Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Monogrenade - Haley Bonar - Dear Criminals
La Flèche d'Or  (Paris)  mardi 4 novembre 2014

Lors d’un récent échange de mails à propos de tout et de rien avec un camarade de chronique musicale, celui-ci m’expliquait que "la chronique de disque c'est moins difficile que le report de concert, pour lequel il faut être très attentif et dont le résultat dépend aussi de la prestation scénique que l'on "analyse"". Mince, déjà que mes chroniques de disques n’étaient pas génialement pertinentes, je crains donc fort que mes "reports" de concerts soient pitoyables. Surtout celui-ci, en effet je n’ai pas été très attentif, j’ai juste oublié mon objectif "réaliser un compte-rendu", je me suis laissé aller, j’étais ailleurs, j’étais loin, mais ce n’est pas ma faute, je n’y suis pour rien... C’est injuste, c’est vraiment trop injuste.

Ce n’est pas ma faute, c’est celle de Dear Criminals, groupe de Montréal qui ouvrait la soirée, je sais ce que vous vous dites sur les premières parties, en général c’est un peu... mais en fait pas du tout. Dès la première note, vous êtes magnétisé, et dès que Frannie Holder et Charles Lavoie se mettent à chanter, couvés du regard par Vincent Legault, c’est le drame, vous êtes aimanté, impossible de décrocher. Les deux voix se mariant parfaitement sur des arrangements doux et/ou sombre qui, en un morceau, ont emballé le public et moi y compris, sans jamais en faire trop. En fait, on aurait aimé plus, encore plus tant nous étions bien dans leur univers, tant le voyage était plaisant... Plus tard à la maison grâce à leur EP Crave, le voyage reprendra comme s’il n’avait jamais été interrompu, une vrai belle découverte.

Ce n’est pas ma faute si je n’ai pas été attentif, c’est la faute de Haley Bonar. Après le voyage dans les étoiles grâce à Dear Criminals, je ne touchais plus vraiment le sol, et le retour à la terre ferme avec de la pop folk des plus classiques a été particulièrement douloureux. Peut-être qu’à un autre moment, dans d’autres circonstances, dans d’autres lieux, mais là non ça ne marche vraiment pas, tout est lourd, presque pataud. Et c’est finalement à l’extérieur avec une cigarette, la tête tourné vers le ciel pour tenter de trouver une étoile (à Paris, les étoiles n’existent pas) que la soirée se poursuit.

Ce n’est vraiment pas ma faute si je n’ai pas été attentif, c’est totalement de la faute de Monogrenade. J’avais beaucoup aimé leur disque Composite et j’étais vraiment curieux de voir comment ils allaient pouvoir rendre la complexité de celui-ci sur scène. Le sextuor d’une parfaite parité réussit à mélanger habillement l’électronique, les programmations avec l’acoustique des cordes, de la guitare et du piano de Jean-Michel Pigeon. Là où sur disque la voix chuchotée peut parfois surprendre, ici elle paraît totalement naturelle, en fait tout est vraiment naturel, fluide, ils réussissent à reproduire le voyage, à nous emmener avec eux au fin fond de l’univers, à des années, des années-lumière de la terre, loin de toute gravité en mélangeant la douceur et une certaine mélancolie avec des moments plus enlevés, dansants, enivrants.

Difficile de résister, de ne pas se laisser aller, de ne pas fermer les yeux et de voir dans sa tête d’astronaute des cercles et des pentagones. La complicité et le plaisir qu’ils prennent à jouer ensemble sont flagrants. Je disais que Composite est "un disque qui ose tout", sur scène Monogrenade ose tout également, les cordes dans l’électronique, les boucles infernales, les fins apocalyptiques et même une reprise improbable de "J’t’emmène au vent" de Louise Attaque, réussissant à transformer cette chanson à la rime facile en une complainte glaciale. Sur scène, des chansons comme "Labyrinthe", "Tes Yeux" ou "Ce Soir" apparaissent pour ce qu’elles sont, des joyaux, des bijoux et que dire de ce final à "Metropolis" (définitivement ma chanson préférée) où résonne sans fin une cloche de la grande ville imaginaire, comme pour nous dire qu’il faut se réveiller, revenir sur terre, que les songes sont malheureusement terminés, même si personne n’en a envie.

Ce n’est pas ma faute si je n’ai pas été attentif, c’est parce que j’étais en voyage, plus jamais pareil, j’étais quelque part dans l’espace sur la petite ceinture.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Composite de Monogrenade

En savoir plus :
Le site officiel de Monogrenade
Le Bandcamp de Monogrenade
Le Myspace de Monogrenade
Le Facebook de Monogrenade
Le site officiel de Haley Bonar
Le Facebook de Haley Bonar
Le site officiel de Dear Criminals
Le Soundcloud de Dear Criminals
Le Facebook de Dear Criminals


sy!         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

• Edition du 2018-10-14 :
Antilles Méchant Bateau - Divers artistes
Cat Power - Wanderer
Sol Seppy - I Am As You Are
Alexis HK - Comme un ours
Rumon Gamba & Iceland Symphony Orchestra - Dag Wirén : Sinfonietta in C Major, Serenade, Symphony No. 3 & Divertimento
Donny McCaslin - Blow.
Céline Tolosa - Vendredi soir EP
Samuel Cajal - Une issue
San Carol - Houdini
Les Tambours du Bronx - Weapons Of Mass Percussion (W.O.M.P)
Gontard! - Interview

• Edition du 2018-10-07 :
Qu'en pense Gertrude ? - Interview
The Buttertones - Midnight in a Moonless Dream
Dominique A - La Fragilité
Invigo - Feel
Immortal - Northern Chaos Gods
Elysian Fields - Pink Air
Cyril Cyril - Certaine Ruines
Spiral Deluxe - Voodoo Magic
Lénine Renaud - La gueule de l'emploi
Jean-Louis Murat - Il Francese
Septembre - Si c'était à refaire

• Edition du 2018-09-30 :
Ellipse Festival #2 (édition 2018) -
Festival Hop Pop Hop #3 (édition 2018) - samedi 15 - Marc Melià - Flamingods - Pale Grey - Tamino - Bad Nerves - Gramme - La Jungle - The Limiñanas - Life
Foray - Tahiti 80 - Interview
Jean-Christophe Aplincourt, directeur du 106 Rouen - Interview
Jim Yamouridis - The Other Side
Father John Misty - God's Favorite Customer
Elisapie - The Ballad of the Runaway Girl
Paul Weller - True Meanings
Juanita Stein - Until the lights fade
Morgane Imbeaud & Elias Dris - The Homeward Bound : Songs Of Simon & Garfunkel EP
 

• Archives :
Léonie Pernet - Crave
Jean Cohen-Solal - Captain Tarthopom - Flûtes Libres
Fantôme - Mésopotamie
Low - Double Negative
Festival Hop Pop Hop #3 (édition 2018) - vendredi 14 - Sonny & the Sunsets - One sentence. Supervisor - Mister Milano - Laake - Baloji - Malik Djoudi - Aaron Cohen - Oktober Lieber - Ctrl-Z
Goël - Le bruit dehors
Pauline Drand - Faits bleus
You, Vicious ! - You, Vicious !
Papapla - Sounds of Papapla Vol. 1
Idles - Joy as an Act of Resistance
The Coral - Move Through The Dawn
BlauBird - Rising, la fin de la tristesse
Géraud Portal - Let My Children Hear Mingus
No Mad ? - Idomeni
Black Foxxes - Reiði
The Innocence Mission - Sun on the square
Thomas Breinert - Thomas Breinert EP
Madame Robert - Comme de Niro
Brendon Anderegg - June
Eles - Neige à Londres
Judith Owen - Interview
Festival La Route du Rock #28 (édition 2018) - Chevalrex - The Limiñanas - Grizzly Bear - Shame - Etienne Daho - The Black Angels -The Brian Jonestown Massacre - Föllakzoid - Josh T. Pearson - Patti Smith - Ariel Pink - Nils Frahm - Protomartyr - Charlotte Gainsbourg - Superorganism - Phoenix - The Le
Delgres - Mo Jodi
Vox Bigerri & Jim Black - Tiò
The Lemon Twigs - Go To School
Thibault Noally, Blandine Staskiewicz & les Accents - Ontario
Cam Deas - Time Exercises
Ella/Foy - Walking in the space
Sarah Maison - EP
Interpol - Marauder
- les derniers albums (5352)
- les derniers articles (123)
- les derniers concerts (2272)
- les derniers expos (4)
- les derniers films (20)
- les derniers interviews (1044)
- les derniers livres (7)
- les derniers oldies (20)
- les derniers spectacles (8)
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=