Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The Wedding Present
Seamonsters  (Camden)  mai 1991

1991 : après le succès de Bizarro, The Wedding Present rentrent en studio avec Steve Albini pour leur nouvel album. Le disque est attendu et les fans se demandent ce qu'ils vont bien pouvoir faire pour surpasser le précédent opus. Le précieux cd à la pochette épurée arrive donc sur les platines des fans après une difficile attente et avec un peu d'appréhension.

Dès la première écoute, dès le premier titre, dès les premières secondes, il est facile de sentir que l'on tient là quelque chose d'unique. Le volume est intentionellement très bas quand "Dalliance" commence. S'en suivent 40 minutes d'une plongée dans un univers sombre, violent et dans la découverte d'un chef d'oeuvre.

Le premier titre, "Dalliance" donc, annonce la donne et déroule sur 5 petites minutes une incroyable escalade dans le son, les guitares se cumulant les unes aux autres tandis que les distortions se multiplient pour créer un brouillard de plus en plus épais dans lequel la voix de David Gedge se déchire. Le malheureux qui aurait augmenté le volume de son ensemble hifi au début du morceau en sort assourdi, décomposé.

Il n'y aura aucune trêve dans l'album : sitôt la puissance du premier titre retombée, l'album enchaîne sur "Dare", court morceau à l'efficacité incroyable. Ici pas de mur de son mais une tornade dévastatrice sur le thème cher à Gedge qui est l'adultère ('Nothing can go wrong/if you're not here too long/Stay all night I dare you').

C'est sur "Suck" que l'on commence à voir l'importance de la batterie dans cet album. Là où la plupart des groupes utilisent principalement cet instrument pour donner le rythme, The Wedding Present, avec la complicité du roi Albini, le mettent au même plan que la guitare ou la voix. La batterie est omniprésente, pesante, variée et participe grandement à l'ambiance de chaque titre.

Après quelques excellents titres plus calmes, l'album atteint son apogée avec les deux morceaux siamois reliés par une ligne de larsen que sont "Lovenest" et "Corduroy". Alors que le premier propose de fabuleux roulements de batterie dans une atmosphère lourde et bruyante, le second alterne les changements de rythmes, les passages noisy et les envolées de guitares cinglantes ultra rapides à la Tommy ou George Best. Deux titres enchainés pour le sommet de l'album, deux lovesongs à la Gedge.

Après cette tempête, l'album retrouve le calme avec les derniers morceaux. Un calme tout relatif émaillé de quelques envolées distordues mais dans lequel on sent que l'orage est passé. Le disque s'achêve sur le magnifique "Octopussy", justement l'un de ces monstres marins dont nous parle David Gedge et qui retournent dans les profondeurs après avoir tout retourné sur leur passage.

42 minutes, 10 chansons (avec un seul mot pour chaque titre), à peine plus d'accords de guitare, le génie de Gedge, la patte d'Albini et un frisson à chaque écoute presque 15 ans après. L'album du siècle.

 

Note : en 2001 une version remasterisée et agrementée de différents bonus a été publiée. Même si elle contient certains titres enregistrés par Albini et issus des singles de Seamonsters, elle contient également des chansons qui n'ont pas grand chose à voir avec l'ambiance de l'album.

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Hit Parade de The Wedding Present
La chronique de l'album Bizarro de The Wedding Present
La chronique de l'album Take fountain de The Wedding Present
La chronique de l'album Search for paradise de The Wedding Present
La chronique de l'album Live de The Wedding Present
La chronique de l'album Valentina de The Wedding Present
Articles : The Wedding Present - Le retour
The Wedding Present en concert à La Maroquinerie (16 mars 2005)
The Wedding Present en concert au Festival International de Benicassim 2005 (dimanche)
The Wedding Present en concert au Festival La Route du Rock 2005 (vendredi)
The Wedding Present en concert au Trabendo (25 octobre 2005)
The Wedding Present en concert au Festival des Vieilles Charrues 2008
The Wedding Present en concert à L'Ubu (lundi 22 octobre 2012)
La conférence de presse de David Gedge - The Wedding Present (12 août 2005)

En savoir plus :

Le site officiel des Wedding Present : www.scopitones.co.uk


Fred         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 23 février 2020 : Eclectisme n'est pas un gros mot

Classique, pop, rock, découvertes, artistes confirmés, comédies, drames, art moderne ou plus classique, romans et livres historiques, tout se cotoient encore dans cette nouvelle et riche édition de Froggy's Delight. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Contemporary" de Adélaide Ferrière
"Un moment musical chez les Schumann" de Cyrielle Golin & Antoine Mourias
Rencontre avec Cyril Adda, autour de on album "L'îlot" et de sa session live de 5 titres
"Beethoven : intégrale des sonates pour piano" de Fazil Say
"Happy mood !" de François Ripoche
"L'appel de la forêt" de Julien Gasc
"Satchidananda", nouveau et 11eme mix de Listen in Bed
"Song for" de Noé Huchard
"Amours, toujours !" de Smoking Joséphine
"Rêve d'un jour" de The Chocolatines
"The Bear and other stories" de The Fantasy Orchestra
"Saint Cloud" de Waxahatchee"
et toujours :
"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Transmission" au Théâtre Hébertot
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Satsang !" au Théâtre La Croisée des Chemins-Belleville
"Labiche Repetita" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Le Tour du théâtre en 80 minutes" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Dieu est mort. Et moi non plus j'me sens pas trop bien !" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Isabelle Vitari - Bien entourée" au Palais des Glaces
"Cabaret décadent - Revue Electrique n°25" au Cirque Electrique
"Les Amants de Varsovie" au Théâtre du Gymnase
les reprises :
"Dementia Praecox" au Théâtre Elizabeth Czerzuk
"Ruy Blas" au Théâtre Gérard Philippe de Saint-Denis
"Dieu, Brando et moi" au Studio Hébertot
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

"Coeurs" au Musée de la Vie romantique
et la dernière ligne droite pour :
"Hans Hartung - La fabrique du geste" au Musée d'Art moderne de la Ville de Paris

Cinéma avec :

"Le Cas Richard Jewell" de Clint Eatswood
"L'Etat sauvage" de David Perrault
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Ada & Rosie" de Dorothée de Monfreid
"De rien ni de personne" de Dario Levantino
"La mémoire tyranique" de Horacio Castellanos Moya
"Santa muerte" de Ganino Iglesias
"Tout pour la patrie" de Martin Caparros
"Bon Rundstedt, le maréchal oublié" de Laurent Schang
et toujours :
"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 23 février 2020 : Eclectisme n'est pas un gros mot
- 16 février 2020 : Pour les amoureux de culture
- 9 février 2020 : On se calme et on se cultive
- 2 février 2020 : Place aux crèpes
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=