Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Lapland
Lapland  (The Lights Label)  mars 2014

Résumé des épisodes précédents : plutôt que de faire des compétitions et des listes de soi-disant meilleurs disques de l’année, de la décennie, de la semaine, du jour, découvrons plutôt en ce dernier mois de l’année, des disques qui vous ont sans doute échappé pendant que vous perdiez votre temps à écouter Fauve ≠.

Episode deux : L’empire Des Clones.

Au moment où vous lirez ces lignes, nous serons sans doute lundi, ou un autre jour de la semaine, mais pourtant vous irez comme un lundi, ni bien ni mal, juste perdu dans l’openspace, en attendant que le temps passe, en espérant un week-end entre parenthèses. Un peu de tristouillerie de décembre en somme, vous aurez donc sans doute besoin de réconfort, de légèreté et ça tombe bien, j’ai exactement le disque qu’il vous faut.

Lapland, projet de Josh Mease, un texan dont je ne sais rien, dont je ne connais rien à part ce premier album, c’est amplement suffisant, et c’est déjà beaucoup. L’album s’ouvre avec "Unwise", une chanson pas vraiment représentative de l’album, avec ses petits sons électroniques. Petits sons qu’on retrouvera dans la chanson "LaLala", celle qui clot l’album comme on forme une boucle. Si ces deux morceaux détonnent un peu dans l’ensemble, ils donnent tout de même le ton : douceur et fluidité.

Continuons notre écoute : deuxième chanson "Overboard", et là dès l’intro tout est clair, tout est évident, mélodie imparable, voix aérienne, qui vient se poser délicatement comme une complainte, rien à faire, juste se laisser porter, se laisser aller, juste envie, une fois la chanson terminée, d’appuyer sur "encore", sur "toujours" (mais si ça existe comme boutons). Il en sera de même pour huit autres chansons du disque, dix petites perles de douceurs aériennes et aquatiques. "Drink Me Dry", morceau lumineux qu'on pourrait aisément croire repêché des chutes de studios de Figure 8 d’Elliott Smith, "Fontains" en forme de jeux d’eau, "Where Did Go ?" avec son refrain parfait, "Soldier" avec sa lamentation "I be back again someday", promettant des jours meilleurs, oui ça va aller, ça va s’arranger, ça ira mieux, bientôt, un jour, peut-être mais pas forcément maintenant et au final ce n’est pas très grave.

Lapland, dont la traduction est Laponie, vous savez la région entre la Suède et la Finlande, où habite le Père Noël d’ailleurs, ne signe pas un disque froid d’extérieur, mais un disque chaud d’intérieur, c’est-à-dire un disque à écouter au chaud quand il fait froid dehors, un disque qui crée un cocoon dans lequel il est bon de se réfugier. La pochette nous montre un paysage végétal comme si on le contemplait par une fenêtre en buvant un thé (c’est dire que ce n’est pas vraiment la grande forme). Il contient ce genre de chansons qu’on écoute le soir tard, comme un doudou, mais dont on ne parle pas, qu’on garde pour soi, un plaisir un peu égoïste, dans ces moments où on se laisse aller, où on a juste besoin de douceur, de câlins, ces moments où on se sent un peu Pathétik (pathétique pardon, même mon orthographe se laisse aller), ce n’est pas un disque triste c’est plutôt un peu nostalgique, un peu flottant, les arrangements sont comme on les attend, de petits thèmes à la guitare, des petites touches de piano et de cordes forcement aériennes, des voix doublés sur les refrains, évidemment ce n’est pas révolutionnaire, parfois même un peu cliché, mais pourtant ça fait un bien fou et c’est vraiment tout ce qu’on demande à un disque dans ces moments là.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Lapland
Le Soundcloud de Lapland
Le Facebook de Lapland


sy!         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 25 septembre 2022 : La culture n'est pas un luxe

8ème vague, confinement énergétique... rien de bien brillant pour le futur, heureusement il reste la curiosité et la culture. Gardons le cap et restons groupés. Voici le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Bobo playground" de Alexis HK
"Ca pixellise" de Dimoné
"The portable Herman Dune Vol 1" de Herman Dune
"La mélodie, le fleuve et la nuit" de Jérôme Minière
"Kramies" de Kramies
"Mémoires d'une femme" de Myriam Barbaux-Cohen
"The hardest part" de Noah Cyrus
"Dvorak : Quatuor américain, valses" de Quatuor Talich
"Fauré le dramaturge" de Takénori Némoto, Cécile Achille, Cyrille Dubois et Ensemble Musica Nigella
et toujours :
"J'ai vécu les étoiles" de Andoni Iturrioz
"Ornette Under the Repetitive Skies 3" de Clément Janinet
"Alan Hovhaness : oeuvres pour piano" de François Mardirossian
"Live in Paris" de Fred Nardin Trio
"Show AC/DC" de Ladies Ballbreakers
"Luigi Concone" de Mavroudes Troullos & Rachel Talitman
quelques clips avec Moundrag, Ottis Coeur et Madam
"Souvenirs" de Pale Blue Eyes
"Life and life only" de The Heavy Heavy

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Harvey" au Théâtre du Rond-Point
"Les Producteurs" au Théâtre de Paris
"Bérénice" à La Scala
"Les Filles aux mains jaunes" au Théâtre Rive Gauche
"Il n'y a pas d'Ajar" aux Plateaux Sauvages
"Echo" aux Plateaux Sauvages
"Le syndrome d'Hercule" au Théâtre Essaion
les reprises :
"Cahier d'un retour au pays natal" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Le dépôt amoureux" au Théâtre Les Déchargeurs
"Darius" au Théâtre Essaion
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"L'Autre fille" au Théâtre des Mathurins
"Les Divalala - C'est LaLamour !" au Grand Point Virgule
et les spectacles à l'affiche

Expositions :

"Frida Khalo, au-delà des apparences" au Palais Galliera
"Hyperréalisme - Ceci n'est mon corps" au Musée Maillol
'Miroir du monde - Chefs d'oeuvre du Cabinet d'art de Dresde" au Musée du Luxembourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :
en salle : "L'Ombre de Goya" de José Luis Lopez-Linares
en streaming gratuit :
"Qui vive" de Marianne TArdieu
"Big Fish" de Tim Burton
"Marguerite" de Xavier Giannoli
"Chained" de Yaron Shani

Lecture avec :

"Les masques éphémères" de Donna Leon
"La guerre de cent ans" de Amable Sablon du Corail
"D'où vient l'amour" de Yann Queffélec
et toujours :
"Combattre en dictacture" de Jean Luc Leleu
"Hideo Kojima, aux frontières du jeu" de Erwan Desbois
"Le cartographe des absences" de Mia Couto
"Le coeur ne cède pas" de Grégoire Bouillier
"Le tumulte" de Sélim Nassib
"Un profond sommeil" de Tiffany Quay Tyson

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 25 septembre 2022 : La culture n'est pas un luxe
- 18 septembre 2022 : Nouvelle Vague
- 11 septembre 2022 : C'est reparti pour un tour
- 4 septembre 2022 : C'est la rentrée
           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=