Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Electrophönvintage - Angil
Pop In  (Paris)  26 janvier 2005

Electophönvintage... voilà bien un nom de groupe original pour cette formation originaire de Montauban. En guise de formation il s'agit d'ailleurs avant tout de Rémi Parson et de 2 musiciens puisque ce groupe est le résultat du travail solo du chanteur/guitariste officiant également dans le groupe A place for parks.

Faussement intimidé devant un parterre conséquent de spectateurs pour la petite salle du Pop In, Rémi joue de sa maladresse, fait mine de ne pas connaître sa setlist, s'excuse de râler et raconte une blague dont je vous laisse la découverte lorsque vous le verrez en concert !

Car il faut le voir en concert ce petit jeune homme de Montauban et sa bouche, à faire pâlir Ian Mc Culloch, de laquelle sort un joli accent chantant quand il parle et mélancolique quand il chante. Accompagné d'une choriste multi-instrumentaliste (percussions, mélodica) et d'un bassiste, Rémi donne vie à ses chansons pop qui louchent certes du côté d’Outre Manche mais qui ne sont pas sans rappeler un certain Jeffrey Lewis. Faux minimalisme et vraies trouvailles émaillent chaque titre inlassablement terminé par un sourire un peu gêné, comme pour dire "Excusez moi de déranger votre écoute mais la chanson est terminée, je passe à la suivante". Juste, intimiste et touchant, Electrophönvintage risque de faire parler de lui lors de la sortie de son premier album intitulé We sang a yeye song, en mars (le 16, c'est bien cela Rémi ?).

Arrive ensuite Angil sur scène. Si, à la tête d'Angil , il y a un seul homme en la personne de Mickäel Mottet, auteur compositeur et interprète, sur scène, Angil est un collectif à géométrie variable. D'un maximum de 10 personnes sur scène on se trouve ce soir face à un quator :Mickäel à la guitare et au chant bien entendu, Flavien au "bruitage vinyl", Tom au trombone à coulisse et Marie à l'alto.

Angil sur scène c'est une véritable performance car les musiciens laissent une grande place à l'improvisation. Ainsi Flavien crée des ambiances en faisant tourner, façon DJ, des vinyls sur une platine ancestrale et joue avec quelques boutons d'effets interférant parfois (volontairement) avec les propres pédales d'effet de Mickäel, qui lui même possède un "Boomerang", engin ayant la faculté d'emmagasiner en temps réel des sons provenant d'un micro ou de la guitare, ainsi un tapotement sur un micro se transforme en une ligne de batterie et une phrase scandée devient une entêtante rythmique.

De leur coté Tom et Marie ne sont pas en reste et, malgré les problèmes (qui ne se résoudront d'ailleurs pas) de Tom pour amplifier son micro, il le tendra à plusieurs reprises vers le violon de Marie afin d'y capter quelques notes qui se retrouveront à leur tour dans un autre sampler aux pieds du tromboniste.

Les chansons intimistes du disque deviennent ici hypnotiques et envoûtantes. Beaucoup d'autres titres ne sont pas sur le disque, c'est aussi la grande force de Angil de donner au live toute son ampleur en en faisant un véritable objet unique (chaque concert est différent, y compris dans la composition du groupe) plutôt que de reproduire de façon appliquée le disque.

Malgré les soucis de son ayant pénalisés tant le groupe que les spectateurs, le groupe fait avec et garde le sourire, les 4 compères s'amusent sur scène et le public est conquis.

Reste à voir ce que cela donnera le 23 février à la Guinguette Pirate, toujours en quatuor mais sans le trombone et surtout le 4 avril à l'Européen dans une formation étoffée et quasi complète d'une dizaine de musiciens.

Angil, le second souffle de la scène rock française ? A suivre de très près.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album We sang a yéyé song de Electrophonvintage
La chronique de l'album Teaser for : Matter de Angil
La chronique de l'album Oulipo saliva de Angil
La chronique de l'album Angil Was A Cat de Angil
La chronique de l'album The And de Angil & The Hiddentracks
La chronique de l'album Now de Angil and the Hiddentracks
La chronique de l'album Angil and the fucking Hiddentracks de Angil and the Hiddentracks
La chronique de l'album Lines EP de Angil and the Hiddentracks
La chronique de l'album AWAC EP de AWAC - Angil Was a Cat
Angil en concert à La Guinguette Pirate (23 février 2005)
Angil en concert à Fête de la Musique (21 juin 2005)
Angil en concert au Nouveau Casino (30 novembre 2005)
Angil en concert à Par Mickaël Mottet (mai 2008)
Angil en concert à Angil & the Hiddentracks - Old Mountain Station (mercredi 30 mars 2011)
L'interview de Angil (février 2005)
L'interview de Angil (mai 2007)
L'interview de Angil and the Hiddentracks (décembre 2014)

crédits photos : David

Plus de photos :

Taste of indie


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 18 août 2019 : Au rythme des vacances
- 11 août 2019 : Sur la Route du Rock
- 4 août 2019 : De festival en festivals
- 28 juillet 2019 : La canicule recule
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=