Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Ariel Pink
Pom Pom  (4AD / Beggars Banquet)  novembre 2014

Comme tout le monde n’a pas les mêmes goûts, tout le monde n’apprécie pas les mêmes blagues, il y a une sélection. C'est normal. On ne lit pas tous le même journal...

Pardon, j’ai écrit "blagues" plus tôt ? Je suis sincèrement désolé, mes doigts ont fourché, je voulais dire "disques" évidemment, je ne vais pas vous faire des chroniques sur des blagues. Cela n’aurait pas de sens, ah ah ah ! Une chronique sur une blague, n’importe quoi... Quoique ça pourrait être amusant "alors cette semaine, je vais vous parler d’une prostituée, d’un nain et d’un éléphant et à la fin..." Ah ah ah ! Allez, reprenons notre sérieux, trêve de galéjades et de gaudrioles, revenons à la musique.

Pom Pom est le dixième album d’Ariel Pink, j’avoue que j’avais raté les neuf premiers, Ariel Pink chanteur, compositeur américain de Los Angeles, aux plateforme-shoes et aux cheveux roses et sans doute sales, aux allures donc mi-freak mi-arty. Il est donc assez normal qu’il nous fasse un disque mi-chic mi-chiant qui ressemble parfois fortement soit à de l’art, soit juste à une blague... Mince, en fait non, je n’avais pas fait un lapsus plus haut, je suis sincèrement désolé d’avoir été sincèrement désolé, bon bah c’est parti pour les galéjades et les gaudrioles.

Le côté chic du disque ne vient pas du son, il est écrasé, lourd, presque sale, mais c’est fait exprès, c’est lo-fi homemade dans une chambre d’ado de trente-six ans (il est né en 1978), on a l’impression d’écouter une vielle cassette dans un autoradio où les basses déconnent, ça fait "genre" dirons-nous, genre quoi je ne sais pas, juste "genre", c’est comme les cheveux roses, il fait ça pour se donner un genre, bon passons à autre chose...

Le côté chic vient du fait que cet Ariel Pink est bourré d’idées, et sans doute pas que d’idées, là où un chanteur normal propose en moyenne cinq idées par disque, Ariel Pink n’a peur de rien et vous offre, tenez-vous bien, plus de six idées par chanson, on ne va pas se mentir parfois, c’est un peu épuisant quand même. D’autant qu’il aime mélanger les styles, glam, dub, goth, pop, cela donne un disque qui part dans tous les sens, totalement psychédélique, réussissant des chansons traditionnels ("Put Your Number in My Phone", "Four Shadows", "Picture Me Gone") avec d’autres totalement déstructurées et déconstruites, changeant plusieurs fois de rythme, de style, mélangeant les voix, les bruitages osant même parfois des passages difficilement audibles ("Dinosaur Carebears" en forme de symphonie de canards, les animaux, pas les fausses notes).

Là aussi où le disque est chic, ce n’est pas parce qu’une chanson utilise une jeune fille parlant, hurlant en français comme dans un dialogue digne d’un film de la nouvelle vague version trash ("Negativ Ed"), le français aux US c’est forcément chic. Ce sont par les références et clin d’œil en forme de citation qu’il nous propose, un disque cultivé, la preuve il va même chercher Kim Fowley pour composer "Plastic Raincoats in the Pig Parade", réussissant des morceaux "à la manière de", je ne vous dis pas ni quoi ni lesquels sinon le jeu est moins amusant pour vous.

Il faut donc maintenant parler du côté chiant du disque, le son est à la longue relativement insupportable et énervant, ne mettant pas du tout les chansons en valeur, au contraire rendant difficile l’écoute de ces dix-sept morceaux en une seule fois et d’ailleurs, ça part tellement dans tous les sens qu’il faut avoir le cœur bien accroché ou alors avoir un bon stock de diéthylamide de l'acide lysergique. A certains moments, on a juste envie de dire à Ariel Pink, bon on a compris mais tu te calmes et tu files dans ta chambre maintenant, c’est pénible les ados de trente-six ans... Reste donc de cette compote qu’est Pom Pom, une petite dizaine de bonnes chansons qu’on pourrait presque pendre plaisir à écouter mais malheureusement comme une blague, il faut la comprendre, en rire et puis quand vient le moment de la réécouter, il y a tout de même de fortes chances que vous vous arrêtiez juste avant d’appuyer sur "Play" parce que "Pom Pom, ah c’est celle du mec qui a les cheveux roses, en fait je la connais...".

 

En savoir plus :
Le site officiel de Ariel Pink
Le Myspace de Ariel Pink
Le Facebook de Ariel Pink


sy!         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

• Edition du 2018-01-14 :
Christophe Rousset & Les Talens Lyriques - Jean-Baptiste Lully : Alceste, ou le triomphe d'Alcide
Alex Stuart - Aftermath
Théo Girard - Trio 30YearsFrom
Black Bones - Kili Kili
Vincent Touchard - Classe Moyenne
Transglobal Underground - Destination Overground : The Story of Transglobal
Hifiklub - Infernu
Dirty Work of Soul Brothers - Girl's Ashes

• Edition du 2018-01-07 :
Schwartz - Yul - David Federmann - Sélection singles & EP
Cyril Huvé - Opus 102 : Litz, Debussy, Scriabin
Juke - Les aventures du ténor de Brest
Matskat - Matskathérapie
Manuel Bienvenu & Arlt - One of us canno?t be wrong
Arthur de la Taille - Ministère des ondes
Lomostatic - Lomostatic
Pierre - Interview
Kiefer - Manifeste
Ëda - Ëda EP
 

• Archives :
Fred Pallem & Le Sacre du Tympan - Cartoons
Loïs Le Van & The Bravo Big Band - Rendez-Vous à l'Ovyne
Fanny Robilliard & Paloma Kouider - Debussy, Szymanowski, Hahn & Ravel
Olivier Calmel - Double Celli - Immatériel
Krystian Zimerman - Schubert : Piano Sonatas D 959 & D 960
Les mots de Charlotte - Même si...
Nev Cottee - Broken Flowers
Bad Tripes - Interview
Bad Tripes - Les contes de la Tripe
ÙØ - Olivier Mellano, Brendan Perry & Bagad' Cesson - Wildes - Sélection singles & EP
Silvia Pérez Cruz - Vestida de nit
Romain Leleu & Thierry Escaich - Vocalises
Gabriel & Dania Tchalik - Le Violon de Proust
Black Cat Crossin' - Too Many Things to Light
Garciaphone - Dreameater
Stéphane Blek - Vive la patate libre !
Jazz Loves Disney 2 - A Kind of Magic - George Benson - Jamie Cullum & Eric Cantona - Madeleine Peyroux - Angélique Kidjo - Bebel Gilberto - Laura Mvula - Imany - Selah Sue - Thomas Dutronc - Jacob Collier
Angel Fall - L'empreinte
Riviera - Nuits blondes - The Newtons - Sélection singles & EP
Lande - La caverne
Trupa Trupa - Jolly New Songs
Anna Kasyan - Händel : Shades of Love, Italian Cantatas
Ensemble Contraste & Orchestre Philharmonique Royal de Liège - Besame Mucho
Barrio Populo - Salle Jeanne d'Arc
Lysistrata - The Thread
Marilyn Manson - Heaven Upside Down
Nour - Après l'orage
La Féline - Royaume EP
La Jarry - Babylone EP
Bajram Bili - Interview
- les derniers albums (5051)
- les derniers articles (119)
- les derniers concerts (2235)
- les derniers expos (4)
- les derniers films (20)
- les derniers interviews (1023)
- les derniers livres (7)
- les derniers oldies (19)
- les derniers spectacles (8)
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=