Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Foxygen
We are the 21th Century Ambassadors of Peace & Magic  (Jagjaguwar)  janvier 2013

"Si je n’étais pas membre de Foxygen, je serais le premier à trouver louche une telle excitation autour de ce groupe" pouvait-on lire au détour d’un article d’une revue pop moderne, profession de foi éclairée d’un des membres du groupe californien Foxygen.

Car une fois la vague hype passée, que reste-t-il vraiment de ce disque ? Sans parler de tout le décorum en toc et de l’attitude de branleurs néo-hippies usée jusqu’à la corde que le groupe trimbale avec lui jusqu’à des concerts chaotiques qui, à l’image de leur musique, n’est rien de moins qu’un recyclage du rock des années 60-70. Sincèrement pas grand-chose, si ce n’est un saut dans le passé, que même MGMT n’aurait osé suivre, pour un groupe qui clame haut et fort que la musique, c’était mieux avant et que rien ne vaut Fleetwood Mac, Spacemen 3 et la période 1965-1977.

Né en 2005 en Californie, Foxygen est un duo formé de Sam France et Jonathan Rado ayant déjà à son actif deux albums et deux bonnes poignées d’EP auto-produits dont Take The Kids Off Broadway qui leur a permis d’être repéré l’année dernière par Sam Swift de The Shins. Californien, la pochette très subliminale et le titre de leur disque parlant de paix et de magie, non Foxygen ne fait pas dans la subtilité et tout cela sent le flower power, le swinging london et le patchouli à plein nez.

Et si on est bien forcé de reconnaître que le duo arrive à trousser de belles mélodies, on ne peut s’empêcher de penser aux illustres aînés passés avant : Rolling Stones période Beggars Banquet ou Exil on main street sur la quasi intégralité du disque, la voix de France faisant inévitablement penser à celle de Jaegger, T-Rex époque Cosmic Dancer mais aussi les Beatles ou le Velvet. Je ne parlerai même pas des arrangements littéralement copiés sur ceux de George Martin ou John Paul Jones.

Le problème comme le souligne Foxygen eux-même, c’est que ce genre de musique, c’était mieux avant. Alors certains pourront toujours arguer que le groupe se démène pour réinventer le truc, que les chansons ne sont pas si mal que cela, il manque cruellement le génie, la clairvoyance et les flamboyances des artistes sus-cités. Le sentiment de rébellion et de libération porté par la musique de l’époque semble si loin que je ne peux m’empêcher de penser comme me soufflait un ami que ce disque ne sera vraiment écoutable que dans 60 ans, quand on confondra un peu les différentes époques de la pop. D’ici là…

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Hang de Foxygen
La chronique de l'album Seeing Other People de Foxygen
Foxygen en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #27 (édition 2015) - Samedi 4
Foxygen en concert au Festival La Route du Rock #27 (édition 2017)

En savoir plus :
Le site officiel de Foxygen
Le Bandcamp de Foxygen
Le Soundcloud de Foxygen
Le Facebook de Foxygen


Le Noise (Jérôme Gillet)         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 29 mars 2020 : On continue à s'égayer le cerveau

On attaque la troisième semaine de confinement. On ne va pas baisser les bras, et nous vous proposons encore un joli contenu histoire de s'oxygéner le cerveau comme on peut. C'est parti.

Du côté de la musique :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds
et toujours :
"La course" de Bon Voyage Organisation
"Où ça en est ?" de Ceylon
"Blossom" de Coralie Royer
"Brothers of string" de Duplessy & the Violins of the World
"Atomised single" de Gogo penguin
"Onkalo" de Julie Campiche Quartet
"Single carry me home" de Kokoroko
"The pain, the blood and the sword" de Lion's Law
"Five for five" de Michael Fine
"Mon étrangère" de Valentin Vander

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
une comédie contemporaine avec la captation de la création originelle de "Art"
du boulevard avec :
le streaming de "Fleur de cactus"
le streaming de "Jo"
un classique revisité avec la captation de "Peer Gynt"
une évocation de l'univers de Lewis Caroll avec la captation de "Lewis versus Alice"
dans la rubrique "Au Théâtre ce soir" :
"Peau de vache"
avec Sophie Desmarets
et "La Puce à l'oreille" avec Louis de Funès
une gourmandise pour fan addict avec Fabrice Luchini en vidéo dans "Le point sur Robert"
et des spectales à voir ou a revoir en DVD :
"Le Paradoxe amoureux"
"Dieu habite Dusseldorf"
"ABC D'airs"

Expositions :

en toute tranquillité mais musicales avec sur le Musée de la Sacem :
"L'Opérette" de son Age d'or à la Belle Epoque au regain d'engouement avec sa réactivation par des compagnies contemporaines tels "Azor" et "La Grande duchesse de Gerolstein"
et celle dédiée à son roi "Jacques Offenbach"
au Musée de la Monnaie de Paris :
la visite virtuelle des collections permanentes et la visite de sa dernière exposition en date "Kiki Smith"
et passer les frontières avec la visite virtuelle des collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

Ciné-Club at home avec :
"Blue Velvet" de David Lynch
"Casanova" de Federico Fellini
"Les 39 marches" d'Alfred Hitchock
le téléfilm "Paris Best" de Philippe Lioret
et des films récents sortis en DVD :
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"Alice et le maire" de Nicolas Pariser
"Noura" de Hinde Boujemaa

Lecture avec :

"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot
et toujours :
"Confession téméraire" de Anita Pittoni
"L'âne mort" de Chawki Amari
"L'archipel des larmes" de Camilla Grebe
"Riposte" de David Albertyn
"Temps noirs" de Thomas Mullen
"Toute la violence des hommes" de Paul Colize
"Une île sur la Volga" de Iwan Lépingle

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 29 mars 2020 : On continue à s'égayer le cerveau
- 22 mars 2020 : Homeworks
- 15 mars 2020 : La culture sans bouillon de culture
- 8 mars 2020 : La vie en (mo) rose
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=