Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Ebony Bones
Behold A Pale Horse  (1984 Recordings)  août 2013

Dès 2012, la chanteuse annonçait qu’elle travaillait avec l’orchestre national de Mumbai et partageait un extrait qui deviendra par la suite l’introduction éponyme épique à son nouvel album. Intitulé Behold A Pale Horse et truffé de références bibliques, le second opus d’Ebony Bones voit surtout l’avènement d’une musique pop qui prend de la distance quant au style (il faut le reconnaître) un peu fourre-tout avec lequel nous l’avions découvert en 2009.

Plus mélodieux, moins festif, Bones réussit néanmoins à concentrer son énergie si particulière dans sa voix et dans l’omniprésence pétaradante et tonitruante des percussions. Pour autant, on appréciera une évidente volonté à ne pas simplement répéter les recettes passées.

De fait, son véritable premier single se lançait à l’assaut de territoires nouveaux et prenait un parti résolument plus mature dans son orchestration. "Mystery Babylon Balloons" s’entendait alors comme une production écartelée entre une atmosphère sombre, presque pesante et un chant frôlant l’hystérie, le tout étant renforcé en vidéo par une utilisation judicieuse des scènes du Metropolis de Fritz Lang.

Plus sombre encore, "I See, I Say" voit une Bones s’essayer à un genre proche de la musique Trap, une comparaison qui remettra en lumière certains de ses titres parus en 2009, la frappant au final du sceau de l’avant-gardisme.

Et puisque l’album conjure de nombreuses références à la Bible ("Pale Horse", "Lazarus" et "Bread & Circus"), avec une pure logique manichéenne celui-ci trouvera ses moments de grâce lumineux, comme lors de la reprise du titre de The Smith, "What Difference Does It Make" ou sur "While The People S.L.E.E.P." et leur triple couche de percussions. On y remarquera aussi plus évidemment, la présence d’une guitare électrique qui hantera avec beaucoup plus de force le background sonore.

Mais tous ses artifices peineront à dissimuler une certaine pauvreté. D’abord dans les textes, depuis "I See, I Say" qui joue la carte de la mise en abysse samplé, jusqu’à la réédition de son excellent titre "W.A.R.R.I.O.R." comme piste bonus. Mais aussi - et sutout - avec des pistes à l’instrumentalisation lente, sans surprises et qui finiront par lasser bien vite. Tel le titre "I.N.V.I.N.C.I.B.L.E.", pointant ici les véritables faiblesses d’un album qui peine à se ménager une identité solide et au moins aussi tonitruante que son prédécesseur.

C’est qu’en réalité, "Behold A Pale Horse" trébuchera sur son manque d’efficacité à rallier les oreilles aussi facilement que "Bone of My Bones" sorti en 2009 et sur la rude concurrence entre-temps apparue. Etant entendu que les prémices musicaux initiés par Bones, dans lesquels s’entremêlaient plusieurs genres et références, ont été assimilés par une toute nouvelle génération de musiciens. Forçant le retour de la londonienne colorée, à s’effectuer en demi-teintes.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Ebony Bones en concert au Festival Art Rock 2009 (Samedi)
Ebony Bones en concert au Festival Rock en Seine 2009 (samedi 29 août 2009)
Ebony Bones en concert au Festival Les Inrocks tck tck tck 2009 (vendredi 6)
Ebony Bones en concert au Festival Les Inrocks tck tck tck 2009 (lundi 9)
Ebony Bones en concert à La Maroquinerie (dimanche 23 février 2014)
L'interview de Ebony Bones (dimanche 23 février 2014)

En savoir plus :
Le site officiel de Ebony Bones
Le Soundcloud de Ebony Bones
Le Myspace de Ebony Bones
Le Facebook de Ebony Bones


Stéphane El Menshawi         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

• Edition du 2020-08-02 :
Listen in Bed - Nina Simone 2/2(Mix #21)

• Edition du 2020-07-26 :
Crack Cloud - Pain Olympics
We hate you please die - Waiting room
 

• Archives :
Cheyenne - Surprends-moi
Listen in Bed - Nina Simone 1/2 (Mix #20)
La Mare Aux Grenouilles #06 - Talk Show Culturel
L'éclair - Noshtta EP
Toybloïd - Modern Love
Listen in Bed - Jimmy Cobb (Mix #19)
Divers artistes - INTENTA Experimental & Electronic Music from Switzerland 1981-93
Thibault Noally & L'ensemble Les Accents - Alessandro Scarlatti : Il Martirio di Santa Teodosia
Benoît Menut - Les îles
Musica Nigella & Takénori Némoto - Chausson le littéraire
Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet - Echange
Marianne Piketty, Le Concert Idéal - L'Heure bleue
Silas Bassa - Silas
Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay - Eivind Groven Symphonies N°1 & 2
Jean-Efflam Bavouzet - The Beethoven Connection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wölfl
Benjamin Biolay - Grand Prix
Merakhaazan - Veines
Marion Cousin & Kaumwald - Tu rabo par'abanico
Cie Guillaume Lopez - Anda-Lutz
François Club - Cobra
Yadam - Safeplace EP
Hailey Tuck - Coquette EP
Austyn - Désordres EP
Volo - Avec son frère
Daniel Jea - A l'instinct A l'instant
Epilexique - Cérébro Dancing
Fugu - As Found
Magic Malik - Fanfare XP, volume 2
Listen in Bed - Springtime With No Harm (Mix #18)
Listen in Bed - Two Lovers (Mix #17)
- les derniers albums (6111)
- les derniers articles (158)
- les derniers concerts (2323)
- les derniers expos (4)
- les derniers films (20)
- les derniers interviews (1095)
- les derniers livres (8)
- les derniers oldies (20)
- les derniers spectacles (8)
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=