Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Capture
Interview  (par mail)  mai 2013

Capture ne vous dit peut-être encore rien, pourtant le jeune groupe de Nancy mérite une attention particulière, d’abord grâce à des prestations live enfiévrées et ensuite grâce à un premier EP autoproduit : Where We All Belong, mélange sucré salé de Block Party, Bombay Bicycle Club ou de Foals. Rencontre avec Alexandre le chanteur et guitariste du groupe.

Formation instrumentale.

Alexandre : On se base sur une formation classique, batterie-guitare-voix. Mais ce qui fait de Capture quelque chose de singulier, c'est la présence d'Amin aux synthés, samples et percussions. On voulait avoir quelque chose de plus massif que les formations indie ou rock classiques.

Naissance.

Alexandre : On a commencé le projet au printemps 2011. Je revenais d'une année à l'étranger et je voulais refaire de la musique avec Jeff, notre batteur de l'époque. Florent est un pote d'enfance, on a commencé la guitare ensemble au collège mais là, il voulait se mettre à la basse. Amin était un mec cool que l'on croisait dans les concerts. On avait tous des groupes au lycée, on se connaissait de près ou de loin. On a mis 8 mois avant de faire nos premiers concerts. Depuis, on a pas mal enchaîné et travaillé. Et puis il y a eu un changement de line-up en juillet 2012. Ophélie est arrivée à la batterie, elle a ramené un peu de féminité et de belgitude dans tout ça.

Etape d'un jeune groupe.

Alexandre : Au début, il faut trouver les bonnes personnes, celles avec qui tu partages des affinités musicales, celles avec qui tu as envie de passer du temps et rigoler en répète. On avait monté ce projet sans savoir ce que l'on voulait en faire. C'est excitant de partir à zéro, il faut forger un son, trouver une ligne directrice, faire ses premières maquettes et ses premiers concerts. Au début, on faisait ça pour s'amuser le dimanche après-midi, on a découvert tout le côté "pro" et le développement de groupe sur le tas : la promotion, la communication, le booking... On a eu la chance d'être aidés et formés par les structures d'accompagnements du coin et on les remercie. C'est tout le côté caché de l'iceberg, tu te rends compte que le musical représente 20% du temps passé à travailler sur le groupe.

Esthétique et influences.

Alexandre : Dans l'ensemble, on a toujours été très éclectique. Forcément, on a beaucoup écouté d'indie comme Bombay Bicycle Club, Interpol, Foals ou Wild Beasts mais à côté, on écoute très bien du hip-hop, du Satie, du punk hardcore. D'ailleurs, c'est par ce dernier que l'on a voulu avoir quelque chose de plus massif. On a rajouté des cris, des rythmiques très lourdes, on ne voulait pas faire de la pop "mignonne". On attache beaucoup d'importance à la rythmique, on part souvent d'une ossature basse-batterie pour ensuite broder les guitares, le chant, les synthés, les choeurs ensuite.

Aspirations.

Alexandre : Quand on a commencé ce groupe, on ne pensait pas en arriver jusque là donc on garde les pieds sur terre. On aspire à rien en particulier, on monte le projet comme il nous plaît et on voit ce qu'il se passe. On continuera à faire ça tant que cela nous fera plaisir, tant qu'on aura des choses à créer ensemble. A moyen terme, on prépare les festivals de cet été, mais aussi un nouveau disque prévu pour l'automne !

Les Inrocks.

Alexandre : On a eu deux papiers dans les Inrockuptibles grâce au concours des Inrocks Lab. Cela nous a donné un beau coup de pouce pour l'exposition. Avant on était juste un groupe lorrain, mais grâce à ça on a réussi à toucher des professionnels et un public au niveau national. D'ailleurs, c'est notre prochain objectif, réussir à s'exporter.

Etre loin de Paris.

Alexandre : Je dirais oui que l'on a de la chance d'être de province. Le fait qu'il y ait peu de groupes ici te fait ressortir plus facilement, et puis il y a le travail des salles et de l'accompagnement qui est très bien fait à Nancy. A Paris, même s'il y a plus de public, tu es noyé dans la masse. Et puis les conditions d'accueil des groupes dans les salles sont bien différentes d'ici.

Fauve.

Alexandre : Il y a beaucoup de groupes comme cela qui font des tournées sans avoir d'album à défendre. Les années précédentes, c'était le cas de La Femme, Lescop ou de Concrete Knives. Ces groupes là prennent le temps de travailler un CD sans se précipiter, et puis la diffusion à grande échelle est tellement facile de nos jours sur internet et c'est ce qui a réussi à Fauve. Ils ont explosé grâce à des EPs plus ou moins auto-produits ou des vidéos sur YouTube. Tu sais de nos jours un album c'est lourd à porter, en terme de coût, de promo, il faut être sûr de son coup et tourner avec pendant 1 an, 2 ans... Nous on fonctionne sans label sur des formats courts de 2 ou 3 titres. Cela nous permet d'être plus réguliers et de pouvoir expérimenter des choses sans se coincer.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Capture release de The Rakes
Capture dans la rubrique Ni Vus Ni Connus
La chronique de l'album Communion EP de Capture
Capture en concert au Festival Jardin du Michel #9 (édition 2013) - vendredi et samedi

En savoir plus :
Le Bandcamp de Capture
Le Facebook de Capture


Le Noise (Jérôme Gillet)         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

• Edition du 2020-07-05 :
Listen in Bed - Jimmy Cobb (Mix #19)
Divers artistes - INTENTA Experimental & Electronic Music from Switzerland 1981-93
Thibault Noally & L'ensemble Les Accents - Alessandro Scarlatti : Il Martirio di Santa Teodosia
Benoît Menut - Les îles
Musica Nigella & Takénori Némoto - Chausson le littéraire
Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet - Echange

• Edition du 2020-06-28 :
Marianne Piketty, Le Concert Idéal - L'Heure bleue
Silas Bassa - Silas
Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay - Eivind Groven Symphonies N°1 & 2
Jean-Efflam Bavouzet - The Beethoven Connection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wölfl
Benjamin Biolay - Grand Prix
Merakhaazan - Veines
Marion Cousin & Kaumwald - Tu rabo par'abanico

• Edition du 2020-06-21 :
Cie Guillaume Lopez - Anda-Lutz
François Club - Cobra
Yadam - Safeplace EP
Hailey Tuck - Coquette EP
Austyn - Désordres EP
Volo - Avec son frère
Daniel Jea - A l'instinct A l'instant
Epilexique - Cérébro Dancing
Fugu - As Found
Magic Malik - Fanfare XP, volume 2
Listen in Bed - Springtime With No Harm (Mix #18)
 

• Archives :
Listen in Bed - Two Lovers (Mix #17)
Cold War Kids - New Age Norms 1
The Nits - Knot
Ensemble Thélème & Quatuor XASAX - Mutations Les chimères de Clément Janequin
Les Marquises - La battue
Sarah Lancman - Parisienne
Charles-Baptiste - Le Love & le Seum
Gontard! - Le Sismographe / Noyé 45 tours
Olivier Perrot - C'est la vie
Camille Bénâtre - Après le soir
Roseland - To save what is left
Dätcha Mandala - Interview
Listen in Bed - Plus Rien (Mix #16)
Mcbaise - Raviolo EP
Fontiac - Oxurya EP
YN - Chants de force EP
Söng Söng - Polychrome sounds from the underground
Olivier Savaresse - Acapas
Dätcha Mandala - Hara
Raphaël Imbert, Johan Farjot & guests - Les 1001 Nuits du Jazz
Quinteto Respiro - Herencia
Sébastien Tellier - Domesticated
Listen in Bed - Lullaby (Mix #15)
Jo Wedin & Jean Felzine - Interview
Alexandre Herer - Nunataq
Minhsai - Introsessions EP
LANE - Pictures Of Century
Chouk Bwa & The Ångströmers - Vodou Alé
Quatuor Eclisses - Evocación
Moh! Kouyaté - Guinea Music All Stars
- les derniers albums (6106)
- les derniers articles (155)
- les derniers concerts (2323)
- les derniers expos (4)
- les derniers films (20)
- les derniers interviews (1095)
- les derniers livres (8)
- les derniers oldies (20)
- les derniers spectacles (8)
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=