Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Ne réveillez pas le diable qui dort
John Verdon  (Editions Grasset)  mars 2013

Il prit sa retraite à 53 ans pour commencer une carrière d’écrivain que j’espère longue et parsemée de thrillers. Il s’est immédiatement fait remarquer avec son premier roman 658 et son meurtrier machiavélique sévissant autour d’une sombre énigme. Paf ! Une année plus tard, N’ouvre pas les yeux avec des femmes décapitées le jour de leur mariage. Paf ! Cette année, Ne réveillez pas le diable qui dort. Non, je n’ai pas lu les autres, j’espère qu’il ne fait pas le Harlan Coben qui utilise la même trame à chacun de ses romans (mais puisque ça fonctionne toujours autant, qu’il continue !).

Mais je peux vous dire que celui-ci est un thriller rythmé, efficace et inattendu. John Verdon, soyez le bienvenu parmi les livres qui ne prendront jamais la poussière, ceux qui passeront de mains en mains, suivis de près par : "lis, c’est génial !", parmi les livres écornés, les pages crissant sous les miettes, la tranche trempée dans le potage et les pages ondulées qui ont pris un bain. Ces romans qu’on ne lâche qu’à la toute dernière page, qui subissent les aléas des lieux de lecture insolites (ou pas).

L’impression de regarder un film. Les descriptions efficaces comme un plan de coupe. Les dialogues percutants et précis. Pas un mot de trop. Pas une longueur. Et avec tout ça, des personnages attachants, des portraits savamment distillés au fil des pages. Même sans lire les romans précédents écrits autour du même enquêteur Dave Gurney, on en apprend suffisamment sur son passé pour comprendre la pugnacité du bonhomme. Mais trêve de bavardages, place à l’histoire (sans le nom du meurtrier évidemment).

Nonobstant (yes ! Enfin je réussis à caser ce super mot qui fera prendre 50 points vocabulaire à ma copie ! Yes yes yes !). Hum… Je disais donc : nonobstant le prologue intimidant, l’histoire commence par un coup de fil assez banal d’une journaliste (Connie), ancienne auteure d’un méga article vantant les supers pouvoirs d’enquêteur Gurney, à ce Gurney même. Elle lui demande gentiment (parce que sinon il aurait certainement refusé et pas d’histoire…) de veiller sur Kim, sa fille, journaliste en herbe, auteure d’un dossier sur les souffrances des familles des victimes de meurtres, leur incompréhension, leur chagrin, leur vie après, leur vie sans… Ce dossier a justement attiré l’œil d’une chaîne de télévision qui souhaite en faire une émission complète.

Maman Connie craint que sa fille Kim s’attire les mauvaises intentions d’un peu partout, surtout que sa première série d’interviews concerne les familles des victimes d’un serial killer qui arrêta brutalement ses meurtres hasardeux "Le Bon Berger"… et qu’on ne retrouva jamais… Ajouter à ça un ex petit-ami plutôt louche (voire carrément malade), Gurney a de quoi occuper sa retraite.

Le flair de Gurney s’active devant les semi "incohérences" de l’enquête, devant ce portrait de profileur pas net, devant les silences et les mauvaises similitudes. Son côté pro reprend le dessus, il réactive d’anciens contacts, partage des théories et se met en quête de la vérité. C’est plus fort que lui. La trouvera-t-il ? Quel en sera le prix ? Jusqu’où faudra-t-il aller ? Quels seront ses alliés ?

Les questions des thrillers sont les mêmes à chaque fois, mais c’est tellement savoureux de lire les 500 pages en trois kilos pour avoir les réponses.

Conclusion : "lis, c’est génial !"

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :
La chronique de "658"

En savoir plus :
Le site officiel de John Verdon


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 23 février 2020 : Eclectisme n'est pas un gros mot

Classique, pop, rock, découvertes, artistes confirmés, comédies, drames, art moderne ou plus classique, romans et livres historiques, tout se cotoient encore dans cette nouvelle et riche édition de Froggy's Delight. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Contemporary" de Adélaide Ferrière
"Un moment musical chez les Schumann" de Cyrielle Golin & Antoine Mourias
Rencontre avec Cyril Adda, autour de on album "L'îlot" et de sa session live de 5 titres
"Beethoven : intégrale des sonates pour piano" de Fazil Say
"Happy mood !" de François Ripoche
"L'appel de la forêt" de Julien Gasc
"Satchidananda", nouveau et 11eme mix de Listen in Bed
"Song for" de Noé Huchard
"Amours, toujours !" de Smoking Joséphine
"Rêve d'un jour" de The Chocolatines
"The Bear and other stories" de The Fantasy Orchestra
"Saint Cloud" de Waxahatchee"
et toujours :
"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Transmission" au Théâtre Hébertot
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Satsang !" au Théâtre La Croisée des Chemins-Belleville
"Labiche Repetita" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Le Tour du théâtre en 80 minutes" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Dieu est mort. Et moi non plus j'me sens pas trop bien !" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Isabelle Vitari - Bien entourée" au Palais des Glaces
"Cabaret décadent - Revue Electrique n°25" au Cirque Electrique
"Les Amants de Varsovie" au Théâtre du Gymnase
les reprises :
"Dementia Praecox" au Théâtre Elizabeth Czerzuk
"Ruy Blas" au Théâtre Gérard Philippe de Saint-Denis
"Dieu, Brando et moi" au Studio Hébertot
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

"Coeurs" au Musée de la Vie romantique
et la dernière ligne droite pour :
"Hans Hartung - La fabrique du geste" au Musée d'Art moderne de la Ville de Paris

Cinéma avec :

"Le Cas Richard Jewell" de Clint Eatswood
"L'Etat sauvage" de David Perrault
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Ada & Rosie" de Dorothée de Monfreid
"De rien ni de personne" de Dario Levantino
"La mémoire tyranique" de Horacio Castellanos Moya
"Santa muerte" de Ganino Iglesias
"Tout pour la patrie" de Martin Caparros
"Bon Rundstedt, le maréchal oublié" de Laurent Schang
et toujours :
"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 23 février 2020 : Eclectisme n'est pas un gros mot
- 16 février 2020 : Pour les amoureux de culture
- 9 février 2020 : On se calme et on se cultive
- 2 février 2020 : Place aux crèpes
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=