Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Boom Bip
Interview  (Paris)  février 2005

Ça s’est passé chez pias record. Je devais interviewer Boom Bip, un artiste anglais qui fait de l’electro acoustique à ce qu’ils disent. J’arrive. Trop tôt. J’attends. L’angoisse monte. Dans la panique, j’oublie de brancher le micro de mon mini disc. Voilà comment tout à commencé.

Il a fallu que je m’en rende compte dans le métro. Boom Bip c’est un gars sympa. Il n’a pas rit quand j’ai ouvert la bouche. Pourtant y’avait de quoi. Il a parlé du fait que le beau et le triste sont deux choses similaires. Mais le triste ne le concerne pas. C’est pas ce qu’il a voulu dire dans cet album. Ce qu’il voulait exprimer, lui, c’était ce qu’il a ressenti en enregistrant en Californie. L’excitation, la solitude et se sentir constamment perdu. Perdu. Ça c’est un mot qui décrit sa musique. Quand je l’ai écouté, j’avais l’impression d’être coincé dans un de ces jeux vidéo dont j’ai été délivré par le dernier morceau, le seul où une voix accompagne la musique.

Il sourit. Il ne voyait pas les choses comme ça. Mais pourquoi pas ? Voir ce que les autres ressentent en écoutant sa musique le fascine. Il ne chante pas. Les sons ont une intrepretation plus vastes. Et ils expriment mieux ce qu’il ressent. Sa musique en devient moins accessible et c’est bien mieux. Le tri se fait automatiquement. Ceux qui ne comprennent pas n’écoutent pas.

Boom Bip porte des converses. Noires et basses. Il est bavard. Je respire. C’était pas avec mes quatre questions que j’allais m’en sortir. J’improvise. On parle écriture. Composition plutôt. Lui n’écrit rien. Il prend sa guitare et laisse l’inspiration monter. C’est elle qui l’appelle. Pas lui. Il ne force rien. Il attend. Il attend en pensant. Toute la journée il pense. Il culpabilise, mais au fond il ne fait rien pour changer.

Il écoute de la musique aussi. Beaucoup de musique. Il me fourre son i pod dans les mains et j’esquisse un sourire à la vue du nom de Brigitte Bardot. Je m’arrête sur Deerhoof. Putain de bon groupe qu’il me dit. Il aimerait collaborer avec eux. Mais c’est pas fait.

Pour l’instant y’a le live en préparation. Chaque musicien avec qui il travaille veut apporter sa touche de créativité à ses morceaux, mais Boom Bip s’en fout. Cela donne une nouvelle dimension à l’album. Rien ne semble le perturber. Si quelqu’un s’approprie sa musique tant mieux. Ça veut dire qu’elle est bien et que qu’on l’admire.

Boom Bip aime le hip hop. Il s’en inspire. Sa musique s’en ressent. Il est content. Il a le sentiment d’être compris. On continue à parler. J’apprends qu’il a chien. Il le promène en écoutant de la musique. Il en écoute tout le temps, comme je l’ai déjà dit, pour s’inspirer. Pour voir ce que font les autres .

Pour le premier album, il avait fait le silence radio. Pas pour celui-ci. Il n’a pas peur de perdre sa touche. Il aime la musique et c’est tout. Son seul problème c’est qu’il pense trop. Et là on tourne en rond. Le temps passe vite.

J’arrive à court de questions. Je pense à ce que m’a dit Froggy. Si tu devais décrire ta musique en trois mots, tu dirais quoi ? Silence. "I don’t know" qu’il me répond en comptant sur ses doigts. Ça fait trois. Pas mal.

Un bon gars ce Boom Bip. Je vous le dis.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Blue eyed in the red room de Boom Bip
Boom Bip en concert au Festival La Route du Rock 2005 (Dimanche)
Boom Bip en concert au Festival La Route du Rock 2005 (dimanche)


Julie G         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 16 février 2020 : Pour les amoureux de culture

La Saint Valentin est passée. Nous espérons que vous avez pioché des idées de cadeaux culturels dans notre sélection de la semaine dernière. Ceci dit il n'y a jamais assez d'occasions de faire plaisir, alors voici une nouvelle sélection qui saura vous séduire. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne
et toujours :
"I become a beast" de Caesaria
"Hopetown" de Claudial Solal et Benoit Delbecq
"L'îlot" de Cyril Adda, à retrouver aussi en session
"Granados Goyescas" de Jean Philippe Colard
"On both sides of the atlantic" de Jon Bouteiller
"Lovers" de Kid Francescoli
"Ooh Hah" le mix numéro 10 de Listen in Bed
"Show no mercy" de Loki Lonestar
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Simido" de Moonlight Benjamin

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"La Collection" au Théâtre L'Etoile du Nord
"Correspondance avec la mouette" au Théâtre Les Déchargeurs
"Ni couronne ni plaque" au Théâtre de Belleville
"Dans les forêts de Sibérie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Hedda" au Théâtre de Belleville
"Roi du silence" au Théâtre Les Déchargeurs
"Aime-moi" au Théâtre de Belleville
"Mon Olympe" au Théâtre de Belleville
"Ciel, mon Paris !" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Les Faucheuses" à la Comédie Nation
"Le petit résistant illustré" au Théâtre Essaion
des reprises :
"Huis Clos" au Théâtre Dejazet
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"What is love" à la Divine Comédie
"Ah ! Félix (n'est pas le bon titre)" au Trois Baudets
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Picasso - Tableaux magiques" au Musée national Picasso
"Luca Giordano - Le triomphe de la peinture napolitaine" au Petit Palais
"Le Rêveur de la forêt" au Musée Zadline
"Du Douanier Rousseau à Séraphine - Les grands maîtres naïfs" au Musée Maillol
"Le Marché de Art sous l'Occupation 1940-1944" au Mémorial de la Shoah

Cinéma avec :

"Sortilège" de Ala Eddine Slim
Oldies but Goodies avec "Les Vertes Années" de Paulo Rocha
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox
et toujours :
"Alt life" de Joseph Falzon & Thomas Cadène
"Ce qui est nommé reste en vie" de Claire Fercak
"Dévorer les ténèbres" de Richard Lloyd Parry
"Il est juste que les forts soient frappés" de Thibault Bérard
"L'homme qui n'est jamais mort" de Olivier Margot
"La chute" de Jacques Ravenne
"Le livre de Sarah" de Scoot McClanahan

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 16 février 2020 : Pour les amoureux de culture
- 9 février 2020 : On se calme et on se cultive
- 2 février 2020 : Place aux crèpes
- 26 janvier 2020 : Les rois des galettes
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=