Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Les Transmusicales de Rennes 2004 (jeudi)
My Lullaby - Hutchinson - Kaysers Orchestra - Powersolo - Infadels - Hushpuppies - Bjorn Berge - Otto - Gomm  (Rennes)  2 décembre 2004

Premiers pas au Parc des Expositions de Rennes où ont lieu, à partir de cette année, les Rencontres Transmusicales en raison de travaux dans les principales salles du centre ville. Déménagement anodin pour certains mais très important pour d'autres. Après tout, les Trans c'est avant tout une ambiance, une ville qui bouge au rythme des concerts pendant 3 jours et où l'on se doit de naviguer à travers la foule souvent dechaînée pour atteindre les différents lieux de spectacle. Mais trêve de regrets ou de nostalgie, le changement a eu lieu et nous découvrons enfin le nouveau site.

Un énorme effort décoratif a été fait pour transformer les 3 grands espaces métalliques en lieux plaisants. Si le plus grand hall est plutôt depouillé pour accueillir plus de 10000 personnes, les deux autres contiennent quelques espaces de vie richement agrementés de mobiles aux couleurs chaleureuses.

Le groupe ayant l'honneur d'ouvrir le festival est local et s'appelle My Lullaby. La formation est classique avec une musique qui s'oriente plutôt vers un registre pop rock qui ne l'est pas moins. Surement est-ce dû à la voix et au look du chanteur mais on pense irrémédiablement à Muse. Cela reste une bonne mise en jambe avant d'accueillir le second groupe pour la première grande claque de la soirée.


Hutchinson est un collectif nantais composé de musiciens mais aussi d'un réalisateur, d'un animateur 3D et d'un éclairagiste. Et ca se voit ! La scène est joliment décorée avec une lampe au dessus de chaque musicien et un canapé dans lequel l'un d'eux fume tranquillement une cigarette. Le musique démarre en même temps qu'une vidéo sur écran géant relayée par différents téléviseurs qui offrent un point de vue différent. S'ensuivent 40 minutes de pur bonheur. Tout est parfaitement synchronisé, les effets visuels de la vidéo s'enchaînent avec les variations de la musique. Hutchinson distille un post rock matiné d'un peu d'électronique et en parfaite harmonie avec les images de guerre, de viande,t de sexe et de sitcoms que l'on peut voir sur les vidéos. Absolument remarquable.


Entrée sur scène sur un air de violons inspirés tzigane de Kayzers Orchestra. Ces 6 gars du nord aiment l'Est. L'organiste arrive caché par un masque à gaz, suivi de ses 5 compères, plutôt beaux gosses, cravatés, saluant respectueusement la foule qui se masse très rapidement devant la plus grande des 3 scènes. Les jeunes norvégiens nous livrent leur version bien à eux d'un rock mi folk mi pop, parfois plus hard. Le spectacle est assuré avec trois fois rien :: tambour de bidons matraqués, coups de pied de biche sur des jantes pour secouer tout le monde, crachat et jet de bieres pour exciter, pas de danse façon militaires russes et dialogue avec le public pour parachever la motivation générale... nous sommes tous conquis ! Les bruits metalliques, limites casseroles, n'empêchent en rien d'apprecier la qualité des musiciens, et l'energie depensée sur scène ne l'est pas pour rien. Le courant passe on ne peut mieux malgré la barrière de la langue (qui comprend le norvégien dans la salle ? ). Il parait que leur album est sage ... difficile à croire tellement cette bande de potes surexcités nous montrent à quel point ils ne se prennent pas au sérieux...


Changement de salle et difficile de rester de marbre devant le rock franc et radical de Powersolo. Ces trois danois ne font pas dans la dentelle mais ils le font tellement bien ! Le chanteur est une sorte de Benoît Poelvoorde tatoué et à la moustache bien taillée. Il rivalise de mimiques et, entre deux lichées de bière, balance des chansons rapides et sans prétention agrémentées de solos improbables. On en redemande !


Une batteuse, dans le monde du rock, ça n'est pas tres frequent. Une batteuse chanteuse, c'est plutot rare. Une batteuse chanteuse de 10 ans ... c'est ... unique. Tous d'or vêtus, papa, maman et Rachel, la fillette, se présentent sur scène. Certes ce n'est peut être pas pour la qualité de la musique que l'on retiendra Trachtenburg Family Slideshow Players, mais c'est bien le concept qui attire l'attention. Pendant que Jason, le papa nous raconte sa vie vitesse grand V, sa fifille assure à la batterie et au chant et maman Tina... règle le carrousel. Car c'est bien là l'idée de ce groupe : faire découvrir l'amérique profonde en faisant défiler des diapositives des années 70 et en racontant en chanson leur histoire. Le spectacle dans son ensemble est plutôt sympathique et les acteurs semblent bien se plaire sur scène. Les discours du papa en anglais entre 2 chansons sont toutefois un peu longs et ne font pas l'unanimité parmi les spectateurs de plus en plus dissipés.


Difficile tout de même de faire plus original que cette amusante famille et ce ne sont pas les Infadels qui releveront le niveau avec leur rock assez banal. Ils me font tellement penser à Phoenix.. Dans un tel festival, il faut parfois faire des choix entre les concerts, nous choisirons de ne pas rester avec eux.


Non, les Hushpuppies ne doivent pas leur nom au sympathique basset, symbole de la marque eponyme mais à une recette de beignets au maïs et aussi un peu au style rock garage qu'ils revendiquent et dont ces chaussures font partie de la panoplie. Et il faut bien avouer que dans le style, ils ne manquent pas d'énergie. Le chanteur, accoutré façon dandy, déclame ses textes sur un power rock péchu et efficace. A suivre !


Les choses s'accèlerent et les concerts se suivent à grande vitesse. On nous avait prévenu, Bjorn Berge est un norvégien solide qui joue de la guitare. Tout seul, avec des bras aussi larges que les cuisses d'un honnête homme, l'artiste distille un puissant blues lorgnant autant vers le folk que vers le rock. Un concert très intéressant terminé par une formidable reprise de Morphine.


A l'heure où Marilyn Manson aurait du jouer, Mick Jones, ex-Clash, et son nouveau complice Tony James, avec leur tout nouveau groupe Carbon/Silicon investissent la scène. Le grand hall est loin d'être complet et malheureusement le spectacle n'est pas à la hauteur des mythes. C'est du bon vieux rock sans originalité. Si les musiciens ont l'air de s'amuser, le public semble plutôt s'ennuyer en regardant les rockeurs se déhancher devant leur batterie électronique. Nul doute que le père Manson, tout jeunot qu'il peut être par rapport à ces messieurs, serait autrement parvenu à enflammer les foules.


Ne restons pas sur ce concert, qui en dépit de quelques bons titres, ne restera surement pas dans les annales et allons au Brésil. Celui ci est à l'honneur dans le hall 4 et nous quittons le rock de cette soirée pour un mélange détonnant d'influences ; une découverte que seules les transmusicales peuvent proposer. Otto mélange musique africaine, drum'n'bass et guitares pour un savoureux mélange autour de sa voix. Surprenant.

Après un peu d'attente, retour devant la grande scène pour le prodige du hip hop londonien, Dizzee Rascal. Le débit est rapide, violent et les basses frappent les poitrines. Il y a un bon son et la foule, quoique bien clairsemée, semble bien excitée par le personnage.


Pendant ce temps, dans le hall 4, Gomm confirme ce que l'on a pu entendre sur eux. C'est excellent. Et finalement assez indéfinissable. Les paroles sont autant en français qu'en allemand, avec une charmante chanteuse derrière son clavier ; la musique est un mélange de rock sombre allié à un peu d'electronique. Que dire de plus ? Il faut les voir.

Pour finir, un passage sur la plus petite scène où un étonnant quintet anglais, les Hot Chip fabriquent des mélodies pop debout derrière leurs synthés respectifs.

Malheureusement la fatigue et surtout le vendredi à suivre ne nous permettront pas de terminer la soirée. Nul doute que le concert de Rodolphe Burger, eternel touche-à-tout de génie, avec Erik Marchand aura été du meilleur cru.

Et à demain pour la suite des Trans 2004 !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

le compte-rendu du vendredi 3 décembre
le compte-rendu du samedi 4 décembre

My Lullaby en concert au Festival Art Rock 2006 (Vendredi)
Hutchinson parmi une sélection de singles (mars 2011 )
La chronique de l'album We are not the Infadels de Infadels
Infadels parmi une sélection de singles (juin 2006)
La chronique de l'album Universe in Reverse de Infadels
Infadels parmi une sélection de singles (septembre 2008)
Infadels en concert à La Maroquinerie (6 mars 2006)
L'interview de Infadels (décembre 2005)
L'interview de Infadels (19 septembre 2006)
La chronique de l'album Silence is golden de Hushpuppies
La chronique de l'album The Bipolar Drift de Hushpuppies
Hushpuppies en concert au Festival des Vieilles Charrues 2006 (samedi)
Hushpuppies en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2008 (Mardi)
Hushpuppies en concert au Festival Le Rock Dans Tous ses Etats 2008
Hushpuppies en concert au Festival Rock en Seine 2011 - Programmation du samedi
L'interview de HushPuppies (21 février 2011)
La chronique de l'album I'm the antipop de Bjorn Berge
La chronique de l'album Live in Europe de Bjorn Berge
La chronique de l'album Fretwork de Bjørn Berge
La chronique de l'album Blackwood de Bjørn Berge
La chronique de l'album Who else ? de Bjørn Berge
Bjorn Berge en concert au Nouveau Casino (21 mars 2005)
Bjorn Berge en concert à l'Espace Vauban (12 mai 2005)
Bjorn Berge en concert au Festival Fnac Indétendances 2005
Bjorn Berge en concert à L'Européen (31 mars 2008)
Bjorn Berge en concert au New Morning (15 octobre 2008)
Bjorn Berge en concert à Sunset (lundi 16 novembre 2009)
Bjorn Berge en concert au New Morning (samedi 20 novembre 2010)
Bjorn Berge en concert au New Morning (mardi 26 novembre 2013)
L'interview de Bjorn Berge (27 février 2008)
L'interview de Bjørn Berge (lundi 16 novembre 2009)
L'interview de Bjørn Berge (13 octobre 2011)
La chronique de l'album Destroyer to perfection de Gomm
La chronique de l'album 4 de Gomm
Gomm en concert au Festival Solidays 2005 (dimanche)
Gomm en concert au Festival Fnac Indétendances 2005
Gomm en concert au Festival Les Femmes S'en Mêlent 2007
Gomm en concert au Festival Le Rock dans tous ses Etats 2007 (samedi)
L'interview de Gomm (19 août 2005)

En savoir plus :

Hutchinson : hutchinsonmusic.free.fr
Kaysers Orchestra : www.kaizers.no
The Infadels : www.infadels.co.uk
Carbon-Silicon : www.carbonsiliconinc.com
Dizzee Rascal : www.xlrecordings.com/dizzeerascal
Tali : www.mctali.com
Hush Puppies : www.hushpuppiestheband.com
Gomm : gomm.free.fr
Trachtenburg Family Slideshow Players : www.slideshowplayers.com
Bjorn Berge : www.bjorn-berge.com

Crédits photos : Fred (plus de photos)


Fred         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

• Edition du 2020-05-24 :
Quintet Bumbac - Miroirs
Maîtrise Notre-Dame de Paris - Notre-Dame, Cathédrale d'émotions
Gary Bartz & Maisha - Night Dreamer Direct-To-Disc Sessions
Antoine Hénaut - Par défaut
Jean Daufresne & Mathilde Nguyen - Miroir
Isabel Sörling -  Mareld 
Larkin Poe - Self Made Man
Marie Oppert - Enchantée
Miro Shot - Interview
Eldad Zitrin - Three old Words

• Edition du 2020-05-17 :
Anne de Fornel - Jay Gottlieb - Cage Meets Satie
Laurent Bardainne & Tigre d'Eau Douce - Love is everywhere
Les Enfants d'Icare - Hum-Ma
Sébastien Forrester - Spirals EP
Duñe & Crayon - Hundred Fifty Roses
Facteurs chevaux - Chante-nuit
Ezra Furman - Sex Education
Hermetic Delight - F.A. Cult
Pierre - 9 songs
Batist & the 73' - Interview

• Edition du 2020-05-10 :
Match - Superficial please EP
TV Party - Dark Heart EP
InRed - Brute Art
The Eternal Youth - Nothing is never over
Alexis Kossenko, Anna Reinhold & Emmanuel Olivier - Soir Païen
Morgane Imbeaud - Interview
Philippe Cassard - Schubert, Sonates pour piano D.845 & D.850
Other Lives - For Their Love
Myriam Barbaux-Cohen - Enrique Granados : Oeuvres pour Piano
 

• Archives :
Cuareim Quartet & Natascha Rogers - Danzas
Benoit Bourgeois - Invisible
Bertrand Betsch - La traversée
Bambara - Stray
Miro Shot - Content
Batist and the 73' - Love Songs EP
Babx - Les Saisons Volatiles
Grand Palladium - Grand Palladium
Féloche - Féloche and the Mandolin' Orchestra
Maghreb K7 Club Synth Raï, Chaoui & Staifi 1985-1997 - Divers
Tristan Pfaff - Tableaux d'Enfance
The HeadShakers - The Headshakers
Foehn Trio - Highlines
Gaëtane Prouvost & Éliane Reyes - D'Indy - Dupuy : Sonates
Les Tit'Nassels - Le live des 20 ans
Fiona Apple - Fetch the Bolt Cutters
Fabien Martin - Interview
Listen in Bed - I LIke You (Mix #14)
Lazy Flow - Global Warming EP
Gemma & Pierre Rochefort - Les Autres single
Koki Nakano - Pre-choreographed
Tom Poisson - Se passer des visages
Brian Fallon - Local Honey
Claude Tchamitchian Trio - Poetic Power
Jak's - Act 1 EP
Soccer Mommy - Color Theory
Jeremy Cunningham - The weather up There
Yves Tumor - Heaven To a tortured Mind
NNAMDÏ - BRAT
Christophe Marguet Quartet - Happy Hours
- les derniers albums (6055)
- les derniers articles (150)
- les derniers concerts (2323)
- les derniers expos (4)
- les derniers films (20)
- les derniers interviews (1093)
- les derniers livres (8)
- les derniers oldies (20)
- les derniers spectacles (8)
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=