couleurs chaudes. Les deux groupes s’attendaient, je pense, à avoir une attentive audience. Pendant que je patientais, que je scrutais le lever de rideaux, que j’observais la salle, je me demandais ce qui rapprochait Bertrand Belin de Rover et proportionnellement inversé. Bertrand Rover, s’ils s’assemblaient parfaitement, ce serait… Au fond de ma mémoire musicale, je recherchais, je triturais quelques chansons. J’essayais de mettre bout à bout des bouts. En vain. Et puis, je me suis dite que Rover Belin pourrait être un Colosse.

Bertrand Belin serait un de mes colosses de la post-Gainsbourg chanson française, avec Mathieu Boogaerts. Un jour, j’ai entendu répondre à la question qu’est-ce qu’une bonne chanson ? Qu’elle était celle qu’on réinterprète avec n’importe quel instrument, sans en dénaturer la moelle. Peut-être est-ce dû à la simplicité et la clarté de la création ? Bertrand Belin est un de ceux qui, à mon sens, va à l’essentiel. Le qualifier de minimaliste pourrait prêter à confusion. Loin de moi l’idée de décrire ses chansons comme "dénuées de" ou "sans". La recherche musicale est là. Mais le verbe et la strat, les deux ingrédients essentiels de Belin, vont à l’essentiel. Les mots ? Il les use pour leur sonorité, il les allonge, les accole, les fait sonner ou les arrête net. Et chacun est libre d’en absorber le sens qui résonne. Son jeu de guitare ? Il est cristallin et clinquant, vibrant, mais jamais hérissant, tricoté ou trituré. Dans un univers tantôt cotonneux voire brumeux, le dandy Belin chante de sa voix grave presque nonchalante des paysages, des émotions, des regrets, des douceurs.

Rover serait un colosse vocal ou une voix colossale. Et, quand le colosse oscille entre les cordes de David Bowie d’Elvis et celles de Robby Gibb, je m’écrie Champagne pour tout le monde ! Rover a connu, en 2012, un terrible coup de projecteur pour sa chanson "Aqualast". Elle est d’ailleurs aujourd’hui celle que le public attend à tous prix. Rover, voyageur aux multiples racines, ne se destinait pourtant pas d’emblée à la France. Thimothée Régnier s’est trouvé là, un jour, se découvrant d’ailleurs une voie par sa voix. Il s’est alors choisi le nom de scène "Rover" et roule... à jamais imprégné de l’image du hobo, troubadour musical, errant - aurait-il véritablement la passion des voitures ? - Rover a un registre plutôt sombre. Le passé au coeur du tourmenté Liban en est certainement une raison. Souvent, on cite pour le décrire, ses influences que sont les Black Keys ou encore Interpol. Le rock ténébreux sans nul doute. Pour ma part, en inconditionnelle de David Bowie, j’y vois beaucoup de parallèles.

Les rideaux se sont levés.

Bertrand Belin, que je pensais jusqu’alors très solitaire, s’était entouré d’une formation de quatre musiciens. Je l’ai toujours imaginé voyageur avec un baluchon, sa guitare, concédant parfois la présence de Tatiana Mladenovich pour sa douce voix et son jeu de batterie impeccable. Là, l’ensemble était plus orchestré, donnant une ouverture dans la création musicale. Quelques morceaux de l’album Hypernuit passés, Bertrand Belin s’est saisi de l’occasion pour donner un avant-goût de son prochain album Parcs. Décidément plus rock, emprunt de nouvelles influences, jazz, asiatique, Bertrand Belin s’éloignerait-il du registre intimiste ? L’affaire est à suivre...

Rover est, quant à lui, resté dans sa configuration trio. Tantôt au piano, tantôt à la guitare, le colosse a donné un concert survolté. Je l’avais vu, un an plus tôt, moins électrique. Les ballades folk rock trop, mis en avant, dénaturaient la force même de Rover. Ce soir là, Rover a continué, a joué Rover mais cette fois de manière plus dure, rock, éclatante.

Le concert terminé, c’était un goût de trop peu. Le public s’est levé pour en redemander encore. Belin - Rover, le mélange n’était pas si étrange, bizarrement raccord, étrangement rock. Ce soir là, je trouvais que les deux groupes dégageaient une énergie débordante. Si dans la voix de Rover se cachait un Elvis plus rock que jamais, Bertrand Belin était possédé de son déhanché. J’espère me retrouver bien vite, là, à m’assoir, à l’aise, voir d’autres alliances, à Lens.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Rover parmi une sélection de singles (octobre 2011)
La chronique de l'album eponyme de Rover
La chronique de l'album Let it glow de Rover
Rover en concert au Festival Les Paradis Artificiels #6 (édition 2012) - mardi 17 avril
Rover en concert au Festival Art Rock 2012 - vendredi, samedi et dimanche
Rover en concert au Festival Solidays #14 (édition 2012) - samedi
Rover en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2012 - jeudi
Rover en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2012 - jeudi - 2ème
Rover en concert au Fil (vendredi 19 octobre 2012)
Rover en concert au Festival Beauregard #5 (2013) - Samedi
Rover en concert au Festival Crazy Week !!! #4 (édition 2013) - vendredi
Rover en concert au Festival Art Rock 2016 - Dimanche 15 mai
Rover en concert au Festival Nancy Jazz Pulsations #44 (édition 2017)
L'interview de Rover (2 mars 2012)
L'interview de Rover (vendredi 19 juillet 2013)
La chronique de l'album eponyme de Bertrand Belin
La chronique de l'album La perdue de Bertrand Belin
La chronique de l'album Hypernuit de Bertrand Belin
La chronique de l'album Cap Waller de Bertrand Belin
La chronique de l'album Persona de Bertrand Belin
Bertrand Belin en concert au Studio Acousti (Showcase) (15 février 2005)
Bertrand Belin en concert à l'Espace Jemmapes (17 mai 2006)
Bertrand Belin en concert au Festival FNAC Indétendances 2007 (vendredi)
Bertrand Belin en concert à La Flèche d'Or (mardi 26 juillet 2012)
Bertrand Belin en concert au Trianon (mardi 15 décembre 2015)
L'interview de Bertrand Belin (samedi 9 mars 2019)

En savoir plus :
Le Myspace de Rover
Le Facebook de Rover
Le site officiel de Bertrand Belin
Le Facebook de Bertrand Belin


Rachel Debrincat         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Rover (2 mars 2012)
Bertrand Belin (5 octobre 2010)
Bertrand Belin (1 octobre 2009)


# 19 mai 2019 : Préparez vos cadeaux

On ne va pas couper à la Fête des mères, alors autant offrir des chouettes cadeaux. Voici une sélection de disques, spectacles, livres et même jeux vidéo pour vos mamans. C'est parti !

Du côté de la musique :

Interview de Romain Humeau de Eiffel autour de "Stupor Machine" accompagnée d'une session acoustique avec le groupe au complet
"Chostakovitch" de Artemis Quartet
"Marilou" de Equipe de Foot
"Le fil d'ariane" de Marianne Piketty & Le Concert idéal
"Trois frères de l'orage : Quatuors de Schulhoff, Haas, Thèmes et variations de Krasa" de Quatuor Béla
"Saisons" de Quintette Aquilon
Jean Pierre Kalfon et Jad Wio aux Rendez vous d'ailleurs
et toujours :
"Beatnik or not to be" de Elias Dris
"Dogrel" de Fontaines D.C.
"Dans le lieu du non-où" de L'Etrangleuse
"Leopold Mozart : Missa Solemnis" de Bayerische Kammerphilarmonie & Alessandro de Marchi
"Traversée" de Chrystelle Alour
"L'odysée remix" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
présentation du Hellfest Open Air Festival #14
"Les cuivres sur le toit" de Paris Brass Quintet
Hublot EP" de Solal Roubine
"Home is everywhere EP" de Nara

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Happy Child" au Théâtre de la Bastille
"True Copy" au Centquatre
"Cataract Valley" aux Ateliers Berthier
"Folie" au Théâtre du Rond-Point
"Dans la solitude des champs de coton" à la Grande Halle de La Villette
"Logiquim-pertubable-dufou" au Théâtre du Rond-Point
"The importance of being earnest" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Amours, mode d'emploi" au Théâtre des Mathurins
"Déshonorée" au Théâtre de l'Opprimé
"Jacob, Jacob" au Théâtre-Sénart
les reprises :
"Roses" au Théâtre de la Bastille
"Fin de partie" au Théâtre Essaion
"La Mate" au Théâtre du Rond-Point
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mai

Cinéma :

Oldies but Goodies avec "Divorce à l'italienne" de Pietro Germi
et la chronique des autres sorties de mai

Lecture avec :

"A la droite d'Hitler" de Nicolaus Von Below
"Des hommes en noir" de Santiago Gamboa
"Honorer la fureur" de Rodolphe Barry
"Les anges de Babylone" de Ghislain Gilberti
"Sa majesté des ombres" de Ghislain Gilberti
"Travelling" de Christian Garcin & Tanguy Viel
et toujours :
"A jeter sans ouvrir" de Viv Albertine
"Carnets clandestins" de Nicolas Giacobone
"Le sauvage" de Guillermo Arriaga
"Les carnets de guerre de Louis Barthas 1914-1918" de Fredman
"Toute une vie et un soir" de Anne Griffin
"War is boring" de David Axe & Matt Bors

Froggeek's Delight :

"A plage tale : Innocence" de Asobo / Focus sur PS4, XBOX et PC

"Day's Gone" sur PS4

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=