Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Blonde Redhead
Barragàn  (Kobalt)  septembre 2014

Il y a des disques qui coulent de source. Il y a des disques si sombres qu’ils en sont insondables. D’autres au contraire ont le pouvoir de vous apporter une certaine lumière. Ce nouvel opus des Blonde Redhead est un disque à questions. Comment arriver à se renouveler, à avancer sans regarder en arrière ? Comment trouver l’équilibre entre épure et néant, entre accessibilité et complexité ? C’est une question de principe, les disques à questions sont toujours plus intéressants que ceux qui pensent apporter des réponses… Par contre, ils sont souvent plus ardus, plus difficiles d’accès. C’est le cas ici, ce Barragàn est peut-être le disque le moins "facile" de Blonde Redhead depuis Melody Of Certain Damaged Lemons sorti en 1998.

Un groupe qui se pose des questions est un groupe qui avance esthétiquement, au risque et c’est le cas avec le trio Américain de gagner et de perdre des fans en cour de route. Et c’est aussi une question de principe, les groupes qui prennent des risques, qui évoluent sont toujours plus intéressants, même si parfois ils se plantent. Blonde Redhead affectionne suivre son propre chemin, en ne regardant jamais en arrière, privilégiant l’expérimentation au style noise, pop, art-punk,rock, électronique approche très New-Yorkaise en soit.

Le nom de l’album Barragàn fait référence à l’architecte mexicain du même nom. Reconnu pour ses tendances modernistes, Luis Barragàn (1902-1988) a travaillé sur la notion de ligne épurée, de matière première brute, de maîtrise de l’espace et de la lumière. Un titre qui n’a pas été choisi au hasard tant ces concepts se retrouvent dans ce disque. C’est avec retenue que Blonde Redhead se présente à nous, suivant les traces laissées par leur album précédent Penny Sparkle. Une retenue si extrême qu’elle pourrait flirter avec l’hypnose mais aussi parfois avec la monotonie ou l’ennui.

Le trio joue sur la corde raide, on adhère ou pas, chacun étant libre de choisir de quel côté penche la balance. Le solo de flûte dans une gamme pentatonique du titre d’ouverture ("Barragàn") en est un parfait exemple. L’intensité est toute rentrée, distillée avec parcimonie et subtilité. Le silence entre les notes, les espaces, la matière sonore construite autour de quelques éléments (mélodiques, modaux, rythmiques, instrumentaux, les jeux de constructions ("Defeatist Anthem (Harry and I)" qui semble être deux morceaux en un)) ont la même importance, voire sont plus importants que la forme des morceaux ou que les mélodies.

Barragàn est un labyrinthe ouvertement inaccessible, baroque, où le chemin semble difficile à comprendre, car justement la notion même de chemin est supprimée. Une fois que l’on accepte cet état de fait, les morceaux deviennent évidents. Exercice risqué que le minimalisme. Blonde Readhead y laisse des plumes. Mais sur la longueur, le disque passe d’intriguant à envoûtant, avec de véritables pics ascensionnels ("Mind To Be Had", "Cat On Tin Roof", "Dripping", "The One I Love", "No More Honey", "Penultimo"). Ce Barragàn est donc une affaire d’atmosphère, d’offre et de théorèmes, d’ouverture et de complicité. A vous d’accepter ce qu’il a à offrir !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Misery is a butterfly de Blonde Redhead
La chronique de l'album 23 de Blonde Redhead
La chronique de l'album Penny Sparkle de Blonde Redhead
La chronique de l'album Masculin Féminin de Blonde Redhead
Articles : Photos Blonde Redhead et Girls in Hawaii - La Route Du Rock
Blonde Redhead en concert au Festival La Route du Rock 2004 (dimanche)
Blonde Redhead en concert au Festival Primavera sound 2007 (vendredi)
Blonde Redhead en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2008 (Vendredi)
Blonde Redhead en concert au Bataclan (17 avril 2008)
Blonde Redhead en concert au Festival Rock en Seine 2011 - Programmation du samedi
Blonde Redhead en concert au Festival La Route du Rock #21 (samedi 13 août 2011)
La conférence de presse de Blonde Redhead (août 2004)

En savoir plus :
Le site officiel de Blonde Redhead
Le Myspace de Blonde Redhead
Le Facebook de Blonde Redhead


Le Noise (Jérôme Gillet)         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 16 février 2020 : Pour les amoureux de culture

La Saint Valentin est passée. Nous espérons que vous avez pioché des idées de cadeaux culturels dans notre sélection de la semaine dernière. Ceci dit il n'y a jamais assez d'occasions de faire plaisir, alors voici une nouvelle sélection qui saura vous séduire. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne
et toujours :
"I become a beast" de Caesaria
"Hopetown" de Claudial Solal et Benoit Delbecq
"L'îlot" de Cyril Adda, à retrouver aussi en session
"Granados Goyescas" de Jean Philippe Colard
"On both sides of the atlantic" de Jon Bouteiller
"Lovers" de Kid Francescoli
"Ooh Hah" le mix numéro 10 de Listen in Bed
"Show no mercy" de Loki Lonestar
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Simido" de Moonlight Benjamin

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"La Collection" au Théâtre L'Etoile du Nord
"Correspondance avec la mouette" au Théâtre Les Déchargeurs
"Ni couronne ni plaque" au Théâtre de Belleville
"Dans les forêts de Sibérie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Hedda" au Théâtre de Belleville
"Roi du silence" au Théâtre Les Déchargeurs
"Aime-moi" au Théâtre de Belleville
"Mon Olympe" au Théâtre de Belleville
"Ciel, mon Paris !" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Les Faucheuses" à la Comédie Nation
"Le petit résistant illustré" au Théâtre Essaion
des reprises :
"Huis Clos" au Théâtre Dejazet
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"What is love" à la Divine Comédie
"Ah ! Félix (n'est pas le bon titre)" au Trois Baudets
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Picasso - Tableaux magiques" au Musée national Picasso
"Luca Giordano - Le triomphe de la peinture napolitaine" au Petit Palais
"Le Rêveur de la forêt" au Musée Zadline
"Du Douanier Rousseau à Séraphine - Les grands maîtres naïfs" au Musée Maillol
"Le Marché de Art sous l'Occupation 1940-1944" au Mémorial de la Shoah

Cinéma avec :

"Sortilège" de Ala Eddine Slim
Oldies but Goodies avec "Les Vertes Années" de Paulo Rocha
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox
et toujours :
"Alt life" de Joseph Falzon & Thomas Cadène
"Ce qui est nommé reste en vie" de Claire Fercak
"Dévorer les ténèbres" de Richard Lloyd Parry
"Il est juste que les forts soient frappés" de Thibault Bérard
"L'homme qui n'est jamais mort" de Olivier Margot
"La chute" de Jacques Ravenne
"Le livre de Sarah" de Scoot McClanahan

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 16 février 2020 : Pour les amoureux de culture
- 9 février 2020 : On se calme et on se cultive
- 2 février 2020 : Place aux crèpes
- 26 janvier 2020 : Les rois des galettes
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=