Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Les Francos Gourmandes #3 (édition 2014) - samedi 14 juin
Lou di Franco - ATOM - Pigalle - Ben l'Oncle Soul - Louis Bertignac - Christophe Maé  (Tournus, Saône-et-Loire)  13 et 14 juin 2014

On débarque sur le site alors que Lou di Franco entame son dernier morceau - "Chienne de vie" : le groupe dijonnais s'exporte de plus en plus hors des frontières régionales, grâce à la voix particulière de sa chanteuse dont le cœur vibre de la chaleur sarde. Le public est aussi massé qu'enthousiaste. On aurait aimé en voir plus, et on s'excuse auprès d'eux de notre retard...

Une heure et demi plus tard, un OMNI – Objet Musical Non Identifié – se présente sur scène : ATOM, groupe bordelais, qui déploie un rock puissant et profond, est donc la "surprise du chef" de ce festival. Une voix d'outre-tombe emmène des mélodies lourdes et bien pensées, et les influences du groupe – Editors, Interpol – ne sont pas sans nous déplaire. Le batteur prend la parole entre les morceaux, et se révèle doux et charismatique. Le style tranche avec tout ce qui avait été programmé sur ce festival, avec de longs intermèdes instrumentaux qui prennent aux tripes. Une réussite donc pour ces petits qui ont gagné les Talents du Live... Quatre jours auparavant !

Pigalle prend la relève, et Hadji-Lazaro, à la maestria bourrue, à l'air aussi bougon que facétieux, nous embarque dans ses petits effets de réel chantés à coup de riffs bien bien rock. L'ambiance guinguette festive, les talents de conteur d'un leader qui éclipse clairement toute sa troupe, emballe une foule énorme et chapeautée. On finit avec "Dans la salle du bar tabac de la rue des Martyrs", évidemment.

Et puis... Et puis c'est le début de la fin. On y croyait pourtant, dur comme fer. Le set de Ben l'Oncle Soul fait retomber tranquillement l'ambiance que Pigalle avait pourtant rodée et le public ne s'en remettra pas. "Soulman" est le troisième morceau, et la prestation est bizarrement très très tiède. Ebloui, fatigué, manquant de peps, Ben et sa voix d'or – on ne peut pas lui retirer ça, quand même ! - ne rattrape pas un scénique beaucoup trop mou – en comparaison, certes, des folies de la veille. Les bras sont en l'air, Ben entonne une reprise de "Everything's Gonna be Alright" et rend hommage à Martin Luther King... Mais c'est une déception pour nous. Qu'importe : on se dit, ça arrive, rien de grave, on les reverra avec plaisir, et on croise les doigts pour que Bertignac, au concert des Rolling Stones la veille, ait malgré tout bien dormi cette nuit.

Mais... En quelques secondes, après une discussion plutôt cocasse avec un de ses musiciens qui place le set sous d'excellents auspices, le drame technique arrive : pas de retour pour le groupe, un son médiocre (et c'est un euphémisme), un agacement léger dans les propos de Bertignac à l'ingé son qui du coup a dû raser les murs ce matin... Bref, un drame. "Bon ben puisque c'est comme ça je vais faire des reprises !" La setlist est modifiée, ça commence donc par "Cendrillon", ça joue les Stones ("Je vais faire mon Mick Jagger, mais sans la voix !") avec "Start me Up", le son se balance de gauche à droite comme une péniche à la dérive sur la Saône, mais ça fait plaisir aux quinquagénaires malgré tout, qui sautillent smartphone en l'air pour enregistrer tout ça. D'immenses blancs entre les morceaux introduisent un faux-rythme mortel, et le problème ne se résoudra pas. Ca se termine par du Téléphone – Bertignac choisit carrément l'instrumental, laissant le public chanter tout seul "Un autre monde", et puis, d'un seul coup, tous les chefs étoilés débarquent sur la scène et... On regarde tout ce petit monde s'embrasser, sautiller, selfiser, sans vraiment savoir ce qu'on fait là. "Ces idées là", et c'est la fin – tant espérée, avouons-le.

Pour la forme, parce qu'on est curieux et bien intentionné, on restera pour les trois premiers morceaux de Christophe Maé, la tête d'affiche du jour tant attendue par les petites groupies déjà serrées comme des sardines devant la grande scène. Figurez-vous que, sans adhérer à l'aspect commercial de la chose, on est quand même agréablement surprise. Des musiciens et des choristes de choix, un début de show bien rôdé et enthousiaste, Maé est bon harmoniciste et content d'être là. Ca rattrape quand même (un peu) cette fin de journée...

A 17h30 samedi après-midi, les Francos Gourmandes avaient fait 18000 entrées. Un succès souligné maintes fois, entre deux chapelets de remerciement lors de la conférence de presse. Une des nouveautés de cette édition semble avoir fait mouche : remplacer une des deux scènes musicales présentes l'an dernier par une scène gastronomique, présentant entre les sets des groupes des sortes de "battle" culinaires, entre plusieurs chefs, avec ingrédients imposés. L'enjeu ? Que la cuisine se mette en scène, s'extériorise, et flatte les narines des spectateurs amusés (surtout lorsque M. Wampas vendredi s'est improvisé chef en fourrant des framboises pendant 35 minutes). Une sorte de télé-réalité sous notre nez, qui m'a semblé quand même être un joyeux bordel, que Rabelais n'aurait sans doute pas renié, mais qu'il faudra peaufiner l'an prochain malgré tout.

Cette troisième édition des Francos Gourmandes a donc été sous un signe tout à fait favorable, et l'ambiance bon enfant réussira sans doute à fidéliser bon nombre de festivaliers. La proposition, en terme de musique et de gastronomie, s'est affinée, en dépit de petits impedimentum impossibles à enrayer... On aimerait l'an prochain plus d'audace dans la programmation, mais toujours autant de soleil. Utopique ?

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Lou di Franco en concert au Festival Les Nuits Peplum d'Alesia #11 (édition 2011) - dimanche
Lou di Franco en concert au Festival L'Estival (édition 2015) - Les Vitrines - samedi 3 octobre
Lou di Franco en concert au Studio des Variétés (mercredi 7 octobre 2015)
La chronique de l'album Atom From Heart de Christine
ATOM en concert au Festival de Dour 2004 (samedi)
ATOM en concert au Festival International de Benicàssim #17 (vendredi 15 juillet 2011)
Pigalle en concert au Festival des terre-Neuvas Bobital 2008 - Dimanche
La chronique de l'album eponyme de Ben l'Oncle Soul
Ben l'Oncle Soul en concert au Plan (vendredi 10 décembre 2010)
La chronique de l'album Live power trio de Louis Bertignac
Louis Bertignac en concert au Festival des Vieilles Charrues 2005 (samedi)

En savoir plus :
Le site officiel du Festival Les Francos Gourmandes
Le Facebook du Festival Les Francos Gourmandes

Crédit photos : Sophie Hébert


Sophie Hébert         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 15 décembre 2019 : Pas de retraite pour le Père Noël

Si vous voulez piocher dans notre sélection culturelle quelques cadeaux pour noël, c'est le moment. Vous pouvez même encore commander quelques tote bags en édition limitées Froggy's Delight ici : Envoi garanti avant noel ! En attendant c'est parti pour du théâtre, des disques, des films, des expos... et même un joli casque de réalité virtuelle à mettre sous le sapin.

Du côté de la musique :

"American Utopia on Broadway" de David Byrne
"Le roi des ruines" de Andoni Iturrioz
Rencontre avec C GEM qui nous offre aussi une session avec son Red Moon Orchestra
"Street talk : Saxophone summit" de Dave Liebman, Joe Lovano et Greg Osby
"Single so over" de Kid Francescoli
"Brutal pop" de Sun
"Big bang" de Les Bons Becs
"Whosampled.com", mix numéro 6 de notre podcast Listen In Bed
"I don't know what i'm doing" de Molto Morbidi
"Aside" de My Imaginary Loves
"Hits hits hits hourra" de Marcel et son Orchestre
"Midnight colors" de Midnight Colors
Et pour finir, un petit tour aux aux 41eme Transmusicales de Rennes
et toujours :
"The undivided five" de A Winged Victory for the Sullen
Rencontre avec Lofofora autour de leur album "Vanités"
"Fly fly" de Céline Bonacina
"Romantic sketches" de Fred Perreard Trio
"Not married anymore" de Hasse Poulsen
"Enfer et paradis" de Les Nus
"Une certaine urgence", émission #6 de notre podcast Listen In Bed
"De temps et de vents" de Bodh'aktan
"Building site" de Mata Hari
"Gréty : Raoul Barbe Bleue" de Orkester Nord, Martin Wahlberg

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Warm" au Théâtre du Rond-Point
"Les Chiens" au Théâtre La Flèche
"L'Entrée en résistance" au Théâtre de la Reine Blanche
"Les Pâtes à l'ail" au Théâtre La Scène Parisienne
"Comme des soeurs" au Théâtre La Scène Parisienne
"Une femme se déplace" au Théâtre des Abbesses
"La Valse d'Icare" au Théâtre Le Lucernaire
"Monsieur X" au Théâtre de l'Atelier
"Dracula, Lecture rock dans la veine de Bram Stocker" à la Maison de la Poésie
"Les Wriggles - Complètement Red" au Palace
des reprises :
"Allers-Retours" au Théâtre de la Tempête
"Camille contre Claudel" au Théâtre Lepic
"Les Enivrés" au Théâtre de la Tempête
"Chanson Plus Bifluorée - Spécial Fêtes" au Théâtre La Bruyère
et la chronique des spectacles à l'affiche en décembre

Expositions avec :

"Sculptures infinies" aux Beaux-Arts

Cinéma avec :

"The Lighthouse" de Robert Eggers
et la chronique des films sortis en décembre

Lecture avec :

"La Wehrmacht, la fin d'un mythe" de Jean Lopez
"Au plus près" de Anneli Furmark & Monika Steinholm
"Evolution " de Marc Elsberg
"L'Amexique au pied du mur" de Clément Brault & Romain Houeix
"Rien que pour moi" de J.L. Butler
"Secret de polichinelle" de Yonatan Sagiv

Froggeek's Delight :

"Oculus Quest" Le casque de réalité virtuel autonome

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=