Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Santa Cruz
Welcome to the red barn  (Hasta Luego Recordings)  novembre 2003

Imaginez un peu Will Oldham invité chez Calexico... vous y êtes ? Un folk coloré western, le tout au ralenti, il ne manque que John Wayne nonchalament installé sur son cheval, trottant non moins nonchalament dans le désert sous un soleil de plomb et vous avez tout à fait la bande son parfaite du western parfait. A savoir ... Welcome to the red barn de Santa Cruz.

D'ailleurs le nom du groupe aurait pu m'épargner cette mise en situtation tant l'emballage correspond au contenu.

Un folk rock nonchalant donc, paresseux plutôt que lent, tendu plutôt que violent, dense et sombre à souhait à l'image de l'excellente reprise de Smog "River Guard" entêtant à souhait et qui est pourtant un morceau très dépouillé sur lequel la (double) voix est écrasante. La voix est en effet un élément important chez Santa Cruz car elle porte réellement les morceaux et donne cette coloration américaine à l'album, entre Calvin Russell et Swell.

C'est donc ça Welcome to the Red barn, un gigantesque boeuf auquel se seraient invités tous ces gens là. Et ce n'est d'ailleurs pas si loin que cela, car si ici il n'y a ni Swell, ni Will Oldham, c'est en studio qu'est né ce groupe. Autour de Bruno Green se sont réunis quelques musiciens qui au fil de quelques sessions d'enregistrements, sans même de répétition, en très peu de temps, ont donné vie à ce disque.

Et comme si cela ne suffisait pas, Bruno Green a réitéré avec Laetitia Sheriff, Red (parrain de Santa Cruz), Thomas Belhom pour 12 titres supplémentaires à paraitre au fil du temps notamment sur leur site web (Vous pouvez déjà y trouver une reprise du "After I made love to you" de Bonnie Prince Billy de toute beauté).

Et comme je ne l'avais pas encore précisé, Santa Cruz n'est pas, au contraire de Calexico, issu de quelques terres arides et mythiques de l'amérique lointaine, non, Santa Cruz est estampillé "made in France" et n'a pas à rougir de la comparaison avec ses alter égo américains.

D'ailleurs les Santa Cruz ne se gênent pas d'avantage pour égratigner, eux aussi l'Amérique actuelle et George W. en particulier. Il est aussi question d'alcool ("Alcohol, spirit and wine" et "I don't drink water" en témoignent) et d'amis disparus (le sublime "Red with mud").

Le coté Calexico est flagrant sur "Whatever it takes" irrésistiblement western avec ses slides et sa voix de cowboy qui a (trop) vécu... tandis que l'influence de l'école Will Oldham est patente sur "Oh my Lord" par exemple. Mais c'est sur "I don't Drink Water", que l'album se termine ...presque. Un morceau essentiellement clavier/voix agrémenté de quelques arrangements vocaux et musicaux dans la plus pure tradition blues déjanté du grand Tom Waits qui termine en beauté un disque sur lequel nous aurions de toute façon beaucoup de mal à mettre en avant telle ou telle chanson tant elles sont toutes à leur place. Néanmoins, je mettrais sans doute "Red with mud" sur ma compil des indispensables de l'année 2003.

A noter également un clin d'oeil en fin de disque avec une reprise du "I wanna be your dog" des Stooges dans une version assez curieuse et originale (on croirait que le micro n'était pas du même coté de la porte que les musiciens, comme pour signifier une certaine pudeur et modestie à reprendre ce titre à leur compte) qui prend à contrepied les nombreuses reprises souvent poussives de ce titre (je pense notamment à une des plus récentes d'une demoiselle pleine de coccinelles).

Du fait de cette génèse en studio, Santa Cruz se définit lui même comme un collectif plus que comme un groupe à part entière, avec toute liberté donc de partir vers d'autres horizons selon le capital humain impliqué dans les enregistrements.

En tout cas, ce coup d'essai plus que convaincant et fort recommandable laisse présager de beaux jours pour Santa Cruz en particulier et pour le rock français en général.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Long gone desire de Santa Cruz
La chronique de l'album Elvis In Acapulco de Santa Cruz
La chronique de l'album Microrgan de Santa Cruz
L'interview de Santa Cruz (jeudi 29 mai 2014)


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Santa Cruz (29 mai 2014)


# 23 juin 2019 : Un festival de festivals

On vous parle bientôt du Hellfest, on vous parle déjà du Magnifique Society, on va partir au festival de Beauregard... bref, c'est l'été, la saison des festivals et on va vous tenir compagnie tout l'été, histoire de vous rafraichir les idées pendant que votre corps suera à grandes eaux sous le soleil caniculaire. Voici le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Une clairère" de Jérôme Minière
"Cheval fou" de Marie Claire Buzy
"Le pas de côté" de Matthieu Malon
"Trust in the Lifeforce of the Deep Mystery" de The Comet Is Coming
"Years to burn" de Calexio & Iron and Wine
"Tutto va vene" de Alex Rossi
"The coffin train" de Diamond Head
"Black Haze" de Lloyd
Compte rendu du Magnifique Society à Reims :
- Vendredi avec Delgrès, Franz Ferdinand, The Fat White Family...
- Samedi avec Pond, Bagarre, Sebastian etc.

et toujours :
"Frescobaldi : Toccate e partite d'intavolatura di cimbalo, libro primo" de Christophe Rousset
"Ravel l'exotique" de Ensemble Musica Nigella & Takénori Némoto & Marie Lenormand & Iris Torrosian & Pablo Schatzman
"Rouen dreams" de Jean-Emmanuel Deluxe & Friends
"Antonio Salieri : Tarare" de Les Talens Lyriques & Christophe Rousset
"N'obéir qu'à la terre" de Louise Thiolon
"... Ni précieuse" de Malakit
"Différent" de Monsieur
"Women's legacy" de Sarah Lenka
"At the end of the year" de Thomas Howard Memorial
"Génération guerre sainte" de Torquemada

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Why ?" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Les Evaporés" au Théâtre de la Tempête
"Elle voit des nains partout !" au Café de la Gare
"Nous deux et personne d'autre" au Lavoir Moderne Parisien
"Roger, Roger et Roger" au Café de la Gare
"Olympicorama - Epreuve n°2 : Le disque" à la Grande Halle de La Villette
"Comment épouser un milliardaire" à la Nouvelle Seine
et la chronique des spectacles à l'affiche en juin

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour "Rouge - Art et Utopie au pays des Soviets" au Grand Palais

Cinéma :

les films de la semaine :
"Natan, le fantôme de la rue Francoeur" de Francis Gendron
Oldies but Goodies avec "L'Age d'or" de Luis Bunuel
et la chronique des films à l'affiche en juin

Lecture avec :

"Avis de décès" de Zhou Haohui
"L'évasion du siècle" de Brendan Kemmet
"La lame" de Frédéric Mars
"La solitude Caravage" de Yannick Haenel
"Malamorte" de Antoine Albertini
et toujours :
"Au péril de la mer" de Dominique Fortier
"Etre soldat de Hitler" de Benoit Rondeau
"La nation armée" de André Kaspi
"Le karaté est un état d'esprit" de Harry Crews
"Le rêve de la baleine" de Ben Hobson
"Les deux vies de Sofia" de Ronaldo Wrobel

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=