Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Mary Prince
Manufacture des Abesses  (Paris)  janvier 2014

Monologue dramatique écrit et interprété par Souria Adele dans une mise en scène de Alex Descas.

Le récit autobiographique de Mary Prince, esclave, fille de parents esclaves, née en 1788 dans l'archipel des Bermudes devenue colonie anglaise où se pratiquait l'esclavage dès le début du 17ème siècle, constitue un témoignage terrible et terrifiant.

Elle a survécu grâce à la foi et à sa venue au Royaume-Uni où son histoire sera publiée en 1831, deux ans avant l'abolition de l'esclavage par le parlement anglais, sous le titre "The History of Mary Prince, a West Indian Slave. Related by Herself".

Comédienne originaire de la Martinique, Souria Adèle s'est totalement investie dans ce projet d'adaptation scénique au plus près du texte original, qu'elle signe avec Emma Sudour, pour donner voix à son terrible destin dans le cadre d'un théâtre mémoriel qui rappelle que la terre des Bermudes, comme celle des îles des Caraïbes, avant de devenir un paradis fiscal pour milliardaire et une destination touristique de rêve, a été irriguée du sang et des larmes des esclaves.

De plus, alors que l'esclavage a été mondialement officiellement et juridiquement aboli, dans un monde gangrené par la marchandisation et la barbarie, ce douloureux chapitre de l'Histoire de l'Humanité connait des résurgences contemporaines avec le trafic d'êtres humains et les révélations récurrentes de cas d'esclavage moderne au point où, en France, une loi votée en 2013 a dû rappeler l'interdiction de l'esclavage, la servitude et le travail forcé en les qualifiant d'infractions pénales.

Le destin de Mary Prince est atroce. Car si ce n'est ses premières années où elle servait de compagne de jeux aux enfants d'un "bon" maître, son sort n'est pas de celui d'un personnel domestique pléthorique de maisons de planteurs bienveillants tel que parfois véhiculé par la littérature romanesque.

Parce qu'il ne s'agit pas simplement d'un statut qui constitue un crime contre l’humanité. Parce qu'elle est considérée comme une marchandise achetée, vendue, louée, troquée au gré de la mauvaise fortune ou des investissements de ses propriétaires successifs. Parce qu'elle est exploitée pour sa force de travail jusqu'à l'épuisement pis qu'une bête de somme.

Parce que de surcroît, "de boucher en boucher", elle est rouée de coups pour la moindre peccadille. Parce qu'à la maltraitance quotidienne s'ajoutent de véritables actes de torture et de barbarie perpétrés par des maitres, et des maitresses car les femmes ne sont pas en reste, psychopathes qui peuvent assouvir leurs pulsions meurtrières à bon compte et en toute impunité.

Ni harangue politique ni auto-apitoiement larmoyant, la parole de Mary Prince est d'une intensité dramatique poignante parce que factuelle et sans pathos, presque distanciée, elle expose une réalité insoutenable.

Sous la direction de Alex Descas et les seules lumières crépusculaires de Agnès Godard, sans effets de jeu qui seraient hors de propos, la partition est sublimée par Souria Adèle qui la dispense idéalement sans incarnation naturaliste ni déploration.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 18 août 2019 : Au rythme des vacances
- 11 août 2019 : Sur la Route du Rock
- 4 août 2019 : De festival en festivals
- 28 juillet 2019 : La canicule recule
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=