Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Bruxelles, une capitale impressionniste
Musée des Impressionnismes  (Giverny)  Du 11 juillet au 2 novembre 2014

Pour l'année 2014, le Musée des Impressionnismes de Giverny propose de s'évader de l'hexagone en suivant les déclinaisons de l'impressionnisme hors de son berceau originel.

Après la traversée atlantique avec "L'Impressionnisme et les Américains", il convie le visiteur, avec la collaboration du Musée d'Ixeles, à une destination de proximité, en Europe du Nord, avec une escapade culturelle outre-Quiévrain pour découvrir "Bruxelles, une capitale impressionniste".

L'exposition organisée selon un un parcours chrono-thématique vise à présenter, en une centaine d'oeuvres, un panorama synthétique de la mouvance impressionnisme belge.

Celle-ci, comme l'indique Claire Leblanc, conservateur du Musée d’Ixelles, qui en assure le commissariat scientifique auprès de la commissaire générale Marina Ferrero-Bocquillon, directeur scientifique du Musée des Impressionnismes, loin de n'être qu'un simple épigone, s'avère un impressionnisme "belgo-belge" totalement singulier.

L'Impressionnisme belge : le succès d'un impressionnisme autochtone

Contrairement aux Américains, dépourvus de passé pictural, qui vont adapter l'impressionnisme français au goût américain, les peintres devenus belges par la création politique de la Belgique en 1830 sont les héritiers d'une tradition picturale ancestrale, et non des moindres, notamment du siècle d'or de la peinture baroque flamande.

Et si les nouvelles générations souhaitent s'affranchir du romantisme et de l'historicisme convenus au milieu du 19ème siècle, elles n'entendent pas pour autant pratiquer par "tabula rasa" d'autant qu'elles sont motivées pour exalter une identité nationale et s'inscrire dans l'histoire de la modernité picturale en ambitionnant de figurer en pôle position de l’avant-garde artistique internationale.

Cette détermination est soutenue par d'éminentes personnalités, tel le poète Emile Verhaeren, et des expositions régulières d'envergure organisées par le critique bruxellois Oscar Maus, et la Belgique, berceau du Symbolisme et de l'Art nouveau, se distingue également comme une capitale impressionniste majeure.

Au sein du Cercle des XX puis de La Libre Esthétique et du Groupe "Vie et Lumière", s'arcboutant sur leur biotope artistique spécifique, les peintres belges procèdent par syncrétisme en phagocytant les frémissements des avant-gardes.

Comme son aîné français, l'impressionnisme belge ne constitue ni un dogme ni une école. Il ressortit au mouvement, et plus encore, à une nébuleuse d'expérimentations variées fédérées autour d'aspirations communes qui tiennent à l'interdisciplinarité, la liberté esthétique et le développement de la mission sociale de l'art.

Le biotope est constitué par la tradition flamande du paysage consacré par la fidélité à la nature datant du 17ème siècle qui s'exerce au sein de l'école de Tervueren qui va se poursuivre avec le développement précoce de la peinture en plein prônée par l'impressionnisme.

La vogue du paysagisme correspond également à une prédilection pour le matiérisme et l'expression des sensations qui trouvera son acmé avec le luminisme qui y instille le pointillisme et dont Emile Claus est la figure-phare.

(Guillaume Van Strydonck "Potager au printemps", Emile Claus "Le verger au printemps", "Rayon de soleil" Anna Boch "Dunes au soleil", Herman Schlobach "Lameule", Emile Claus "Brouillard sur la Lys")

Aux peintures de genre privilégiées par les écoles du Nord succèdent très naturellement les scènes de la vie moderne avec la peinture des loisirs.

Sont célébrées les scènes de villégiature, les bains de mer et les après-midi au jardin

(Jean-François Verhas "Les demoiselles Van den Perre", Frantz Charlet "La plage d'Ostende", Félicien Rops "La plage de Heist").

De même avec des scènes de l'intimité bourgeoise ("Mme Van de Velde et ses enfants" et "Le thé au jardin" de Théo Van Rysselberghe) qui peuvent de décliner de manière plébéienne avec la jeune fille rêveuse du "Mois des rises" de Goerges Morren ou les femmes à la lessive de la "Journée ensoleillée" de Emile Claus.

Le quotidien des gens ordinaires, la vie rurale ou le labeur ancillaire, est une thématique belge traditionnelle et avec la révolution industrielle, elle se tourne vers la représentation de la classe ouvrière.

Cet ancrage dans le réalisme, voire le naturalisme, toutefois affranchis tant du pittoresque et de l'anecdotique que du narratif, constitue une des spécificités de l'impressionnisme belge.

(Léon Frédéric "Les âges de l'ouvrier", Henry Van de Velde "La lavandière", Emile Claus "Le vieux jardinier")

La seconde spécificité tient à la pratique du portrait impressionniste, principalement par les néo-impressionnistes, qui se présente comme un avatar moderniste de la tradition du portrait à la Van Eyck ou à la Hemmling.

(Théo Van Rysselberghe "Portrait de Marguerite Von Mons", Georges Lemmen "Tante Julia", Henri Evenepoel "Portrait d'albert Denis" et "Louise en deuil").

Rompus à l'exercice sur la couleur et la lumière depuis Rubens, les peintres du Nord, tel Alfred Stevens avec son remarquable travail en bichromie noir et or ("Jeune fille se regardant dans le miroir", "Condoléances", "Rentrée du bal") maîtrisent les fondamentaux de l'impressionnisme.

L'impulsion française fait le reste et donc du tachisme de James Ensor au pointillisme de Théo van Rysselberghe en passant par le luminisme de Emile Claus, l'impressionnisme belge va connaître un rayonnement européen.

La célébration de la couleur qui existe dans l'art flamand depuis Rubens conduit tout naturellement à l'explosion chromatique qui va caractériser le fauvisme.

Et elle se retrouve dans le fauvisme brabançon qui annonce l'abstraction (Jos Albert "Le grand intérieur", Rik Wouters "Les pêches", William Paerels "Portrait au piano").

Une indispensable escapade givernoise.

 

En savoir plus :

Le site officiel du Musée des Impressionnismes

Crédits photos : MM (Plus de photos sur La Galerie)
avec l'aimable autorisation du Musée des Impressionnismes


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 17 novembre 2019 : 4 ans déjà

13 novembre 2015. inoubliable nuit de terreur dont on commémorait les 4 ans cette semaine. Un 13 novembre 2019 avec plein de concerts à Paris et un pincement au coeur pour beaucoup d'entre nous. Mais la vie continue, et elle doit continuer d'être culturelle et festive.

Du côté de la musique :

"L'année du loup" de Alma Forrer
"Lucarne" de Cassagrande
"Air India" de David Sztanke
"Immanent fire" de Emily Jane White
"Bach, Liszt, Wido : Organ works at La Madeleine" de Jae Hyuck Cho
"What's in it for me ?" le Mix numéro 4 de Listen In Bed
"Femme idéale" de Ludiane Pivoine
et toujours :
"We were young when you left home" de Tim Linghaus
"Glam shots" de Rich Deluxe
"Imago" de Manuel Etienne
"Women" la 4ème émission de notre podcast radiophonique Listen In Bed
"Silent scream" de Holy Bones
"Stregata / stregato" de Gilia Girasole & Ray Borneo
"Révolution" de David Kadouch
"Jusqu'ici tout va bien" de Bazar Bellamy
Lysysrata, It It anita et The Eternal Youth au Normandy

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"On s'en va" au Théâtre national de Chaillotl
"Les guêpes de l'été nous piquent encore en novembre - L'Affaire de la rue de Lourcine" au Théâtre de la Tempête
"Pièce" au Théâtre des Abbesses
"La Vie est belle" au Théâtre 13/Jardin
"Adieu Ferdinand ! Le Casino de Namur II" au Théâtre du Rond-Point
"Adieu Ferdinand ! - La Baleine et le Camp naturiste" au Théâtre du Rond-Point
"Bartleby" au Théâtre Essaion
"Un Vers de Cid" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereau - aaAhh Bibi" au Théâtre Le Lucernaire
"Pour ceux qui parlent tout seuls" au Théâtre Darius Milhaud
des reprises :
"Berlin 33" au Théâtre L'Atalante
"La Magie lente" au Théâtre de la Reine Blanche
"Je ne me souviens pas" au Théâtre Les Déchargeurs
"La Magie de l'argent" au Théâtre Aleph
"La vie devant soi" au Théâtre de Sartrouville
"G.R.AI.N. - Histoire de fous" à la Manufacture des Abbesses
"Evita - Le destin fou d'Evita Peron" au Théâtre de Poche-Montparnasse
et la chronique des spectacles à l'affiche en novembre

Expositions avec :

"Kiki Smith" à la Monnaie de Paris

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Les Eblouis" de Sarah Suco
la chronique des films à l'affiche en octobre
et la chronique des films à l'affiche en novembre

Lecture avec :

"L'affaire Lord Spenser" de Flynn Berry
"La curée d'après le roman d'Emile Zola" de Cédric Simon & Eric Stainer
"Les faire taire" de Ronan Farrow
"Mondes en guerre tome 2, l'âge classique" de Hervé Drévillon
"Résistante" de Jacqueline Fleury Marié
"Une histoire de France tome 1, La dalle rouge" de Michel Onfray, Thomas Kotlarek & JEF
et toujours :
"Profession romancier" de Haruki Murakami
"Feel good" de Thomas Gunzig
"Histoire mondiale de la guerre froide (1890-1991)" de Odd Arne Westad
"L'avenir de la planète commence dans notre assiette" de Jonathan Safran Foer
"L'écho du temps" de Kevin Powers
"Psychotique" de Jacques Mathis & Sylvain Dorange
"Une famille presque normale" de M T Edvardsson

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=