Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Glasser
Interiors  (True Panther Sounds)  octobre 2013

Quand Cameron Mesirow changea de peau pour devenir Glasser, elle fut de suite identifiée par les audiophiles comme une engeance onirique de la lignée de Kate Bush, Björk ou encore Natasha Khan. Comme elles, Glasser joue avec une voix hantée, parfois haut perchée et modulée, qu’elle couple avec des batteries en tous genres et de l’électro au pire expérimentale, au mieux spacieuse. Avec son EP "Apply" et le single du même nom, elle a ménagé dès 2009 une voix royale à son album qui sortit en 2010 : Ring.

Fort d’un exotisme déroutant et quelque peu naïf, cette envoûtante production léchée a très vite charmé les afficionados du genre.

Trois ans plus tard, Glasser est de retour avec un second opus, intitulé Interiors dans lequel il est question de forme et d’architecture, mais surtout de la centralité de l’être humain dans le monde. Et c’est donc sans surprise que la chanteuse cite l’architecte Rem Koolhaas comme inspiration. L’homme ayant été l’un des rares de sa profession à rendre l’architecture ludique et didactique dans des écrits acclamés par les masses (les théories de Coney Island et "New York Delirious").

En ouvrant son album sur le titre "Shape", l’artiste nous avertit d’emblée, elle maîtrise son art bien mieux, puisqu’elle y met maintenant les bonnes formes. Ainsi ce titre alterne entre montée en puissance et rechute calculée, voire mesurée. En bref, l’énergie qui personnifiait son album précédent est ici tenue en laisse et n’explose qu’au besoin impérieux des cadres imposés par la chanteuse.

Sa technique a donc évolué et se fend même d’un triptyque ("Window I", II et III) qui non content d’être bien évidemment des fenêtres sur l’univers mental (et musical) de Cameron, reprend des sonorités classieuses exploitées sur des très courtes durées et qui ne sont pas sans rappeler d’une part Iamamiwhoami, d’autre part Saint Vincent.

Fort heureusement, cela ne veut pas dire que l’artiste s’est départie de l’exotisme de ses sons électroniques. Les titres comme "Landscape" ou "Window III" marquent le retour du duo bienvenu de sa voix au vocalisme orientalisé et d’une production électro qui joue avec les oreilles de façon malicieuse.

Alors que "Keam Theme", "Divide" ou même "Dissect" explore allègrement le psychisme de la chanteuse, en traitant notamment de la solitude, le plan de la chanteuse devient un peu plus clair. Celle-ci dépeint une société humaine, où les espaces privés comme publiques finissent toujours par empiéter sur son bien-être ou tout du moins sur l’image qu’elle renvoie d’elle-même. C’est d’ailleurs d’autant plus évident que la pochette de l’album en question montre une Cameron Mesirow en plein mouvement dans un habitat qui se tord sous l’action de sa poignée, tout en ayant un regard de défi à l’encontre de son propre reflet.

Glasser joue donc en réalité la carte de l’album introspectif, tout en se plaçant dans un monde consistant ("Shape", "Window") et conscient de l’autre (sur "Landscape", elle parle d’un autre avec qui elle veut admirer le même paysage, la recherche d’un autre étant présente en filigrane sur tout l’album).

Néanmoins, Interiors trouvera ses limites à la source même de son originalité, puisque contrairement à "Apply", sa compréhension au travers de multiples écoutes pourrait lui être fatale. Une bien triste conclusion pour un album qui aurait très bien pu marquer le temps et peut-être même les lieux (entendons par ici le genre) à la façon des constructions de l’architecte qu’elle citait plus haut comme influence !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Ring de Glasser
Glasser en concert au Point Ephémère (mercredi 13 octobre 2010)
Glasser en concert au Grand Mix (mardi 29 mars 2011)

En savoir plus :
Le site officiel de Glasser
Le Myspace de Glasser
Le Facebook de Glasser


Stéphane El Menshawi         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

• Edition du 2020-08-02 :
Listen in Bed - Nina Simone 2/2(Mix #21)
 

• Archives :
We hate you please die - Waiting room
Cheyenne - Surprends-moi
Listen in Bed - Nina Simone 1/2 (Mix #20)
La Mare Aux Grenouilles #06 - Talk Show Culturel
L'éclair - Noshtta EP
Toybloïd - Modern Love
Listen in Bed - Jimmy Cobb (Mix #19)
Divers artistes - INTENTA Experimental & Electronic Music from Switzerland 1981-93
Thibault Noally & L'ensemble Les Accents - Alessandro Scarlatti : Il Martirio di Santa Teodosia
Benoît Menut - Les îles
Musica Nigella & Takénori Némoto - Chausson le littéraire
Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet - Echange
Marianne Piketty, Le Concert Idéal - L'Heure bleue
Silas Bassa - Silas
Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay - Eivind Groven Symphonies N°1 & 2
Jean-Efflam Bavouzet - The Beethoven Connection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wölfl
Benjamin Biolay - Grand Prix
Merakhaazan - Veines
Marion Cousin & Kaumwald - Tu rabo par'abanico
Cie Guillaume Lopez - Anda-Lutz
François Club - Cobra
Yadam - Safeplace EP
Hailey Tuck - Coquette EP
Austyn - Désordres EP
Volo - Avec son frère
Daniel Jea - A l'instinct A l'instant
Epilexique - Cérébro Dancing
Fugu - As Found
Magic Malik - Fanfare XP, volume 2
Listen in Bed - Springtime With No Harm (Mix #18)
- les derniers albums (6111)
- les derniers articles (158)
- les derniers concerts (2323)
- les derniers expos (4)
- les derniers films (20)
- les derniers interviews (1095)
- les derniers livres (8)
- les derniers oldies (20)
- les derniers spectacles (8)
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=