Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Les Francos Gourmandes #3 (édition 2014) - samedi 14 juin
Lou di Franco - ATOM - Pigalle - Ben l'Oncle Soul - Louis Bertignac - Christophe Maé  (Tournus, Saône-et-Loire)  13 et 14 juin 2014

On débarque sur le site alors que Lou di Franco entame son dernier morceau - "Chienne de vie" : le groupe dijonnais s'exporte de plus en plus hors des frontières régionales, grâce à la voix particulière de sa chanteuse dont le cœur vibre de la chaleur sarde. Le public est aussi massé qu'enthousiaste. On aurait aimé en voir plus, et on s'excuse auprès d'eux de notre retard...

Une heure et demi plus tard, un OMNI – Objet Musical Non Identifié – se présente sur scène : ATOM, groupe bordelais, qui déploie un rock puissant et profond, est donc la "surprise du chef" de ce festival. Une voix d'outre-tombe emmène des mélodies lourdes et bien pensées, et les influences du groupe – Editors, Interpol – ne sont pas sans nous déplaire. Le batteur prend la parole entre les morceaux, et se révèle doux et charismatique. Le style tranche avec tout ce qui avait été programmé sur ce festival, avec de longs intermèdes instrumentaux qui prennent aux tripes. Une réussite donc pour ces petits qui ont gagné les Talents du Live... Quatre jours auparavant !

Pigalle prend la relève, et Hadji-Lazaro, à la maestria bourrue, à l'air aussi bougon que facétieux, nous embarque dans ses petits effets de réel chantés à coup de riffs bien bien rock. L'ambiance guinguette festive, les talents de conteur d'un leader qui éclipse clairement toute sa troupe, emballe une foule énorme et chapeautée. On finit avec "Dans la salle du bar tabac de la rue des Martyrs", évidemment.

Et puis... Et puis c'est le début de la fin. On y croyait pourtant, dur comme fer. Le set de Ben l'Oncle Soul fait retomber tranquillement l'ambiance que Pigalle avait pourtant rodée et le public ne s'en remettra pas. "Soulman" est le troisième morceau, et la prestation est bizarrement très très tiède. Ebloui, fatigué, manquant de peps, Ben et sa voix d'or – on ne peut pas lui retirer ça, quand même ! - ne rattrape pas un scénique beaucoup trop mou – en comparaison, certes, des folies de la veille. Les bras sont en l'air, Ben entonne une reprise de "Everything's Gonna be Alright" et rend hommage à Martin Luther King... Mais c'est une déception pour nous. Qu'importe : on se dit, ça arrive, rien de grave, on les reverra avec plaisir, et on croise les doigts pour que Bertignac, au concert des Rolling Stones la veille, ait malgré tout bien dormi cette nuit.

Mais... En quelques secondes, après une discussion plutôt cocasse avec un de ses musiciens qui place le set sous d'excellents auspices, le drame technique arrive : pas de retour pour le groupe, un son médiocre (et c'est un euphémisme), un agacement léger dans les propos de Bertignac à l'ingé son qui du coup a dû raser les murs ce matin... Bref, un drame. "Bon ben puisque c'est comme ça je vais faire des reprises !" La setlist est modifiée, ça commence donc par "Cendrillon", ça joue les Stones ("Je vais faire mon Mick Jagger, mais sans la voix !") avec "Start me Up", le son se balance de gauche à droite comme une péniche à la dérive sur la Saône, mais ça fait plaisir aux quinquagénaires malgré tout, qui sautillent smartphone en l'air pour enregistrer tout ça. D'immenses blancs entre les morceaux introduisent un faux-rythme mortel, et le problème ne se résoudra pas. Ca se termine par du Téléphone – Bertignac choisit carrément l'instrumental, laissant le public chanter tout seul "Un autre monde", et puis, d'un seul coup, tous les chefs étoilés débarquent sur la scène et... On regarde tout ce petit monde s'embrasser, sautiller, selfiser, sans vraiment savoir ce qu'on fait là. "Ces idées là", et c'est la fin – tant espérée, avouons-le.

Pour la forme, parce qu'on est curieux et bien intentionné, on restera pour les trois premiers morceaux de Christophe Maé, la tête d'affiche du jour tant attendue par les petites groupies déjà serrées comme des sardines devant la grande scène. Figurez-vous que, sans adhérer à l'aspect commercial de la chose, on est quand même agréablement surprise. Des musiciens et des choristes de choix, un début de show bien rôdé et enthousiaste, Maé est bon harmoniciste et content d'être là. Ca rattrape quand même (un peu) cette fin de journée...

A 17h30 samedi après-midi, les Francos Gourmandes avaient fait 18000 entrées. Un succès souligné maintes fois, entre deux chapelets de remerciement lors de la conférence de presse. Une des nouveautés de cette édition semble avoir fait mouche : remplacer une des deux scènes musicales présentes l'an dernier par une scène gastronomique, présentant entre les sets des groupes des sortes de "battle" culinaires, entre plusieurs chefs, avec ingrédients imposés. L'enjeu ? Que la cuisine se mette en scène, s'extériorise, et flatte les narines des spectateurs amusés (surtout lorsque M. Wampas vendredi s'est improvisé chef en fourrant des framboises pendant 35 minutes). Une sorte de télé-réalité sous notre nez, qui m'a semblé quand même être un joyeux bordel, que Rabelais n'aurait sans doute pas renié, mais qu'il faudra peaufiner l'an prochain malgré tout.

Cette troisième édition des Francos Gourmandes a donc été sous un signe tout à fait favorable, et l'ambiance bon enfant réussira sans doute à fidéliser bon nombre de festivaliers. La proposition, en terme de musique et de gastronomie, s'est affinée, en dépit de petits impedimentum impossibles à enrayer... On aimerait l'an prochain plus d'audace dans la programmation, mais toujours autant de soleil. Utopique ?

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Lou di Franco en concert au Festival Les Nuits Peplum d'Alesia #11 (édition 2011) - dimanche
Lou di Franco en concert au Festival L'Estival (édition 2015) - Les Vitrines - samedi 3 octobre
Lou di Franco en concert au Studio des Variétés (mercredi 7 octobre 2015)
La chronique de l'album Atom From Heart de Christine
ATOM en concert au Festival de Dour 2004 (samedi)
ATOM en concert au Festival International de Benicàssim #17 (vendredi 15 juillet 2011)
Pigalle en concert au Festival des terre-Neuvas Bobital 2008 - Dimanche
La chronique de l'album eponyme de Ben l'Oncle Soul
Ben l'Oncle Soul en concert au Plan (vendredi 10 décembre 2010)
La chronique de l'album Live power trio de Louis Bertignac
Louis Bertignac en concert au Festival des Vieilles Charrues 2005 (samedi)

En savoir plus :
Le site officiel du Festival Les Francos Gourmandes
Le Facebook du Festival Les Francos Gourmandes

Crédit photos : Sophie Hébert


Sophie Hébert         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 28 juin 2020 : Nouvelle Vague ?

Le premier tour des élections municipales fut le signe du début du confinement. Espérons que ce second tour ne sera pas l'appel à un second confinement. Quoi qu'il en soit : Soyez prudents, soyez heureux et cultivez vous ! c'est parti pour le sommaire en commençant par le replay de la Mare Aux Grenouilles #4 (eh oui déjà !)

Du côté de la musique :

"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa
et toujours :
"As found" de Fugu
"Désordres" de Austyn
"Anda Lutz" de Cie Guillaume Lopez
"A l'instinct A l'instant" de Daniel Jea
"Cérébro dancing" de Epilexique
"Cobra" de François Club
"Coquette" de Hailey Tuck
"Springtime with no harm" épisode 18 des mixes de Listen In Bed
"Fanfare XP, volume 2" de Magic Malik
"Avec son frère" de Volo
"Safeplace" de Yadam

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Démons" par Lorraine de Sagazan
"Misery" de William Goldman
"L'obéissance de la femme du berger "de Sergio Martínez Vila
"Migraaaants" de Matéi Visniec
"Le Remplaçant" d'Agnès Desarthe
"Portrait d'Amakoé de Souza - Salade Tomate Oignon" de et par Jean-Christophe Folly

"La Chose Commune" de David Lescot et Emmanuel Bex
de la comédie de boulevard :
"Hier est un autre jour "de Sylvain Meyniac et Jean-François Cros
"Madame Doubtfire" de Jaja Fiastri
"Le Clan des divorcées" de Alil Vardar
"A gauche en sortant de l'ascenseur" de Gérard Lauzier
du côté des humoristes :
"Mimie Mathy - J'adore papoter avec vous"
"Denis Maréchal - J'dis franchement"
dans le répertoire classique :
"Le Jeu de l'amour et du hasard" par Catherine Hiegel
"Roméo et Juliette" par Eric Ruf
Shakeaspeare :
à l'anglaise au Globe Teater : "Macbeth"
et en comédie musicale "Roméo et Juliette, de la haine à l'amour" de Gérard Presgurvic
et de l'Opéra revisité :
"La Traviata" de Verdi par Simon Stone
"Cendrillon" de Jules Massenet par David Hermann

Expositions :

en "real life" avec la réouverture progressive des musées :
"Pompéi" au Grand Palais
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières
"La Force du dessin - Chefs-d'oeuvre de la Collection Prat" au Petit Palais
"Esprit es-tu là ? Les peintres et les voix de l'au-delà" au Musée Maillol
"Le dessin sans réserve. Collections du Musée des Arts Décoratifs" au Musée des Arts Décoratifs
et en passant par la Lorraine, découvrir la Villa Majorelle œuvre de style Art nouveau.

Cinéma at home avec :

"Riens du tout" de Cédric Klapisch
"Noïse" de Henry Bean
"Sous surveillance" de Robert Redford
"La romancière" de John McKay
au Ciné-Club les années 50 :
"Un drôle de Dimanche" de Marc Allégret
"La vie à deux" de Clément Duhour
"L'homme au million ("The Million Pound Note") de Ronald Neame
des incontournables japonais :
des figures tutélaires :
"Tokyo drifter" de Seijun Suzuki
"A blind woman" de Teruo Ishii
et des plus jeunes :
"Mr Long" de Sabu
"Ichi, la femme samouraï" de Fumihiko Sori
et des raretés avec une sélection "Court metrage" :
"Le Chant du styrène" de Alain Resnais
"La chambre" de Chantal Akerman
"Pauline" de Céline Sciamma
"La traversée de l'Atlantique à la rame" de Jean-François Laguionie

Lecture avec :

"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin
et toujours :
"Le jour où Kennedy n'est pas mort" de R.J. Ellory
"Mauvaise graine" de Nicolas Jaillet
"Une immense sensation de calme" de Laurine Roux

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=