Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Electrophönvintage - Angil
Pop In  (Paris)  26 janvier 2005

Electophönvintage... voilà bien un nom de groupe original pour cette formation originaire de Montauban. En guise de formation il s'agit d'ailleurs avant tout de Rémi Parson et de 2 musiciens puisque ce groupe est le résultat du travail solo du chanteur/guitariste officiant également dans le groupe A place for parks.

Faussement intimidé devant un parterre conséquent de spectateurs pour la petite salle du Pop In, Rémi joue de sa maladresse, fait mine de ne pas connaître sa setlist, s'excuse de râler et raconte une blague dont je vous laisse la découverte lorsque vous le verrez en concert !

Car il faut le voir en concert ce petit jeune homme de Montauban et sa bouche, à faire pâlir Ian Mc Culloch, de laquelle sort un joli accent chantant quand il parle et mélancolique quand il chante. Accompagné d'une choriste multi-instrumentaliste (percussions, mélodica) et d'un bassiste, Rémi donne vie à ses chansons pop qui louchent certes du côté d’Outre Manche mais qui ne sont pas sans rappeler un certain Jeffrey Lewis. Faux minimalisme et vraies trouvailles émaillent chaque titre inlassablement terminé par un sourire un peu gêné, comme pour dire "Excusez moi de déranger votre écoute mais la chanson est terminée, je passe à la suivante". Juste, intimiste et touchant, Electrophönvintage risque de faire parler de lui lors de la sortie de son premier album intitulé We sang a yeye song, en mars (le 16, c'est bien cela Rémi ?).

Arrive ensuite Angil sur scène. Si, à la tête d'Angil , il y a un seul homme en la personne de Mickäel Mottet, auteur compositeur et interprète, sur scène, Angil est un collectif à géométrie variable. D'un maximum de 10 personnes sur scène on se trouve ce soir face à un quator :Mickäel à la guitare et au chant bien entendu, Flavien au "bruitage vinyl", Tom au trombone à coulisse et Marie à l'alto.

Angil sur scène c'est une véritable performance car les musiciens laissent une grande place à l'improvisation. Ainsi Flavien crée des ambiances en faisant tourner, façon DJ, des vinyls sur une platine ancestrale et joue avec quelques boutons d'effets interférant parfois (volontairement) avec les propres pédales d'effet de Mickäel, qui lui même possède un "Boomerang", engin ayant la faculté d'emmagasiner en temps réel des sons provenant d'un micro ou de la guitare, ainsi un tapotement sur un micro se transforme en une ligne de batterie et une phrase scandée devient une entêtante rythmique.

De leur coté Tom et Marie ne sont pas en reste et, malgré les problèmes (qui ne se résoudront d'ailleurs pas) de Tom pour amplifier son micro, il le tendra à plusieurs reprises vers le violon de Marie afin d'y capter quelques notes qui se retrouveront à leur tour dans un autre sampler aux pieds du tromboniste.

Les chansons intimistes du disque deviennent ici hypnotiques et envoûtantes. Beaucoup d'autres titres ne sont pas sur le disque, c'est aussi la grande force de Angil de donner au live toute son ampleur en en faisant un véritable objet unique (chaque concert est différent, y compris dans la composition du groupe) plutôt que de reproduire de façon appliquée le disque.

Malgré les soucis de son ayant pénalisés tant le groupe que les spectateurs, le groupe fait avec et garde le sourire, les 4 compères s'amusent sur scène et le public est conquis.

Reste à voir ce que cela donnera le 23 février à la Guinguette Pirate, toujours en quatuor mais sans le trombone et surtout le 4 avril à l'Européen dans une formation étoffée et quasi complète d'une dizaine de musiciens.

Angil, le second souffle de la scène rock française ? A suivre de très près.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album We sang a yéyé song de Electrophonvintage
La chronique de l'album Teaser for : Matter de Angil
La chronique de l'album Oulipo saliva de Angil
La chronique de l'album Angil Was A Cat de Angil
La chronique de l'album The And de Angil & The Hiddentracks
La chronique de l'album Now de Angil and the Hiddentracks
La chronique de l'album Angil and the fucking Hiddentracks de Angil and the Hiddentracks
La chronique de l'album Lines EP de Angil and the Hiddentracks
La chronique de l'album AWAC EP de AWAC - Angil Was a Cat
Angil en concert à La Guinguette Pirate (23 février 2005)
Angil en concert à Fête de la Musique (21 juin 2005)
Angil en concert au Nouveau Casino (30 novembre 2005)
Angil en concert à Par Mickaël Mottet (mai 2008)
Angil en concert à Angil & the Hiddentracks - Old Mountain Station (mercredi 30 mars 2011)
L'interview de Angil (février 2005)
L'interview de Angil (mai 2007)
L'interview de Angil and the Hiddentracks (décembre 2014)

crédits photos : David

Plus de photos :

Taste of indie


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 1er juin 2020 : Retour à la réalité

Le monde d'après ne sera sans doute pas mieux que celui d'avant. Ces 2 mois de répit n'auront sans doute servi qu'à amplifier les frustrations en tout genre. Sans prétendre y remédier voic de quoi vous détendre un peu avec notre sélection culturelle de la semaine.

vous pouvez également revoir notre première émission "La mare aux grenouilles" sur la Froggy's TV. Suivez la chaine pour ne pas rater émissions et concerts en direct.

Du côté de la musique :

"Nunataq" de Alexandre Herer
"Vodou Alé" de Chouk Bwa & The Angstromers
"Wallsdown" de Enzo Carniel
Interview de Jo Wedin et Jean Felzine à l'occasion de leur concert sur la Froggy's TV
"Pictures of century" de Lane
"Lullaby (mix #15)" nouvelle émission de Listen In Bed à écouter
"Introssessions" de Minhsai
"Guinea music all stars" de Moh! Kouyaté
"Parcelle brillante" de Orwell
"Evocacion" de Quatuor Eclisses
"Is this natural" de Tazieff
"EP 2" de The Reed Conservation Society
et toujours :
Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

les créations contemporaines :
"Le Mardi à Monoprix" de Emmanuel Darley
"Lucide" de Rafael Spregelburd
"Le Royaume des animaux" de Roland Schimmelpfennig
"Délivre-toi de mes désirs" de María Velasco
"L'étudiante et Monsieur Henri" de Yvan Calbérac
de la comédie signée Pierre Palmade:
"Ma soeur est un chic type" de Pierre Palmade
"Pièce montée" de Pierre Palmade
"10 ans de mariage" de Alil Vardar
Au Théâtre ce soir :
"On dînera au lit" de Marc Camoletti
"Le canard à l'orange" de William Douglas Home
"L'Or et la Paille" de Barillet et Grédy
les classiques par la Comédie française :
"L'Avare" de Molière
"Les Rustres" de Goldoni
du côté des humoristes :
un spécial Christophe Alévêque à l'occasion de son inédit 2020 "Le trou noir"
avec
"Christophe Alévêque - Super rebelle... et candidat libre"
"Christophe Alévêque revient bien sûr"

"Christophe Alévêque - Debout"
et du théâtre lyrique revisité:
"Le Postillon de Lonjumeau" d'Adolphe Adam par Michel Fau
"Turandot" de Puccini par Robert Wilson
et de la caricature joyeuse avec "The Opera Locos"

Expositions :

découvrir la visite en ligne d'expositions virtuelles annulées :
"Giorgio de Chirico. La peinture métaphysique" au Musée de l'Orangerie
"Pompéi" au Grand Palais
et "Plein air, de Corot à Monet" au Musée des Impressionnismes de Giverny
s'évader en un clic en direction de la province :
à Nice pour une visite virtuelle du Musée Magnin et celle de l'exposition "Soulages, la puissance créatrice" à la Galerie Lympia
de l'Europe :
en Espagne vers le Musée Carmen Thyssen à Málaga
et en Allemagne avec la visite des 3 niveaux de la Kunsthalle de Brême
et plus loin encore aux Etats-Unis vers le Musée Isabella Stewart Gardner à Boston
et le Musée d'Art de Caroline du Nord à Raleigh
avant le retour sur Paris pour découvrir les éléments décoratifs de L’Opéra national de Paris

Cinéma at home avec :

de l'action :
"Code 211" de York Alec Shackleton
"Duels" de Keith Parmer
de la comédie : "Le boulet" de Alain Berbérian et Frédéric Forestier
du drame :
"Marion, 13 ans pour toujours" de Bourlem Guerdjou
"Happy Sweden" de Ruben Östlund
de la romance :
"Coup de foudre à Jaïpur" de Arnauld Mercadier
"Marions-nous !" de Mary Agnes Donoghue
du thriller :
"The Watcher" de Joe Charbanic
"Résurrection" de Russell Mulcahy
du fantastique : "Godzilla" de Masao Tamai
les années 40 au Ciné-Club :
"Boule de suif" de Christian Jaque
"Le carrefour des enfants perdus" de Léo Joannon
et un clin d'oeil au début du cinéma avec "Le Voyage dans la Lune" de Georges Méliès

Lecture avec :

"BeatleStones" de Yves Demas & Charles Gancel
"L'obscur" de Phlippe Testa
"La géographie, reine des batailles" de Philippe Boulanger
"Trouver l'enfant / La fille aux papillons" de René Denfeld
et toujours :
"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 1er juin 2020 : Retour à la réalité
- 24 mai 2020 : Culture pour tous !
- 17 mai 2020 : le joli mois de mai
- 10 mai 2020 : Sortez Masqués !
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=