Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Bibifok
Interview  (Charleroi)  novembre 2004

Découvreur de talents, la Médiathèque de Charleroi, entame le 11 décembre 2004 un ambitieux cycle d'expositions consacré aux expressions émergentes.

Nous avons rencontré Bibifok qui expose ses oeuvres du graffiti à la peinture.

Qu’est-ce qui t’a poussé un jour à prendre une bombe de peinture?

Bibifok : Ça m’a pris vers fin 1999 à peu près. Tout simplement en matant des photos de graff dans des magazines comme "graff-it". J’ai commencé à faire quelques croquis dans le pur esprit graffiti, essentiellement du lettrage. Puis très vite, j’ai voulu bouger et taper mon blaze (pseudo) directement sur murs. Je suis aller chercher mes premières bombes…

Tu nous expliques succinctement ton parcours ?

bibifok : Ma phase "graffiti classique" a duré environ deux ans. Ensuite, graduellement, j’ai commencé à faire abstraction du lettrage pour simplement jouer avec les formes. C’est à ce moment-là, que j’ai pris pour délirer le surnom de Bibifok.

En plus de la bombe, je me suis mis à utiliser le pinceau, l’encre de chine, le pochoir et même quelques fois le pastel… Je teste un peu tout ce que je trouve, si ça colle avec le reste, je garde et j’essaye d’aller plus loin. J’ai eu ensuite la chance de participer à quelques expos collectives dont le Festival post-graffiti au Recyclart. (ndlr : Citons aussi en vrac le Prix du Hainaut au BPS 22, "L’Expo de vos Rêves" au Musée Ianchelevici de La Louvière et une performance remarquée au vernissage de la dernière Tranche de l’Art au Chantier Naval de Thuin). Je peins maintenant instinctivement, j’improvise toujours.

Parle-moi de ton boulot actuel ?

bibifok : Je m’intéresse depuis un petit moment au street-art. J’ai commencé à coller de petites compos sur les murs dans les rues avec les gars du Collectif "Milkshake", Eux, sont plutôt axés illustration, BD. C’est amusant de confronter tout ça aux passants…

Jusqu'où se poursuivra l'invasion?

bibifok : On renouvelle la session "affichage massif", bientôt sur Liège avec l'ami Hatboy (collectif Milkshake). Charleroi y passera un jour ou l’autre…

Tu te définis comment: graffeur, artiste, vandale, peintre ?

bibifok : Cette vieille manie de toujours vouloir donner des noms a tout ce qui bouge… Je me définis comme type qui s’amuse sur tout support : carton, aggloméré, bois, toile, papier… C’est vrai que je n’aime pas les supports trop clean. Plus ils ont vécu, mieux c'est. A Liège, à l'Académie, on me refile des planches déjà utilisées par d'anciens élèves, je travaille directement par-dessus. C’est ce travail que j’expose à la Médiathèque.

Tes influences picturales et les artistes dont tu te sens proche ?

bibifok : Je suis assez inculte… Chaque fois qu’on me demande si je connais untel ou untel, je fais semblant de connaître… Mais, j’en ai quand même quelques-uns en poche, en mettant à part la liste de "graffeur" actuel que j’apprécie. Comme peintre, il y a peu de temps, j’ai découvert Twombly, une bonne claque ! Sinon, ça va de Kandinsky à Basquiat en passant par Georges Mathieu, Baselitz, Miro, Klimt, Schiele… Je n’ai pas la mémoire des noms.

Si tu disposais de trois mots pour décrire ce que tu fais ?

bibifok : sauvage, instinctif, inconscient…

Des projets après cette interview ?

bibifok : Je pense aller me chercher une bonne frite à 1€50…

Un dernier mot?

bibifok : …sauce samouraï !!!

 

A lire aussi sur Froggy'sDelight :

La chronique sur l'exposition de Bibibfolk

En savoir plus :

Pour contacter bibifok : bibifokone@gmail.com
Plus de photos sur : www.fotolog.net/bibifoc


Marie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=