Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Sonisphere Festival - France 2013 - 3ème édition
Snowhall Park  (Amnéville)  samedi 8 et dimanche 9 juin 2013

Si le Sonisphére, version Française, veut devenir une référence incontournable parmi les événements musicaux métal / rock, il se doit de soigner sa programmation pour qu’elle soit à la fois riche et qualitative. Il faut reconnaître qu’il semble être sur la bonne voie. En effet, après Slipknot et Metallica pour une première édition pharaonique à la programmation peut-être indépassable (y figuraient également Slayer, Megadeth, Anthrax, Gojira, Airbourne, Volbeat, Diamond Head…), Faith No More l’année dernière (année galère, entre annulation de dernière minute et intempéries mais preuve d’un festival solide), c’est au tour de Limp Bizkit mais surtout d’Iron Maiden de tenir le haut de l’affiche. Petit guide et recommandations pour cette troisième édition. Pour rappel, il y aura deux scènes qui se feront face donc il n’y aura ni chevauchements, ni de choix cornéliens à faire entre les groupes.

Ce sont deux groupes Français : Headcharger et Dagoba qui ouvriront le samedi 8 juin le festival, mais sans leur faire offense, ni à Crucified Barbara, Karnivool, ou Behemoth d’ailleurs, c’est vraiment à partir d’Amon Amarth et leur musique death influencée par l’imagerie et la mythologie Viking à la fois épique et mélodique que débuteront sérieusement les hostilités. De quoi se mettre en jambe avant l’un des meilleurs groupes de rock’n’roll du monde : Motörhead.

Formé au milieu des années 70 par le mythique Lemmy Kilmister et ayant influencé des centaines de groupes au fil des années, Motörhead peut être aisément considéré comme un des précurseurs de toute la scène rock et métal d’aujourd’hui. Après 20 albums studio, des lives et 15 millions d’albums vendus dans le monde, Motörhead continue de faire frémir le public, qui ne s’en lasse jamais, à chacune de ses apparitions live. Ace Of Spades !

Les amateurs de Death mélodique suédois devraient être amplement ravis car après Amon Amarth, et avant Ghost le dimanche, c’est In Flames autre groupe du pays qui sera présent. De quoi faire encore monter la température de quelques degrés avant l’arrivée d’une véritable légende du métal : Slayer.

On ne présentera plus Slayer, groupe formé en 1981, un des leaders du mouvement thrash-metal (ils font partie du célèbre Big 4 avec Metallica, Megadeth et Anthrax). Leur album Reign in Blood (1986) a été nommé par le magazine Kerrang ! meilleur album heavy de tous les temps avec Master of Puppets de Metallica. Après plus de 20 millions d’albums vendus dans le monde et 5 nominations aux Grammy Awards, Slayer est un groupe toujours aussi controversé à cause d’une image et d’une musique ultra-violentes (ce qui fait aussi son succès), mais reste une référence pour toute la scène métal actuelle. Ceux qui ont assisté à leur prestation en 2011 doivent encore se souvenir de la déflagration et de la densité de leur concert. Pas une claque, des coups de poing. A noter que le groupe bien que souffrant de problèmes internes devrait sortir son dixième album studio en 2013.

Autre style autre légende, au trash métal succédera le néo métal, à Slayer succédera Korn. Le groupe aux 30 millions d’albums vendus devrait ravir les amateurs de sonorités métal dur, de guitares acérées, de textes torturés et de rythmique au groove implacable. Le groupe mythique de Bakersfield fera un premier passage attendu au Sonisphere cette année avec notamment la participation exceptionnelle de son guitariste originel, Head, qui a quitté le groupe en 2005. Une prestation à ne pas manquer donc.

C’est Limp Bizkit autre poids lourd du néo métal qui aura la tâche de clôturer cette première soirée.

Le dimanche commencera réellement avec Ghost. Formé de cinq membres masqués, habillés en robe de bure et d’un chanteur grimé en cardinal démoniaque, Ghost laisse planer le secret sur l’identité de ses membres sur lesquels les rumeurs les plus folles ont couru depuis la formation du groupe en 2008. Le spectacle devrait être assuré, même si la messe noire se passera en plein jour avec ce groupe qui n’est pas sans rappeler un certain King Diamond ou un croisement entre Black Sabbath et Blue Öyster Cult.

Groupe de métal américain au succès grandissant, Mastodon peut se classer plus précisément dans la catégorie sludge psychédélique. Formé en 1999, le quartet d’Atlanta a sorti en 2011 son cinquième album studio, The Hunter. Inspiré autant par Neurosis que par les Melvins ou Thin Lizzy, Mastodon a su imposer son style unique. Après un passage en demi-teinte en 2011, où le groupe peinait à donner forme aux titres labyrinthiques de Crack The Sky, espérons que Mastodon puisse tirer cette année, avec un album plus simple et direct, son épingle du jeu.

On passera rapidement sur DragonForce et son power métal caractérisé par des tempos ultra rapides pour écouter Stone Sour, le groupe emmené par Corey Taylor (Slipknot). Une prestation qui devrait offrir un éventail de ce que le groupe sait faire de mieux : du rock énergique et de sombres ballades.

Pionniers du thrash metal, Megadeth a vendu près de vingt millions d’albums dans le monde tout au long de leur carrière et font partie des groupes les plus connus du genre avec Metallica ou Slayer. Déjà présent en 2011 (comme Slayer, Airbourne ou Mastodon), ils devraient faire comme souvent le job. Avec plus ou moins d’enthousiasme, selon l’humeur de Dave Mustaine, leur chanteur.

Depuis ses débuts, et d’autant plus depuis qu’ils connaissent un succès international, Airbourne ne cesse d’être comparé à leur compatriote AC/DC. Un rapprochement dû à leur origine Australienne et à leur style de musique. Plébiscité par la critique dans le monde entier, Airbourne fait ce qu’il sait faire de mieux, soit du bon rock n’roll direct et sans prise de tête, fait de bons gros riffs, de testostérone et d’hymnes fédérateurs. Energie et divertissement devrait être, comme en 2011, au rendez-vous.

Le festival se terminera avec Iron Maiden.

Fondé par Steve Harris, bassiste, dans le milieu des années 70, Iron Maiden était déjà établi comme l’un des meilleurs espoirs du Heavy Metal, quand ils parcoururent le monde avec leur troisième album (et le premier avec Bruce Dickinson au chant) The Number Of The Beast, en 1982. Pendant la décennie qui suivit, Maiden enregistra et tourna implacablement avec sept nouveaux albums studio et un album live : l Live after Death. Fort de sa réputation de groupe tournant le plus au monde et accompagné de son incontournable mascotte Eddie, présent sur chaque couverture d’album et chaque T-shirt, Iron Maiden a créé un monde à lui, un monde qui accueille des fans de toutes les cultures, credo et sphères sociales, garantissant ferme conviction et professionnalisme, sans précédent.

Le MAIDEN ENGLAND tour marque le troisième chapitre de l’histoire du groupe Anglais et voit le groupe recréer la scène de leur Seventh Son Tour de 1988 et jouer bon nombre de chansons issues de cette tournée légendaire.

Up the Irons !

Running order :

Samedi 8 juin

Scène Apollo

13h00 - 13h30 : Headcharger
14h10 - 14h50 : Crucified Barbara
15h40 - 16h20 : Behemoth
17h10 - 18h00 : Bring Me The Horizon
19h00 - 20h00 : Motörhead
21h10 - 22h25 : Slayer
23h50 - 01h05 : Limpbizkit

Scène Saturn

13h35 - 14h05 : Dagoba
14h55 - 15h35 : Karnivool
16h25 - 17h05 : Sabaton
18h05 - 18h55 : Amon Amarth
20h05 - 21h05 : In Flames
22h30 - 23h45 : Korn

Dimanche 9 juin

Scène Apollo

13h35 - 14h05 : Hacktivist
14h50 - 15h30 : Mastodon
16h25 - 17h25 : Stone Sour
18h35 - 19h35 : Megadeth
20h45 - 22h45 : Iron Maiden

Scène Saturn

13h05 - 13h35 : Voodoo Six
14h05 - 14h45 : Ghost
15h35 - 16h20 : DragonForce
17h30 - 18h30 : Epica
19h40 - 20h40 : Children Of Bodom
22h50 - 23h50 : Airbourne

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :
Sonisphere Festival France édition 2012

En savoir plus :
Le site officiel du Sonisphere Festival
Le site officiel du Sonisphere Festival - France
Le Facebook du Sonisphere Festival - France


Le Noise (Jérôme Gillet)         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

• Edition du 2020-02-16 :
Octave Noire - Monolithe
Mira Cétii - Cailloux & météores
Fontiac - The Wall single
Thorbjorn Risager & The Black Tornado - Come on In
The Inspector Cluzo - Brothers in Ideals
Mokado - Ghosts EP
Baptiste Dupré - Petites choses et vaste monde
The Jackson Pollock - Frustration - Le Fil
Sotomayor - Orígenes
Stone Temple Pilots - Perdida
Ásgeir - Bury the Moon
Sunflowers - Endless Voyage
Listen In Bed - M. I. A. (émission 10)

• Edition du 2020-02-09 :
Listen in Bed - Ooh Hah (Mix #10)
Loki Lonestar - Show no Mercy
Caesaria - I become a Beast
Jon Boutellier - On Both Sides of The Atlantic
Claudia Solal & Benoît Delbecq - Hopetown
Moonlight Benjamin - Simido
Jean-Philippe Collard - Granados Goyescas
Mira Cétii - Cailloux & météores
Kid Francescoli - Lovers
Cyril Adda - L'îlot
 

• Archives :
Feu Robertson - The Underground Secession
Bo - Everything Begins EP
Tito Candela - Paradais EP
Jean-Louis Bergère - Ce qui demeure
Rodrigue - A fuck toute - A love toute
André Minvielle & Papanosh - Prévert Parade
Superbravo - Sentinelle
Ensemble Gustave - Bretagne[S]
Hortense Cartier-Bresson - Brahms : Fantasien, 116, Intermezzi, 117 & Klavierstücke, OP. 118
En attendant Ana - Juillet
Listen in Bed - Whosampled.com, part 2 (Mix #9)
Listen in Bed - Il Est Où Le Bonheur (émission 9)
Blankass - C'est quoi ton nom ?
Alexandre Tharaud - Pesson, Abrahamsen & Strasnoy : Piano Concertos
Naclia - La légende de Naclia
Pierre Génisson, BBC Concert Orchestra & Keith Lockhart - Swing, a Benny Goodman Story
Theo Hakola - Water is wet
Le Noiseur - Musique de chambre
Cyril Mokaiesh - Paris-Beyrouth
Mr Bosseigne - Theo Lawrence - Le Fil
No One is Innocent - Interview
Tristen - Les identités remarquables
Listen in Bed - Vinyle, Suite No 2 (émission 8)
Bombay Bicycle Club - Everything Else Has Gone Wrong
Burkingyouth - Fire EP
Andriamad - Jaimalé EP
Abel Orion - Late Night Music EP
Okidoki - When Oki meets Doki EP
Ensemble Consonance - François Bazola - Dolci Affeti
Emmanuel Tugny - Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)
- les derniers albums (5921)
- les derniers articles (144)
- les derniers concerts (2322)
- les derniers expos (4)
- les derniers films (20)
- les derniers interviews (1085)
- les derniers livres (8)
- les derniers oldies (20)
- les derniers spectacles (8)
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=