Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Raymonde Howard
Interview  (Les Trois Baudets, Paris)  lundi 3 mars 2014

Avec un nom qui lance un pont par-dessus la Manche, Raymonde Howard fonce à une allure hallucinante qui n’a rien à envier à un TGV. Venue de la prolifique cité de Saint-Etienne (hé oui !), l’artiste balance des riffs démentiels et une énergie vocale qu’elle arrive à contenir sur des formats courts, voire ultra-courts. Dernièrement de retour avec un album concentré sur près de 30 minutes, la jeune femme signe un opus véloce et léché et qui s’offre comme la bande originale du film éponyme de la réalisatrice Raphaëlle Bruyas. En mars dernier, elle était à Paris pour une date aux Trois Baudets, toute de fleurs vêtue, l’artiste a bien voulu répondre à nos questions.

Tu es de retour avec ton dernier album Le Lit qui est donc la bande son du film de Raphaëlle Bruyas. Il paraît que tu as enregistré l’album sans avoir vu une seule seconde du film et en ayant simplement lu le scénario, c’est quand même une expérience originale, ça s’est passé comment pour toi ?

Laëtitia Fournier : Cela avait d'abord été l’occasion de remettre les pieds à l’étrier puisque ça faisait un petit moment que j'avais une baisse de motivation et de créativité. Je connaissais Raphaëlle par un ami en commun et après m’avoir vu en concert, elle m'a proposé le projet sans avoir quelque chose de précis en tête. En fait, elle m’a passé le scénario avec une date tout en me laissant beaucoup de liberté, tout en ayant un petit cahier des charges m'indiquant quelques ambiances que je devais respecter. Je suis très contente de notre collaboration, j'ai pu y imprimer mes propres rythmiques et idées.

Donc le film raconte l’histoire d’une fille qui retrouve un petit pois sous son matelas et qui décide de le garder, pour ne plus jamais dormir. On la retrouve du coup à déambuler dans les rues de Saint-Étienne sur son lit, c’est un peu une version édulcorée de la princesse au petit pois, tu t’es identifiée à l’héroïne "Nour" ?

Laëtitia Fournier : Ouais, mon alter-ego, Raymonde s’est identifiée à elle. Je me suis retrouvée au travers de l’univers assez féminin avec ses revendications portées, avec sa balade dans les rues avec son lit et elle s’en fout. J’ai vraiment eu la sensation que les univers de Raphi et le mien se sont trouvés ici et qu'ils ont pu dialoguer.

Ton univers à toi, ce sont des pièces de musique courtes et instantanées, c’est dû à une volonté d’aller contre le format standardisé couplet / refrain / couplet ?

Laëtitia Fournier : Non. A la base, Raymonde Howard c’est pour moi un espace exutoire pas du tout réfléchi : je pars sur un riff de guitare et s’il doit durer 5 minutes, il dure 5 minutes. Même si la plupart du temps il fait 30 secondes. Je vais droit à l’essentiel, et finalement, j’ai toujours gardé ce code pour tous mes morceaux sans trop m’imposer de contrainte, y compris pour le dernier disque. Moi ça me va bien, c’est un choix artistique.

Dans ta façon de faire, on repère rapidement la présence des boucles sonores - y compris dans les parties chantées - ça donne un peu une impression "DIY", (Do it yourself / bricolé à la main), est-ce par volonté ?

Laëtitia Fournier : Bel accent ! (rires)

Merci, je l'ai beaucoup travaillé !

Laëtitia Fournier : Oui, ce fut d’abord par nécessité. Raymonde, moi toute seule, c’était toutes les idées que je ne pouvais pas caler dans mes groupes. A la base, j’ai commencé à m’enregistrer avec un 4-pistes, avec une première piste de guitare, une seconde et ainsi de suite. Je me suis retrouvée bien embêter le jour où l'on m’a proposé de faire un concert, incapable de faire seule sur scène ce que je faisais dans ma chambre. Je n’avais ni les musiciens, ni les instruments, jusqu’à ce je découvre la loop station et là, c’était la révolution !

C’est un peu ton instrument de base ?

Laëtitia Fournier : Voilà ! Enfin, parfois sur des compos un peu plus épurées, je m’en passe hein !

Et donc ce soir, tu as des musiciens, ils vont remplacer la loop ?

Laëtitia Fournier : Pas du tout, ils seront là et la loop aussi. En fait, on s’est arrangé autour de la pédale. Je parle bien de l’instrument.

Un truc qui a retenu notre intention, tu es très souvent comparée à PJ Harvey. J'ai l’impression que l’on a toujours droit à quelque chose du genre, quand une femme fait du rock, tu trouves la comparaison pertinente ?

Laëtitia Fournier : J’aime beaucoup PJ, j’écoutais beaucoup To Bring You My Love ado. Après, c’est vrai que c’est toujours un peu agaçant de retrouver les mêmes références et les mêmes comparaisons. On me compare souvent aussi avec Cat Power. Mais le phénomène ne touche pas que Raymonde Howard, c’est ciblé sur les rockeuses qui composent à la guitare et qui chantent avec des voix douces ou un peu rauques. C'est agaçant donc, mais il doit forcément y avoir des influences de ces artistes chez moi. Avec beaucoup d'autres !

Comme qui ?

Laëtitia Fournier : Il y a cette artiste argentine, Juana Molina qui fonctionne aussi beaucoup avec des boucles, ça m’a vraiment plus ! Niveau masculin, il y aurait Beck avec son album One Foot in the Grave pour la folk minimaliste, mais aussi Prince que j’aime beaucoup, on m’a aussi fait découvrir Bo Diddley pour le côté blues !

Tu ne cites que des artistes anglophones du coup ?

Laëtitia Fournier : J’aime bien le dernier Daho ! Après je n'ai pas une culture francophone très pointue. J'aime les classiques : Gainsbourg, Françoise Hardy… Mais en général, j’écoute des groupes qui chantent en anglais.

Pour en revenir à "l’esprit DIY", tu es aussi signée sur un label indépendant, encore une fois est-ce par volonté ou nécessité ?

Laëtitia Fournier : A la base, c’est le label We Are Unique qui a fait la démarche de venir à moi, ce qui est très chouette, et par la suite, c’est devenu très humain entre nous.

Le label We Are Unique, si je ne m’abuse n’a pas de but lucratif, ce n’est qu’une question de plaisir je crois ?

Laëtitia Fournier : Exactement. Ce sont devenus des amis, avec qui je m’entends très bien artistiquement. De plus, on s’est bien complété, moi j’avais mon réseau "DIY" et eux ils ciblaient un peu plus large, c’était tout naturel de continuer le travail avec eux. J’ai un autre label qui a sorti Le Lit en vinyle. Encore un label "DIY". C’est Specific, basé à Metz, ce sont des passionnés qui ne font ça que par amour de la musique, c’est une très belle rencontre aussi. Et ils font le combat de sortir des disques en sachant qu’ils risquent de produire à pertes.

Avec quelques grands journaux qui n’ont pas tari d’éloge à ton propos (je crois que c’était Libé), as-tu eu d’autres propositions intéressantes ?

Laëtitia Fournier : Des portes se sont ouvertes, mais ne m’ont pas trop intéressée.

Raymonde Howard du coup, c’est vraiment ton projet personnel. Avec sa genèse qui raconte que tu es partie écrire en Angleterre, tu penses un jour revenir dans un groupe ?

Laëtitia Fournier : Ça fait un an et demi que je ne travaille plus qu’en tant que Raymonde Howard, même si elle a au début coexister, un temps, avec mes anciens groupes. Aujourd’hui, c’est plus une question de temps, il faudrait juste que je me l’octroie, la porte reste ouverte en tout cas.

Tu t’imagines chanter en français ?

Laëtitia Fournier : Je n’ai jamais chanté en français. Et puis je suis prof d’anglais à la base, donc la langue m’est plus accessible et j’aime comme elle sonne. En français, il y a aussi la difficulté d’être confrontée et de confronter son message au public qui analysera forcément ton propos, mais pour l'instant je ne m'en sens pas capable.

Retrouvez Raymonde Howard
en concert
aux Trois Baudets en cliquant ici !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album For all the bruises black eyes and peas de Raymonde Howard
La chronique de l'album Le Lit de Raymonde Howard
La chronique de l'album S.W.E.A.T. de Raymonde Howard
Raymonde Howard en concert au Fil (22 novembre 2008)
Raymonde Howard en concert au Fil (6 juin 2009)
Raymonde Howard en concert au Fil (mercredi 6 octobre 2010)
L'interview de Raymonde Howard (16 avril 2010)

En savoir plus :
Le site officiel de Raymonde Howard
Le Bandcamp de Raymonde Howard
Le Myspace de Raymonde Howard
Le Facebook de Raymonde Howard

Crédits photos : Cédric Duchamp (Toute la série sur Taste of Indie)


Stéphane El Menshawi         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Yannick Jaulin - Causer d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Yannick Jaulin - Ma langue maternelle va mourir et j'ai du mal à pas parler d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres
- 6 octobre 2019 : Coup de froid
- 29 septembre 2019 : Une édition sans chichis
- 22 septembre 2019 : Fin d'été
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=