Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Benoit Carré
Celibatorium  (Washi Wahsa / Music of Music / Warner)  avril 2013

Celibatorium est le premier album de Benoît Carré. Ce nom plutôt mortifère n’est après tout que le lieu où a été enregistré l’album, un établissement d’hébergements pour des professionnels à l’écart de leur famille.

Qu’il paraît loin le Voyage en Italie de Lilicub, le groupe qu’il formait avec Catherine Diran, il y a plus de dix ans. Comme s’il avait cette fois-ci franchi une étape, celle de se présenter à découvert, sans recourir à un groupe ou à un personnage. Un album d’une tonalité douce-amère d’un homme qui a mûri, dont les illusions et les espérances se sont comme abîmées.

Benoît Carré endosse le personnage du spectateur, qui reste à l’écart, dans l’ombre. Toujours ébloui par le monde du spectacle, du cinéma, il est celui qui chasse les "autographes", "Le figurant" aux arrière-arrière-plans des scènes. Benoit Carré est aussi acteur et réalisateur, on peut imaginer qu’il les connaît ces gens qui ont pour absolu de parler aux vedettes, qui subliment leurs histoires par écran interposé… "sur l’écran noir de mes nuits blanches" chantait Nougaro. Ce pas de côté, cette vie à moitié des timides, des gens qui n’osent pas, comme une fatalité à rester en deça de soi qu’il chante encore dans "J’ai peur des filles", "A quoi ça m’a servi ?", les gens qui regardent passer le train de luxe avec les festins, les bijoux et les femmes à l’intérieur dans la lumière chaude.

C’est aussi cette histoire du batteur débarqué des Beatles avant que le groupe n’explose, "Pete Best" remplacé par Ringo Starr en 1962, qui devient boulanger. La vie pleine, le succès, l’argent reviennent à un autre, comme dans le titre "Peut-être" : est-il lieu de s’en plaindre, de crier à l’injustice, de souhaiter un quelconque châtiment pour ceux qui sont seulement du bon côté ? Pas même. Est-ce qu’à un certain âge, un homme se résigne ? Est-ce qu’il accepte la place qui lui semble assignée ? Quel est-ce désenchantement sur la vie ?

Dans "Piano Mécanique", il écrit : "L’amour reviendra comme il vient à tous ceux qui n’ont pas renoncé à souffrir". La phrase est sublime. Mais d’un désespoir féroce. Il suffisait qu’il remplace par "jou-ir" pour que l’amour se pare de magie, de légèreté, de plaisir, d’entente, d’harmonie, de camaraderie (vous voyez un tableau de Fragonard, "Les Hasards heureux de l'escarpolette"). L’amour et la souffrance : vision noire du ressentiment, de l’incommunicabilité des êtres. Peut-être… hélas !

Le refuge alors est dans l’enfance, boîte à musique, rêves entiers, "des marelles qui montent jusqu'au ciel", qu’il interprète avec sa sœur l’actrice Isabelle Carré.

En tirant le fil, en suivant la musique on comprend que Benoit Carré a créé ses chansons comme de petits courts-métrages, y convoquant tous les acteurs, les actrices de son panthéon personnel, d’Alain Delon à Jean Bouise, de Catherine Deneuve à Kim Novak. La musique et les orchestrations expérimentales à partir des sons d’instruments de cuisine sont bruitages, partitions à la Vladimir Cosma ("Peut-être" m’a semblé fraterniser avec la B.O. des Aventures de Rabbi Jacob).

On se doute que beaucoup de personnes se reconnaîtront dans cet album, elles y liront des références communes. Elles sauront qu’elles font nombre : combien sommes-nous à nous sentir des figurants à peine "calculés"… "rendez-nous la lumière" tambourine le grand Dominique A, sur un autre sujet. Et il y aurait encore à dire sur ce sujet de la dépossession de soi…

En mettant à nu les doutes et l’embarras à s’arranger avec la vie, Benoît Carré a touché juste. Il se place sur le même banc que Florent Marchet.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Benoît Carré en concert au Festival Les Nuits Secrètes 2012 - 11ème édition - Samedi
Benoît Carré en concert au Trois Baudets (mercredi 29 mai 2013)

En savoir plus :
Le site officiel de Benoît Carré
Le Facebook de Benoît Carré


Sandrine Gaillard         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 8 décembre 2019 : Et si Noël n'avait pas lieu ?

Grève générale, transports bloqués, morosité ambiante, réchauffement climatique... Et si cette année Noël n'avait pas lieu ? Quoi qu'il en soit vous aurez largement de quoi vous réjouir avec notre proposition de découvertes culturelles hebdomadaires dès maintenant. Par ailleurs, suivez notre facebook pour gagner des places pour le concert de She Owl.

Du côté de la musique :

"The undivided five" de A Winged Victory for the Sullen
Rencontre avec Lofofora autour de leur album "Vanités"
"Fly fly" de Céline Bonacina
"Romantic sketches" de Fred Perreard Trio
"Not married anymore" de Hasse Poulsen
"Enfer et paradis" de Les Nus
"Une certaine urgence", émission #6 de notre podcast Listen In Bed
"De temps et de vents" de Bodh'aktan
"Building site" de Mata Hari
"Gréty : Raoul Barbe Bleue" de Orkester Nord, Martin Wahlberg
et toujours :
"D'où vient le nord" de Francoeur
"Other side effects" de Lion Says
"Black Cofvefe" 5eme volume des mixes en podcast de Listen in Bed
"Santa Maria Remix" de Carmen Maria Vega
"Paganini, Schubert" de Vilde Frang & Michail Lifits
"I don't want to play the victim, But i'm really good at it" de Love Fame Tragedy
"Little ghost" de Moonchild
"Los Angeles" de Octave Noire
"A blemish in the great light" de Half Moon Run
"Older" de Quintana Dead Blues eXperience
"C'est pas des manières" de The Glossy Sisters
"Zimmer" de Zimmer

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Architecture" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Elvira" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"New Magic People" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"A" à la Scène Parisienne
"Mister Paul" au Théâtre L'Atalante
"Deux amoureux à Paris" au Studio Hébertot
"Nobody is perfect" à la Scène Parisienne
des reprises :
"Allers-Retours" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Portrait de Ludmilla en Nina Simone" au Théâtre des Abbesses
"Métropole" au Théâtre de la Reine Blanche
"Chambre noire" au Monfort Théâtre
et la chronique des spectacles à l'affiche en décembre

Expositions avec :

"Marche et démarche - Une histoire de la chaussure" au Musée des Arts Décoratifs
"Helena Rubinstein - La Collection de Madame" au Musée du Quai Branly

Cinéma avec :

Les nouveautés de la semaine :
"La Vie invisible d'Euridice Gusmao" de Avénarius d’Ardronville
"Le Roi d'Ici" de Karim Aïnouz
Oldies but Goodies avec "Kanal" de Andrzej Wajda
et la chronique des films sortis en novembre

Lecture avec :

"Au plus près" de Anneli Furmark & Monika Steinholm
"Evolution " de Marc Elsberg
"L'amexique au pied du mur" de Clément Brault & Romain Houeix
"Rien que pour moi" de J.L. Butler
"Secret de polichinelle" de Yonatan Sagiv
et toujours :
"Le chant du bouc" de Carmen Maria Vega
"La tempête qui vient" de James Ellroy
"Le crime de Blacourt" de Daphné Guillemette
"Pas de répit pour la reine" de Frédéric Lenormand
"Stalingrad" de Antony Beevor
"Un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout" de Alice Munro

Froggeek's Delight :

"Oculus Quest" Le casque de réalité virtuel autonome

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 8 décembre 2019 : Et si Noël n'avait pas lieu ?
- 1er décembre 2019 : On prépare les cadeaux
- 24 novembre 2019 : Black Friday culturel
- 17 novembre 2019 : 4 ans déjà
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=