Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Villagers - Luke Sital-Singh
Le Grand Mix  (Tourcoing)  6 mars 2013

Il était charmant ce concert de Villagers, au final.

Une première partie ? Ah oui, c'est vrai, comme si tout bon moment avait son prix que l'on doit payer. Ce soir, il avait pour nom Luke Sital-Singh, jeune londonien sans intérêt. Un garçon, une chemise (et un pantalon, sinon gageons que notre jugement eut un peu différé), une guitare et des chansons d'amour. Romantisme FM, soit. Au suivant.

Le suivant c'est donc Villagers, groupe de l'irlandais Conor O'Brien, à la pop-folk très mélodieuse et douce. Sur la scène du Grand Mix ils sont cinq à défendre le dernier album {Awayland}. Bon, les quatre musiciens qui l'accompagnent font un peu de la figuration, il faut bien le reconnaître, pendant la majeure partie du concert. Tout repose sur les frêles épaules de hobbit et sur l'énergie enrhumée mais persistante du jeune homme.

Il défend son bout de gras de sa voix juvénile qui vient un peu du fond, sur des airs lumineux, finement ciselés et des textes pas dénués de vécu. Presque tout le nouvel album y passe, ainsi que les meilleurs titres du précédent Becoming a jackal, et même, personne n'est parfait, un titre écrit pour Charlotte Gainsbourg : "Memoir".

Bizarrement après l'entrain du début ça se déroule un peu, ça berce, il y a un relief qui manque (souvenir d'un concert de Beirut ici même, il y a quelques années qui avait ce goût-là). C'est bien, vraiment, mais pourquoi ne pas aller au bar boire de la bonne bière, plutôt ? Conscience professionnelle oblige, on tient bon. Et on est récompensés : les trois derniers titres explosent. Une version étonnamment douce du génial "Becoming a jackal", suivi par le tubesque "The waves", qui commence sur des pointillés d'écume morse pour s'écraser sur les rochers, comme ce concert qu'on a vu se profiler de loin, sans déplaisir, mais tellement mieux quand il éclabousse. Et puis enfin "Ship of Promises" (par lequel on a personnellement découvert Villagers, et immédiatement affectionné, jolie boucle bouclée ici). Le groupe fait cohésion enfin, la guitare électrique miaule et saute presque sur les baffles. Les morceaux font peau neuve, ça éclos, c'est l'éclate.

Les trois rappels nous déposent en douceur de ce petit vol accompagné. Pour finir par un à-propos "On a sunlit stage" et on sera reconnaissant à Conor O'Brien pour ces petites allusions à eux sur scène et nous dans le public, à plusieurs reprises dans les textes de ses chansons légèrement arrangées pour l'occasion. Une petite connivence qui fait aussi mise à distance de l'événement. Comme on le regarde, lui aussi nous regarde, on se sera approché mutuellement, et ses petits airs qui font mouche rentreront avec nous.

Oui, charmant concert.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Becoming a Jackal de Villagers
La chronique de l'album Darling Arithmetic de Villagers
La chronique de l'album Where Have You Been All My Life ? de Villagers
Villagers en concert à La Maroquinerie (29 juin 2010)
Villagers en concert au Festival Pukkelpop 2010 (vendredi 20 août 2010)
Villagers en concert à La Maroquinerie (lundi 11 avril 2011)
Villagers en concert au Festival Fnac Live #3 (édition 2013) - Jeudi
Villagers en concert à La Maroquinerie (jeudi 25 février 2016)



En savoir plus :
Le site officiel de Villagers
Le Facebook de Villagers
Le site officiel de Luke Sital-Singh
Le Facebook de Luke Sital-Singh

Crédits photos : Olivier Ryckebusch


Marion Gleizes         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Villagers (08 juin 2010)


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=