Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Sean Rowe
Madman  (Anti / PIAS)  octobre 2014

Quand on aime les pâtisseries, rien n’est pire que le trop : trop de sucre dans la confiture de fraise, trop de crème chantilly sur le chou à la crème au chocolat, trop de confiture de lait sur la crêpe au miel à la noix de coco, quand on aime la musique c’est globalement la même chose.

Sean Rowe l’a très bien compris. Il faut dire ce qui est, Sean Rowe a une voix, genre "Bonjour c’est la voix", une voix puissante, chaude, grave, profonde, le genre de voix qui peut vous chanter le bottin, une voix qui vous donne envie d’écrire des lieux communs sur les voix graves… Donc avec une voix comme ça, il faut faire attention car si vous en faites trop, c’est vite l’indigestion de crème chantilly, c’est vite écœurant, surtout quand vous faites du blues.

Dans Madman, rien d’écœurant, au contraire, parce que ce n’est pas qu’un disque de blues à grosse voix, par exemple "Desiree" pourrait totalement être du Barry White et pas seulement à cause de la voix… Ah cette voix… pardon j’arrête. "The Game" est une chanson tout ce qu’il y a de plus pop, tout est très digeste. La voix n’est jamais forcée, c’est sans doute pour ça que cela fonctionne aussi bien, aucun maniérisme dans le chant, même dans les moments les plus sombres, doux, ça reste juste, trop souvent voix grave rime avec "je fais du blues, je vais te faire pleurer en faisant des tonnes, tu vas ruiner ton Kleenex et ta culote mais genre grave" , ici pas du tout. Une autre force de ce disque est celle-ci d’ailleurs : réussir à te faire croire que tu n’écoutes pas un disque de blues alors que tu n’écoutes que ça. Oui je te tutoie, j’espère que ça ne te dérange pas, mais c’est plus sympa quand même…

Très vite, tu te prends à rêver d’ouest américain sans vraiment comprendre pourquoi, mais ça reste efficace et réjouissant, même dans "Done Calling You" ou "The Real Thing" qui, avec leurs guitares bien en avant et leur rythme chaloupant sont une sorte de cliché de la chanson qui donne envie de faire du cheval… Yeeha ! Et pourtant juste après, tu retrouves la voix, cette voix sur "Razor of love" ou "My Little Man" et là tu ne sais plus ni où tu es, ni où tu habites, un peu de guitares, quelques notes de piano, c’est vraiment là où Sean Rowe est le meilleur, quand il chante simplement, sans patos, sans tire-larmes, dans des chansons d’une douceur infinie ou d’une tristesse infinie, c’est à toi de décider.

C’est là où il est le plus efficace et où le voyage est le plus plaisant, dans ces moments où il te donne l’impression de ne parler qu’à toi, quand bien même vous seriez des milliers à l’écouter, non c’est juste pour toi qu’il chante, tends ton oreille, ces mots sont pour toi, cette voix est pour toi, écoute, ferme les yeux, il joue pour toi, il te parle, reconnais-toi dans ces mots, reconnais-toi et retiens ce sanglot, ce n’est pas très grave, ce n’est que du blues, tu sais…

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Sean Rowe dans la rubrique Ni Vus Ni Connus

En savoir plus :
Le site officiel de Sean Rowe
Le Bandcamp de Sean Rowe
Le Facebook de Sean Rowe


sy!         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 22 juillet 2018 : Rythme Estival

Nous serons là tout l'été, avec des éditions plus légères, à consommer sans modération. Voici le programme de la semaine :

Du côté de la musique :

"All wet EP" de Bosco Rogers
"Tell me how your really feel" de Courtney Barnett
"Fons Luminis : Codex Las Huelgas" de Ensemble Gilles Binchois / Dominique Vellard
"Elle fend l'eau" de Jane is Beautiful
"Away EP" de Melissa Bon
"L'esprova" de Sourdure
"V pour Vaise" de Vassilis Varvaresos
Dimanche au Eurockéennes de Belfort avec Alice in Chains, The Liminanas, Eddy de Pretto...
"Cover me session" de Hugo
et toujours :
Vendredi au Eurockéennes de Belfort avec Beth Ditto, Prophets of Rage, Nine Inch Nails... toujours les Eurocks, la journée du samedi en compagnie de Truckks, Queens of the Stone Age, Jungle

Au théâtre :

les chroniques des spectacles programmés au Festival Off d'Avignon
et les chroniques des spectacles à l'affiche pour l'été parisien

Expositions avec :

et la dernière ligne droite pour :
"Kupka - Pionnier de l'abstraction" au Grand Palais
"Chris Marker - Les 7 vies d'un cinéaste" à la Cinémathèque française

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"The Charmer" de Milad Alami
"Bajirao Mastani" de Sanjay Leela Bhansali
"Tulip Fever" de Justin Chadwick en VOD
"Break" de Marc Fouchard en VOD
et les chroniques des autres sorties de juillet

Lecture avec :

"Carbone #1 hiver 2018, revue trimestrielle" aux éditions Fauns
"Chroniques de San Francisco : tome 3" de Armistead Maupin
"La soie et le fusil" de Gioacchimo Criaco
"Les valises" de Juan Carlos Mendez Guedez
et toujours :
"Génocide(s)" de Kazuaki Takano
"Le dernier tableau de Sara de Vos" de Dominic Smith
"Réveille-toi !" de François Xavier Dillard
"Le président a disparu" de Bill Clinton et James Patterson
"Sur un mauvais adieu" de Michael Connelly

Froggeek' s Delight :

"Detroit : Become Human" de Quantic Dreams sur PS4
La mode du Battle Royale va-t-elle tuer la créativité
dans le jeu vidéo ?

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=