Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Raymonde Howard
Interview  (Les Trois Baudets, Paris)  lundi 3 mars 2014

Avec un nom qui lance un pont par-dessus la Manche, Raymonde Howard fonce à une allure hallucinante qui n’a rien à envier à un TGV. Venue de la prolifique cité de Saint-Etienne (hé oui !), l’artiste balance des riffs démentiels et une énergie vocale qu’elle arrive à contenir sur des formats courts, voire ultra-courts. Dernièrement de retour avec un album concentré sur près de 30 minutes, la jeune femme signe un opus véloce et léché et qui s’offre comme la bande originale du film éponyme de la réalisatrice Raphaëlle Bruyas. En mars dernier, elle était à Paris pour une date aux Trois Baudets, toute de fleurs vêtue, l’artiste a bien voulu répondre à nos questions.

Tu es de retour avec ton dernier album Le Lit qui est donc la bande son du film de Raphaëlle Bruyas. Il paraît que tu as enregistré l’album sans avoir vu une seule seconde du film et en ayant simplement lu le scénario, c’est quand même une expérience originale, ça s’est passé comment pour toi ?

Laëtitia Fournier : Cela avait d'abord été l’occasion de remettre les pieds à l’étrier puisque ça faisait un petit moment que j'avais une baisse de motivation et de créativité. Je connaissais Raphaëlle par un ami en commun et après m’avoir vu en concert, elle m'a proposé le projet sans avoir quelque chose de précis en tête. En fait, elle m’a passé le scénario avec une date tout en me laissant beaucoup de liberté, tout en ayant un petit cahier des charges m'indiquant quelques ambiances que je devais respecter. Je suis très contente de notre collaboration, j'ai pu y imprimer mes propres rythmiques et idées.

Donc le film raconte l’histoire d’une fille qui retrouve un petit pois sous son matelas et qui décide de le garder, pour ne plus jamais dormir. On la retrouve du coup à déambuler dans les rues de Saint-Étienne sur son lit, c’est un peu une version édulcorée de la princesse au petit pois, tu t’es identifiée à l’héroïne "Nour" ?

Laëtitia Fournier : Ouais, mon alter-ego, Raymonde s’est identifiée à elle. Je me suis retrouvée au travers de l’univers assez féminin avec ses revendications portées, avec sa balade dans les rues avec son lit et elle s’en fout. J’ai vraiment eu la sensation que les univers de Raphi et le mien se sont trouvés ici et qu'ils ont pu dialoguer.

Ton univers à toi, ce sont des pièces de musique courtes et instantanées, c’est dû à une volonté d’aller contre le format standardisé couplet / refrain / couplet ?

Laëtitia Fournier : Non. A la base, Raymonde Howard c’est pour moi un espace exutoire pas du tout réfléchi : je pars sur un riff de guitare et s’il doit durer 5 minutes, il dure 5 minutes. Même si la plupart du temps il fait 30 secondes. Je vais droit à l’essentiel, et finalement, j’ai toujours gardé ce code pour tous mes morceaux sans trop m’imposer de contrainte, y compris pour le dernier disque. Moi ça me va bien, c’est un choix artistique.

Dans ta façon de faire, on repère rapidement la présence des boucles sonores - y compris dans les parties chantées - ça donne un peu une impression "DIY", (Do it yourself / bricolé à la main), est-ce par volonté ?

Laëtitia Fournier : Bel accent ! (rires)

Merci, je l'ai beaucoup travaillé !

Laëtitia Fournier : Oui, ce fut d’abord par nécessité. Raymonde, moi toute seule, c’était toutes les idées que je ne pouvais pas caler dans mes groupes. A la base, j’ai commencé à m’enregistrer avec un 4-pistes, avec une première piste de guitare, une seconde et ainsi de suite. Je me suis retrouvée bien embêter le jour où l'on m’a proposé de faire un concert, incapable de faire seule sur scène ce que je faisais dans ma chambre. Je n’avais ni les musiciens, ni les instruments, jusqu’à ce je découvre la loop station et là, c’était la révolution !

C’est un peu ton instrument de base ?

Laëtitia Fournier : Voilà ! Enfin, parfois sur des compos un peu plus épurées, je m’en passe hein !

Et donc ce soir, tu as des musiciens, ils vont remplacer la loop ?

Laëtitia Fournier : Pas du tout, ils seront là et la loop aussi. En fait, on s’est arrangé autour de la pédale. Je parle bien de l’instrument.

Un truc qui a retenu notre intention, tu es très souvent comparée à PJ Harvey. J'ai l’impression que l’on a toujours droit à quelque chose du genre, quand une femme fait du rock, tu trouves la comparaison pertinente ?

Laëtitia Fournier : J’aime beaucoup PJ, j’écoutais beaucoup To Bring You My Love ado. Après, c’est vrai que c’est toujours un peu agaçant de retrouver les mêmes références et les mêmes comparaisons. On me compare souvent aussi avec Cat Power. Mais le phénomène ne touche pas que Raymonde Howard, c’est ciblé sur les rockeuses qui composent à la guitare et qui chantent avec des voix douces ou un peu rauques. C'est agaçant donc, mais il doit forcément y avoir des influences de ces artistes chez moi. Avec beaucoup d'autres !

Comme qui ?

Laëtitia Fournier : Il y a cette artiste argentine, Juana Molina qui fonctionne aussi beaucoup avec des boucles, ça m’a vraiment plus ! Niveau masculin, il y aurait Beck avec son album One Foot in the Grave pour la folk minimaliste, mais aussi Prince que j’aime beaucoup, on m’a aussi fait découvrir Bo Diddley pour le côté blues !

Tu ne cites que des artistes anglophones du coup ?

Laëtitia Fournier : J’aime bien le dernier Daho ! Après je n'ai pas une culture francophone très pointue. J'aime les classiques : Gainsbourg, Françoise Hardy… Mais en général, j’écoute des groupes qui chantent en anglais.

Pour en revenir à "l’esprit DIY", tu es aussi signée sur un label indépendant, encore une fois est-ce par volonté ou nécessité ?

Laëtitia Fournier : A la base, c’est le label We Are Unique qui a fait la démarche de venir à moi, ce qui est très chouette, et par la suite, c’est devenu très humain entre nous.

Le label We Are Unique, si je ne m’abuse n’a pas de but lucratif, ce n’est qu’une question de plaisir je crois ?

Laëtitia Fournier : Exactement. Ce sont devenus des amis, avec qui je m’entends très bien artistiquement. De plus, on s’est bien complété, moi j’avais mon réseau "DIY" et eux ils ciblaient un peu plus large, c’était tout naturel de continuer le travail avec eux. J’ai un autre label qui a sorti Le Lit en vinyle. Encore un label "DIY". C’est Specific, basé à Metz, ce sont des passionnés qui ne font ça que par amour de la musique, c’est une très belle rencontre aussi. Et ils font le combat de sortir des disques en sachant qu’ils risquent de produire à pertes.

Avec quelques grands journaux qui n’ont pas tari d’éloge à ton propos (je crois que c’était Libé), as-tu eu d’autres propositions intéressantes ?

Laëtitia Fournier : Des portes se sont ouvertes, mais ne m’ont pas trop intéressée.

Raymonde Howard du coup, c’est vraiment ton projet personnel. Avec sa genèse qui raconte que tu es partie écrire en Angleterre, tu penses un jour revenir dans un groupe ?

Laëtitia Fournier : Ça fait un an et demi que je ne travaille plus qu’en tant que Raymonde Howard, même si elle a au début coexister, un temps, avec mes anciens groupes. Aujourd’hui, c’est plus une question de temps, il faudrait juste que je me l’octroie, la porte reste ouverte en tout cas.

Tu t’imagines chanter en français ?

Laëtitia Fournier : Je n’ai jamais chanté en français. Et puis je suis prof d’anglais à la base, donc la langue m’est plus accessible et j’aime comme elle sonne. En français, il y a aussi la difficulté d’être confrontée et de confronter son message au public qui analysera forcément ton propos, mais pour l'instant je ne m'en sens pas capable.

Retrouvez Raymonde Howard
en concert
aux Trois Baudets en cliquant ici !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album For all the bruises black eyes and peas de Raymonde Howard
La chronique de l'album Le Lit de Raymonde Howard
La chronique de l'album S.W.E.A.T. de Raymonde Howard
Raymonde Howard en concert au Fil (22 novembre 2008)
Raymonde Howard en concert au Fil (6 juin 2009)
Raymonde Howard en concert au Fil (mercredi 6 octobre 2010)
L'interview de Raymonde Howard (16 avril 2010)

En savoir plus :
Le site officiel de Raymonde Howard
Le Bandcamp de Raymonde Howard
Le Myspace de Raymonde Howard
Le Facebook de Raymonde Howard

Crédits photos : Cédric Duchamp (Toute la série sur Taste of Indie)


Stéphane El Menshawi         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Raymonde Howard (9 août 2014)
Raymonde Howard (5 janvier 2011)


# 24 mai 2020 : Culture pour tous !

Toujours pas de festival, de théâtre, de concert, et autres ouvertures de lieux de réjouissances diverses sinon quelques passe droits pour les amis de Manu. En espérant que tout rentre dans l'ordre et que l'on retrouve le plaisir du spectacle vivant bientôt. Soyez prudents, sortez couverts et restez curieux !

Du côté de la musique :

Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac
et toujours :
"Chante-nuit" de Facteurs Chevaux
"9 songs" de Pierre
"Sex education" de Ezra Furman
"Cage meet Satie" de Anne de Fornel et Jay Gottlieb
Interview de Batist & the 73' réalisé à l'occasion de son live Twitch dont des extraits accompagnent cette entretien
"Hundred fifty roses" de Dune & Crayon
"F.A. Cult" de Hermetic Delight
"Love is everywhere" de Laurent Bardainne & Tigre d'Eau Douce
"Hum-Ma" de Les Enfants d'Icare
"Spirals" de Sébastien Forrestier

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Frida jambe de bois" de Pascal Rinaldi en vidéo
le diptyque Arne Lygre mis en scène par Stéphane Braunschweig :
"Je disparais" en vidéo
"Rien de moi" en vidéo
des comédies :
"Alors on s'aime"
"L'Appel de Londres"
"Hier est un autre jour"
du divertissement :
"On ne choisit pas sa famille"
"Double mixte"
du vaudeville avec "Le Système Ribadier"
du côté des humoristes :
"François Rollin - Colères"
"La Teuf des Chevaliers du fiel"
"Franck Duboscq - Il était une fois"
Au Théâtre ce soir :
"Le canard à l'orange"
"Le prête-nom"
"Deux hommes dans une valise"
des classiques par la Comédie française :
"Le Petit-Maître corrigé" de Marivaux
"Cyrano de Bergerac" d"Edmond Rostand
et aller à l'opéra pour :
"Fortunio" d'André Messager
"Falstaff" de Verdi

Expositions avec :

les visites commentées par les commissaires d'expositions qui se sont tenues au Musée Jacquemart-André :
"Hammershøi, le maître de la peinture danoise" en vidéo
et "La collection Alana - Chefs-d'oeuvre de la peinture italienne"
partir en province pour découvrir en images le Musée d'Art Moderne et Contemporain de Strasbourg
et le Musée des Beaux-Arts de Nancy
puis en Europe en Espagne le Musée national Thyssen-Bornemisza à Madrid
en Allemagne au Städel Museum à Francfort
ailleurs au Brésil à la Pinacothèque de Sao Paulo
et au Japon au Ohara Museum of Art à Kurashiki
avant de revenir dans l'Hexagone pour une déambulation virtuelle dans le Petit Palais

Cinéma at home avec :

du drame : "Aime ton père" de Jacob Berger
de l'espionnage : "Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
du thriller : "The Unseen" de Geoff Redknap
du thriller fantastique avec "La Neuvième Porte" de Roman Polanski
du divertissement :
"Cassos" de Philippe Carrèse
"Promotion canapé" de Didier Kaminka
"Les Frères Pétard" de Hervé Palud
de glorieux péplums italiens avec Steve Reeves :
"Les Travaux d'Hercule' de Pietro Francisci en VO
"La Bataille de Marathon" de Jacques Tourneur, Mario Bava et Bruno Vailati en VF
du western :
"L'Homme aux colts d'or" d'Edward Dmytryk
"Chino" de John Sturges
au Ciné Club, du cinéma français des années 30 :
"Mister Flow" de Robert Siodmak
"La Banque Némo" de Marguerite Viel
"Les amours de minuit" d'Augusto Genina et Marc Allégret
"Ces messieurs de la santé" de Pierre Colombier
et des films récents en DVD :
"Deux" de Filippo Meneghetti
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"La Dernière vie de Simon" de Léo Karmann

Lecture avec :

"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan
et toujours :
"Là où chantent les écrevisses" de Delia Owens
"Les lumières de Tel Aviv" de Alexandra Schwartzbrod
"Faites moi plaisir" de Mary Gaitskill
"La chaîne" de Adrian McKinty
"Incident au fond de la galaxie" de Etgar Keret

Froggeek's Delight :

Des lives jeux vidéo (mais aussi des concerts) tout au long de la semaine sur la chaine Twitch. Rejoignez la chaine et cliquez sur SUIVRE pour ne rien rater de nos diffusions.

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=