Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Lisa Leblanc
Interview  (Paris)  mardi 26 février 2013

Le premier album de Lisa Leblanc est sorti au début de l'année 2013 en France. Mais son succès au Canada, l'année précédente, avait été fulgurant. La jeune femme, originaire du Nouveau-Brunswick, une province à l'est du Canada, a une personnalité bien trempée. Lauréate du festival de la chanson de Granby en 2010, l'acadienne a parcouru beaucoup de chemin. Elle a participé cet été au festival parisien FnacLive et ainsi pu montrer a un public français beaucoup plus large que lors de ses deux précédents concerts à la Boule Noire qu'elle est une véritable bête de scène.

Avant son concert à la Cigale à la rentrée et une première tournée française, nous l'avions rencontrée pour revenir sur une année exceptionnelle pour cette interprète de "folk trash".

L'album est sorti au Québec en 2012, et au début de l'année 2013 en France. Pourtant, avant 2012 tu as beaucoup bourlingué sur les routes du Québec. Peux-tu nous parler de cette période ?

Lisa Leblanc : Je voulais prendre mon temps pour cet album, je voulais vraiment être prête. Avant que l'album ne sorte, j'ai fait près de deux cent shows. Quand il est sorti, ça a été une période de malade. Quand c'est arrivé, j'avais cette expérience, ce background-là, qui faisait que je pouvais mieux aborder la scène. Tout d'un coup les salles étaient pleines, ce n'était pas le moment pour moi de découvrir comment me comporter devant un public. Je suis contente d'avoir eu ce passé pour franchir cette étape. On continue comme avant, sauf qu'il y a plus de monde aux concerts.

Les chansons de ton premier album sont clairement inspirées de cette période. Appréhendes-tu l'écriture des chansons du second ?

Lisa Leblanc : J'ai commencé à écrire les chansons du deuxième. Tranquillement, je ne me mets pas la pression. Pour l'instant il y a quatre ou cinq nouvelles tounes. Ce n'est pas rapide, mais je suis vraiment dedans.

J'ai l'impression que tu fonctionnes un peu sur un mode à la Springsteen.

Lisa Leblanc : Go, go, go ! Oui, je suis une fille de spectacle. Pour faire la tournée, je suis une gipsy dans l'âme. Voyager, rencontrer du monde, pour moi, c'est parfait.

Lorsque l'album est sorti au Canada, la reconnaissance a été explosive. Est-ce que tu expliques ce phénomène ?

Lisa Leblanc : Je commence à avoir un peu plus de recul maintenant. C'était fou, mais comme pour n'importe qui qui rencontre un succès soudain, je suppose. Tout d'un coup c'est une autre vie à laquelle il faut s'adapter. Il y a des beaux moments, mais aussi des périodes difficiles. Tu gardes les bons moments, et de toute façon tu continues. J'ai fait du mieux que j'ai pu et j'ai connu de belles affaires.

Quels ont été les évènements majeurs de l'année dernière pour toi ?

Lisa Leblanc : Il y a eu le lancement de l'album. Ça a été immense pour moi. C'était incroyable, c'était vraiment le fun. Il y a eu les francofolies de Montréal 2012, où on a fait un grand show en extérieur. Il y avait 40.000 personnes. C'était la première fois que je jouais devant autant de monde. Et wow, tout le monde connaissait les tounes. Ça a été un énorme moment. Il y a aussi eu le mois que je suis venu passer en Europe durant l'été dernier. J'avais joué aux Francofolies de La Rochelle et de Spa en Belgique. Il y a eu mon premier concert à l'Olympia de Montréal, c'était mon premier gros show comme tête d'affiche. Enfin il y a eu le prix de révélation de l'année au gala de l'ADISQ, l'équivalent au Québec des Victoires de la Musique. Pour ma carrière, ça a vraiment été les grandes étapes majeures.

Tu te retrouves dixième dans le classement des personnalités les plus influentes du Nouveau Brunswick, juste derrière, neuf politiciens, tous des hommes. Qu'en penses-tu ?

Lisa Leblanc : (rires) C'est un top 10. J'étais contente de me retrouver classé avec ces personnalités. Ça m'a bien fait rire. Mais franchement, je m'en fiche un peu.

Quand ta chanson "Ma vie c'est d'la marde" est sortie, un critique québécois a attribué ton succès au fait que tu chantais dans une langue plutôt verte. Plus tard, il est revenu sur sa première impression. Mais comment as-tu vécu ça ?

Lisa Leblanc : C'est de toute manière la chanson de l'album que j'ai écrite le plus rapidement. Cela m'a pris une journée. Il y a trois accords. Je gueule, je dis "marde". Ce n'est pas la chanson dont je suis la plus fière, et c'est finalement devenu un hit. J'en ai été surprise. Il y a plein de monde qui se l'est appropriée. Les gens m'abordaient et me racontaient leur histoire. Du genre : mon père est à l'hôpital avec le cancer, mais quand j'entends votre chanson à la radio, ça me redonne le sourire". Aujourd'hui, ce n'est plus ma chanson. Tant mieux si cette chanson peut aider des gens. Pour moi, c'est extraordinaire.

Il y a eu aussi des polémiques récentes sur le chiac (NDLR : parler franglais ou anglo-français, utilisé principalement au Nouveau-Brunswick et en particulier par Lisa Leblanc). Ne trouves-tu pas surprenant que ton succès advienne justement au moment où la défense de la langue française au Québec est un sujet sensible ?

Lisa Leblanc : Ce débat date d'il y a déjà longtemps. Je m'en suis tenue éloignée parce que je ne voulais pas alimenter la polémique. Ce sont les mêmes arguments, aussi bien pour ou contre, qu'il y a trente, quarante, voire cinquante ans. Le chiac est un dialecte et un accent du Nouveau-Brunswick. Dans la francophonie, l'accent est la caractéristique de l'endroit d'où tu viens. En France aussi, vous avez différents accents. Au Canada, ce n'est pas le même accent au Québec, au Nouveau-Brunswick, en Ontario ou au Manitoba. C'est pour cela que je trouve que le chiac est une bonne chose.

Qu'as-tu retiré de ton expérience de la Tournée des Francos 2012 (NDLR : une scène partagée par trois artistes francophones des pays où se déroulent les Francofolies, La Rochelle en France, Spa en Belgique, Montréal au Canada) avec Cédric Gervy, et GiedRé ?

Lisa Leblanc : C'était une super belle expérience. C'était vraiment le fun, ces trois shows-là. Puis j'ai rencontré de belles personnes. De beaux festivals, de belles rencontres. Et maintenant, je suis fan de Cédric Gervy et de GiedRé.

La signature avec le label français Tôt ou Tard a mis du temps parce que tu avais failli signer avec un autre label auparavant, mais ce label était revenu sur sa décision parce que tu avais un accent trop marqué. Peux-tu nous en parler ?

Lisa Leblanc : Non, c'est moi qui ai pris mon temps. C'était tellement gros ce qui arrivait au Québec que j'essayais déjà de dealer avec tout ça. Pour la France, j'ai pris mon temps. J'ai attendu d'être prête pour venir. C'était un peu comme recommencer à zéro. Puis à un moment, je me suis dit : "là, c'est bon. On peut y aller". Et je suis contente d'être sur le label Tôt ou Tard.

Tu disais être une extra-terrestre pour les québécois, comment te sens-tu devant un public français ?

Lisa Leblanc : C'est drôle, et en même temps je m'amuse beaucoup. Je me laisse aller pareil. C'est drôle de voir les réactions.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Lisa Leblanc en concert au Festival international de la chanson de Granby 2011 (43ème édition) - samedi 17 septembre
Lisa Leblanc en concert au Festival international de la chanson de Granby 2012 (44ème édition) - jeudi 13 septembre
Lisa Leblanc en concert au Festival Fnac Live #3 (édition 2013) - Vendredi
Lisa Leblanc en concert au Festival international de la chanson de Granby 2013 (45ème édition) - vendredi 13 septembr
Lisa Leblanc en concert au Bataclan (mardi 15 avril 2014)

En savoir plus :
Le site officiel de Lisa Leblanc
Le Bandcamp de Lisa Leblanc
Le Myspace de Lisa Leblanc
Le Facebook de Lisa Leblanc

Crédits photos : Thomy Keat (Toute la série sur Taste of Indie)


Laurent Coudol         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 24 mai 2020 : Culture pour tous !

Toujours pas de festival, de théâtre, de concert, et autres ouvertures de lieux de réjouissances diverses sinon quelques passe droits pour les amis de Manu. En espérant que tout rentre dans l'ordre et que l'on retrouve le plaisir du spectacle vivant bientôt. Soyez prudents, sortez couverts et restez curieux !

Du côté de la musique :

Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac
et toujours :
"Chante-nuit" de Facteurs Chevaux
"9 songs" de Pierre
"Sex education" de Ezra Furman
"Cage meet Satie" de Anne de Fornel et Jay Gottlieb
Interview de Batist & the 73' réalisé à l'occasion de son live Twitch dont des extraits accompagnent cette entretien
"Hundred fifty roses" de Dune & Crayon
"F.A. Cult" de Hermetic Delight
"Love is everywhere" de Laurent Bardainne & Tigre d'Eau Douce
"Hum-Ma" de Les Enfants d'Icare
"Spirals" de Sébastien Forrestier

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Frida jambe de bois" de Pascal Rinaldi en vidéo
le diptyque Arne Lygre mis en scène par Stéphane Braunschweig :
"Je disparais" en vidéo
"Rien de moi" en vidéo
des comédies :
"Alors on s'aime"
"L'Appel de Londres"
"Hier est un autre jour"
du divertissement :
"On ne choisit pas sa famille"
"Double mixte"
du vaudeville avec "Le Système Ribadier"
du côté des humoristes :
"François Rollin - Colères"
"La Teuf des Chevaliers du fiel"
"Franck Duboscq - Il était une fois"
Au Théâtre ce soir :
"Le canard à l'orange"
"Le prête-nom"
"Deux hommes dans une valise"
des classiques par la Comédie française :
"Le Petit-Maître corrigé" de Marivaux
"Cyrano de Bergerac" d"Edmond Rostand
et aller à l'opéra pour :
"Fortunio" d'André Messager
"Falstaff" de Verdi

Expositions avec :

les visites commentées par les commissaires d'expositions qui se sont tenues au Musée Jacquemart-André :
"Hammershøi, le maître de la peinture danoise" en vidéo
et "La collection Alana - Chefs-d'oeuvre de la peinture italienne"
partir en province pour découvrir en images le Musée d'Art Moderne et Contemporain de Strasbourg
et le Musée des Beaux-Arts de Nancy
puis en Europe en Espagne le Musée national Thyssen-Bornemisza à Madrid
en Allemagne au Städel Museum à Francfort
ailleurs au Brésil à la Pinacothèque de Sao Paulo
et au Japon au Ohara Museum of Art à Kurashiki
avant de revenir dans l'Hexagone pour une déambulation virtuelle dans le Petit Palais

Cinéma at home avec :

du drame : "Aime ton père" de Jacob Berger
de l'espionnage : "Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
du thriller : "The Unseen" de Geoff Redknap
du thriller fantastique avec "La Neuvième Porte" de Roman Polanski
du divertissement :
"Cassos" de Philippe Carrèse
"Promotion canapé" de Didier Kaminka
"Les Frères Pétard" de Hervé Palud
de glorieux péplums italiens avec Steve Reeves :
"Les Travaux d'Hercule' de Pietro Francisci en VO
"La Bataille de Marathon" de Jacques Tourneur, Mario Bava et Bruno Vailati en VF
du western :
"L'Homme aux colts d'or" d'Edward Dmytryk
"Chino" de John Sturges
au Ciné Club, du cinéma français des années 30 :
"Mister Flow" de Robert Siodmak
"La Banque Némo" de Marguerite Viel
"Les amours de minuit" d'Augusto Genina et Marc Allégret
"Ces messieurs de la santé" de Pierre Colombier
et des films récents en DVD :
"Deux" de Filippo Meneghetti
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"La Dernière vie de Simon" de Léo Karmann

Lecture avec :

"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan
et toujours :
"Là où chantent les écrevisses" de Delia Owens
"Les lumières de Tel Aviv" de Alexandra Schwartzbrod
"Faites moi plaisir" de Mary Gaitskill
"La chaîne" de Adrian McKinty
"Incident au fond de la galaxie" de Etgar Keret

Froggeek's Delight :

Des lives jeux vidéo (mais aussi des concerts) tout au long de la semaine sur la chaine Twitch. Rejoignez la chaine et cliquez sur SUIVRE pour ne rien rater de nos diffusions.

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 24 mai 2020 : Culture pour tous !
- 17 mai 2020 : le joli mois de mai
- 10 mai 2020 : Sortez Masqués !
- 3 mai 2020 : Déconfi...ture
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=