Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Delenda - Zlot - La Malle à Malice
Bar Three  (Paris)  22 novembre 2004

Deuxième soirée Froggy's Delight dans les caves bondées du Bar Three ! Un beau succès car vous étiez venus nombreux nous retrouver et écouter théâtre et musique.

Voici un petit souvenir de ce que vous avez vu et entendu et, pour les autres aussi, ceux qui l'ont raté parce qu'ils avaient préféré aller voir le bon vieux Morrissey grand comme une aiguille dans la botte de foin qu'est le Zenith.

C'est la toute jeune compagnie La Malle à Malice qui, grâce à Cléa, assurera l'accueil du public et les intermèdes.

La jeune troupe a décidé de nous faire découvrir le dramaturge britannique Martin Crimp. Deux scènes de la pièce "Atteintes à sa vie" ("Attempts to her life") nous sont présentées dans une petite cave pleine à craquer.

La mise en scène spartiate s’intègre bien au lieu. La cave est plongée dans l’obscurité, de petites lumières allumées rythment la représentation laissant apparaître ici un visage, là une silhouette. Entassé dans cette salle exiguë, le public retient son souffle et vibre à l’unisson du texte tantôt cruel et violent tantôt comique.

L’ambiance sombre et feutrée des lieux rend bien la tension qui se dégage du texte de la première partie. Mais l’énergie, la bonne humeur qui se dégage des acteurs donne une tonalité sympathique et contrebalance le texte grinçant.

Le deuxième passage est plus léger, plus rapide, plus comique. Il s’agit d’une sorte de monologue en miroir français italien. Chaque phrase en français est immédiatement traduite en italien et vice versa. Le décalage entre les deux langues ainsi que les mimiques des actrices déclenchent des rires dans le public.

L’audience conquise restera un peu sur sa faim devant une trop courte représentation. Nous les retrouverons, espérons-le, plus longuement une prochaine fois.

Après démontage des accessoires de La Malle à Malice, c'est au tour de Zlot d'installer ses instruments, un drôle de bric-à-brac que les percussions en tout genre de Virginie alors que Laurent et sa guitare acoustique fait dans le sobre (comment ? sa chemise et sa coiffure ? y'a plus sobre ? ouaip et alors ! :)).

Habitués au public sagement assis dans la confortable petite salle du théâtre des Blancs Manteaux, les Zlot se retrouvent ici face à un public debout, bavard et surtout, parce que il n'y a pas de scène délimitée, nez-à-nez avec les spectateurs.

Mais il leur en faudrait plus pour les déstabiliser et durant une petite heure, ils passeront leur répertoire en revue au rythme de petites plaisanteries et autres mimiques dont ils ont le secret et qui pourraient passer pour de l'improvisation si l'on n'a jamais vu leur spectacle.

 

 

 

 

 

Et comme le disait un spectateur ce jour là, "C'est tellement drôle tout le temps que c'est impossible que ce soit improvisé sans arrêt, ce serait trop balèze" (l'auteur de ces propos se reconnaitra).

Car oui, il faut le dire, les Zlot sont drôles avec un grand U comme Humour.

Leurs textes affutés taillés dans le lard de tout un chacun, militaires, vieux, amoureux, vous et nous. Une chanson française dépouissiérée et atypique rythmée par Virginie qui joue même de la rape à fromage et de la valise (si si !) et les gesticulations de Laurent, le roi du solo de guitare, un sacré musicien même s'il se joue de la rockattitude !

Pour voir la baguette magique lumineuse, courrez donc les retrouver aux Blancs Manteaux, vous ne le regretterez pas !

Toujours en duo, un de ces duos qui de Rita Mitsouko aux Kills sont porteurs d'un univers, les Delenda investissent la scène à leur tour.

Toujours un peu traqueurs, quelques incidents techniques vont émailler le début du concert sans pour autant leur faire perdre, ni le rythme, ni leur concentration, ni leur enthousiasme. Tout de rouge et noir vêtus (veste CCCP pour Thierry et tailleur noir et collants rouges pour Anne dont la coupe de cheveux très rock'n roll en surprendra plus d'un), les Delenda entament le set de la même façon que lors du précédent concert par "About a girl" de Nirvana.

Première chose frappante, le son est bien meilleur que la fois précédente, plus puissant, avec plus de basse, encore un petit effort sur les décibels et une guitare un peu moins timide et on tiendra un son impeccable.

C'est "Lost" qui succède à la reprise de Nirvana, et qui déchaine le public (Public animé par un certain Charles A., en grande forme, soit dit en passant, qui y va de ses commentaires à chaud pour motiver tant le groupe que les auditeurs) enchainé avec "Sunshine" autre pièce maitresse du duo.

 

 

Anne, handicapée par une côte cassée ne s'en laisse pas compter et s'attaque ensuite à "Israel" de Siouxie avec brio.

D'abord parce que le groupe maitrise tout à fait cette reprise mais aussi parce que la performance vocale est notable.

Suit "Tainted love" fidèle à lui-même belle reprise suffisamment personnalisée pour ne pas sentir le réchauffé.

Malheureusement, sur "Riders of the storm", reprise façon reggae dub (un peu boostée ce soir là) tout se complique, la bande accompagnant le groupe a des sautes d'humeur.

Il faut tout le sang froid et le talent du groupe pour continuer imperturbablement le morceau sans se planter ... et sans détruire la platine CD à coup de pieds (Bravo Thierry pour le self control !).

"Ashes to Ashes" pourtant remarquablement réussi dans cette version subit le même sort et Thierry est tout de même un peu déstabilisé alors que Anne toujours zen poursuit sans heurt accompagnée par un public solidaire qui tape dans ses mains.

La bonne fée Technique veille cependant sur eux et se ressaisit. Dès lors, tout repart à fond les gamelles pour un concert d'enfer avec tous le répertoire des Delenda notamment "Smart leader", "Qui mord" ou "Les loups" qui déchaînent le public qui ne s'en lasse pas, reprend en choeur et en redemande.

Un petit chouchou a même droit à une superbe reprise dédicacée de "Femme fatale" du Velvet !.

Le concert se clôt sur "Kultur" mais personne n'a envie de partir. Allez, on reprend "Les loups", une fois encore plébiscité.

Décidément, Delenda, à l'image de cette photo, est un vrai couple de scène !

Et ça ne fait que commencer !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Démo 6 titres de Delenda
Articles : Le 22 novembre, Froggy's delight est de sortie - Delenda - Zlot - La malle à malice
Delenda en concert au Bar Three (18 octobre 2004)
Delenda en concert au Bar Three (24 janvier 2005)
Delenda en concert aux Blancs Manteaux (25 mars 2006)
Delenda en concert aux Blancs Manteaux (18 mai 2006)
L'interview de Delenda ( mars 2004)
La chronique de l'album Zlot CD 3 Titres de Zlot
La chronique de l'album Un minimum rouge de Zlot
L'interview de Zlot (16 décembre 2004)
Spectacles : Zlot - Les Blancs Manteaux


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 12 juillet 2020 : Un air d'été

On entre dans la saison des vacances, pour vous comme pour nos chroniqueurs. Vous nous retrouverez tout l'été quand même avec des éditions web plus légères et toujours notre Froggy's TV bien sûr avec La Mare Aux Grenouilles et plein d'autres émissions. c'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

La Mare Aux Grenouilles #6, sommaire et replay
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet
"INTENTA experimental & electronic music from Switzerland 1981-93" par divers artistes
"Jimmy Cobb" mix #19 de Listen In Bed
"Chausson le littéraire" de Musica Nigella & Takenori Nemoto
"Alessandro Scarlatti, il Martirio di Santa Teodosia" de Thibault Noally & l'Ensemble Les Accents"
et donc La Mare Aux Grenouilles numéro #5 avec la liste de ce qui a été abordé et le replay.

Au théâtre :

en salle :
"Littoral" au Théâtre de la Colline
"Karine Dubernet - Souris pas" au Point Virgule
et dans un fauteuil de salon :
des créations :
"Yvonne princesse de Bourgogne" par Jacques Vincey
"Lucrèce Borgia" par Lucie Berelowitsch
"La Dernière neige" de et par Didider Bezace
"Pinocchio" de Joël Pommerat
"Soulever la politique" de Denis Guénoun
"Je marche dans la nuit par un chemin mauvais" de et par Ahmed Madani
Au théâtre ce soir :
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"Le Tombeur" de Robert Lamoureux
"Une cloche en or" de Sim
du boulevard :
"Si c'était à refaire" de Laurent Ruquier
"Face à face" de Francis Joffo
du côté des humoristes :
"Bernard Mabille sur mesure"
"Christophe Alévêque est est Super Rebelle... et candidat libre !"
et finir l'Opéra :
avec du lyrique :
"Le Balcon" de Peter Eotvos par Damien Bigourdan
"Orlando furioso" de Antonio Vivaldi par Diego Fasolis
"La Flûte enchantée" de Mozart par Romeo Castellucci
et du ballet avec deux créations étonnantes : "Raymonda" de Marius Petipa et "Allegria" de Kader Atto

Expositions :

les expositions en "real life" à ne pas manquer :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma at home avec :
le cinéma contemporain
"A woman at war " de Benedikt Erlingsson
"Lulu" de Uwe Janson 
"L'Apotre" de Cheyenne Carron
"La tendresse" de Marion Hänsel
"Crawl" de Herve Lasgouttes
"Nesma" de Homeïda Behi
le cinéma culte des années 1920 :
"Le cuirassé Potemkine" de Sergueï Eisenstein
"Nosferatu le vampire" de Friedrich Wilhelm Murnau
"Le Cabinet du docteur Caligari" de Robert Wiene
"Les Deux Orphelines" de D.W. Griffith
et l'entre deux avec les années 1970 :
"Mado"de Claude Sautet
"La Traque" de Serge Leroy
"La femme du dimanche" de Luigi Comencini
et retour au 2ème millénaire avec de l'action :
"Lara Croft : Tomb Raider, le berceau de la vie" de Jan De Bont
"Blade Trinty" de David S. Goyer
avant de conclure en romance avec : "Un havre de paix  de Lasse Hallström

Lecture avec :

"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=