Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The Vandals - Underminded - The God Awfuls
La Boule Noire  (Paris)  27 janvier 2005

Kung Fu Records ça vous dit quelque chose? Non pas savatte-manchette double kick-kick-nesquick dans ta face, c'est l'un des plus gros labels de punk-rock US (c'est ce qu'on appelle une entrée en matière francassante...soignez vos accroches qu'ils nous répêtaient à l'école...là, on peut dire que c'est soigné), et en ce jeudi 27 janvier ils nous envoient trois groupes de chez eux histoire de dégourdir nos menbres frigorifiés.

Soirée spéciale Kung Fu ou pas, la présence des Vandals à l'affiche a suffi à rameuter une bonne partie des keupons de la capitale boulevard Rochechouart.

19h30, c'est le jeune groupe Underminded qui ouvre la soirée devant une trentaine de curieux. L'acceuil se fera mitigé et plutôt froid, il faut dire que ces 4 garçons aux alllures de teenagers U.S (en même temps c'est ce qu'ils sont) pratiquent un punk-hardcore à la frontière de l'emo un peu trop ancré hardcore pour le parterre de punks rockers présents (ce qui moi ne m'a pas dérangé).

Pendant 30 min, ils déversent leur musique à classer entre Shaï Hulud (avec une voix moins vénère) et Thrice. Un rythme déstructuré, lourd, mené par une voix geularde (mais pas trop), avec des passages double-pédales bien senties (le batteur se débrouillait pourtant bien) et quelques plans carrément punks. Rien de bien original, mais une musique bien foutue, bien éxécutée qui donne envie de sauter partout.

Ensuite, c'est le punk rock'n'roll de The Gods Awfuls qui débarque. Un punk qui doit beaucoup à des groupes comme Rancid ou les Dropkick Murphys, avec une voix éraillé, des choeurs très stylé californiens et une réelle énergie sur scène qui fait plaisir à voir. Perso, j'ai trouvé que tout ça se ressemblait beaucoup dans l'ensemble et j'ai assez vite décroché. Mention spéciale aux deux derniers titres où le chanteur guitariste délaisse sa gratte pour se poser un vrai frontman, ce qui donnera un peu plus de relief au show.

21h35, les légendaires californiens des Vandals arrivent, sans Josh Freeze évidemment (l'un des meilleurs batteurs au monde qui officie dans près de 12 groupes et qui est le batteur studio des Vandals et qui les accompagne en tournée seulement qu'aux U.S.A, peut-être la seule personne du monde de la musique à être plus busy que Mike Patton). A partir de ce moment là je ne sais plus vraiment quoi penser de ce concert.

Un show totalement contradictoire se déroule devant moi.

D'un côté, le chanteur nous prévient qu'il a des petits problèmes de voix et qu'il ne faudra pas lui en vouloir, il ne semble pas heureux outre mesure d'être sur scène et il mettra un terme au concert au bout d'une heure seulement (ah ces amerloques).

Et de l'autre, le guitariste (chanteur sur quelques morceaux) pêta totalement les plombs et devint imprévisible (ce qui agacera son collègue décidemment peu enclin à rigoler ce soir). Quand il passe au chant sur le tubesque "Don't stop me now" (tiré d'Hollywood potato chips leur dernier album en date) et le non moins énorme "I have a date", il fait taire le reste du groupe sur le break pour emmener le public dans un interminable sing along avec lui (il chante, on reprend etc...). Il s'empare d'une toute petite guitare se la met dans le pantalon et l'agite bizarement, il renverse des bouteilles d'eau sur les toms du batteur (celui d'Alkaline Trio, en remplacemant de Josh Freeze donc), et finira le concert à poil. Une attitude assez hilarante et incontrôlable (il faudra que la chanteur lui signifie qu'il aimerait bien continuer à jouer sinon je pense qu'on n'y serait encore à l'heure qu'il est).

Bref, un concert bizarre, imprévisible, mais sacrément trop court

A 35-40 ans, on peut comprendre qu'un groupe comme les Vandals n'est plus la même excitation de jouer qu'il y a 15 ans, mais quand même ce n'est pas tous les jours qu'ils viennent jouer à Paris !

Allez les gars, sans rancunes et à une prochaine fois.

 

Romain         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 21 juillet 2024 : La culture en forme Olympique

Avignon se termine et on fait le plein de spectacles formidables que nous avons découverts au festival OFF. Un peu de musique, des festivals, de quoi passer un bon été, sportif ou non ! Et pensez aussi à nous suivre sur nos réseaux sociaux.

Du côté de la musique :

Festival des Vieilles Charrues #32 et toutes les photos sur Taste Of Indie
retour sur le Hellfest #17 avec Green Lung, Houle, Satyricon et beaucoup d'autres
Festival Chauffer dans la Noirceur #32 :
le vendredi avec Mike Love, Gogol Bordello, Psychotic Monks et d'autres
le samedi avec TTrruuces, Faada Freddy, Slift et quelques autres
"In the sky wirh" Gérard Loussine
"Summer sampler #11" de Howlin' Banana Bands
"Mesdames" de Mesdames
2 petites découvertes : Alfs et Harun
et toujours :
"Postindustrial Hometown Blues" de Big Special
"That golden time" de Villagers
"La maladresse" de Leila Huissoud
quelques découvertes avec The Silver Lines, Inwoods, Djinn, Coeur Joie, Pop Crimes et ODA
et toujours :
"Les chants de l'aurore" de Alcest
on termine la saison du Morceau Caché par "Émission 33 - Alt-J, The Dream, analyse par Alt-J"

Au théâtre :

Spéciale Avignon :
"La cabane de l'architecte" au Théâtre du Collège de La Salle
"Hamlet take away" au Théâtre de l'Atelier Florentin
"Toutes les choses géniales" au Théâtre La Condition des Soies
"Agathe Royale" au Théâtre des Gémeaux
"Comme on brûle encore" au Théâtre du Cabestan
"Entrée des artistes" au Théâtre des Halles
"J'aimerais arrêtée" au Théâtre Luna / Quartier Luna
"Les enfants du diable" au Théâtre L'Oriflamme
"Momentos" au Théâtre Girasole
"Venise, récit chanté d'un corp" au Théâtre le 11
"L'arbre de Mia" au Grenier à Sel
"Au creux de mon silence" au Théâtre 3S
"Des chèvres en Corrèze" au Théâtre Episcène
"Inavouable" de Théâtre La Manufacture
"Vive" au Théâtre du Train Bleu
"Brisby (blasphème !)" au Théâtre du Train Bleu
"L'art de ne pas dire" au Théâtre La Factory, salle Tomasi
"Constellation Bobin Leprest" au Théâtre Le Verbe Fou
"Femme non rééducable" au Théâtre du Balcon
"Métanoïa, le présage du papillon" au Théâtre La Factory, Chappelle des Antonins
"Normal" à La Scala Provence
"Le poids des fourmis" au Théâtre La Manufacture
"Les enchanteurs" au Théâtre des Gémeaux
"Cyborg Experiments #1" au Théâtre La Factory
"Cet amour qui manque à tout amour" au Théâtre Chapau Rouge
"Rêveries" au Présence Pasteur, salle Jacques Fornier
"160 000 enfants" au Théâtre des Lilas
"Anne Chrsitine et Philippe" au Tiers lieu La Respelid'/Carmel
"Blanc de blanc" au Théâtre Transversal
"Classement sans suite" au Théâtre La Luna
et également toutes les chroniques par théâtre :
Le récapitulatif des tous les spectacles d'Avignon chroniqués chez Froggy

Cinéma avec :
"Gondola" de Veit Helmer
"Aventurera" de Alberto Gout
"Karmapolice" de Julien Paolini
un DVD avec "Berlin boys" de David Wnendt
"Saravah" de Pierre Barouh
"La récréation de juillet" de Pablo Cotten et Joseph Rozé
"El profesor" de Marie Alché & Benjamin Naishtat
"Six pieds sur terre" de Hakim Bensalah
"Nouveau monde" de Vincent Capello
et toujours :
"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine
"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein

Expos avec "Résistance" de l'artiste Ukrainien Pinhas Fishel, Pavillon Davioud

Lecture avec :

Nos polars de l'été :
"7m2" de Jussi Adler Olsen
"La meute" de Olivier Bal
"Les effacées" de Bernard Minier
"Norferville" de Franck Thilliez
et toujours :
"Délivrées" de Delilah S. Dawson
"Un autre eden" de James Lee Burke
"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=