Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Souterraine
Interview  (Par mail)  décembre 2014

A l’heure des cadeaux de noël, pourquoi ne pas aller faire un tour du côté de La Souterraine, les compilations pas la commune dans la Creuse ? Depuis le début de l’année, Benjamin Caschera et Laurent Bajon proposent d’excellentes compilations d’artistes Francophones underground (Arlt, Mocke, Noir Boy George, La Féline, Pain Noir, Gontard !, Facteurs Chevaux…) sous deux formes distinctes : La Souterraine réunissant plusieurs artistes et les Mostla Tapes. Un coffret vient de sortir et un festival aura lieu du 16 au 18 janvier 2015 à L’Olympic Café, à Paris. Pour le reste, Laurent et Benjamin vous en parleront mieux que moi…

Pouvez-vous vous présenter et parler de votre parcours en lien avec la musique ?

Laurent : Je suis venu à la musique par le biais de Bernard Lenoir et des Inrockuptibles (version mensuelle). C'est ce qui m'a poussé à faire de la radio pendant 18 ans, en co-animant la mythique Planet Claire sur Aligre FM et désormais La Souterraine sur Radio Campus Paris. C'est d'ailleurs dans Planet Claire que j'ai fait la connaissance de Benjamin, qui venait là en tant qu'attaché de presse (notamment pour les belles sessions de Besnard LakesLoney, Dear ou My Brightest Diamond).

Benjamin : J'ai fait de la radio à C'rock, une radio Férarock à Vienne (38) quand j'avais 17-20 ans. Je suis arrivé en stage à la promo chez feu-Chronowax (distributeur d'alors de Jagajaguwar, Secretly Canadian, Sub Pop, Touch & Go, etc.), en 2005. Puis salarié chez Differ-ant, le distributeur qui est né des cendres de Chronowax. On a monté Almost Musique en 2009, avec Benjamin Fain-Robert AKA Baron Rétif. A cette date, j'ai aussi fait plus ample connaissance avec Laurent Bajon en rejoignant l'émission Planet Claire, sur Aligre FM.

Comment et pourquoi est née l’idée de La Souterraine et de ses compilations ?

Laurent : Pour Planet Claire, on cherchait beaucoup de nouveautés, en dehors de ce que les attachés de presse et les maisons de disques pouvaient nous envoyer. Et on commençait de plus en plus à se tourner vers les artistes "du coin de la rue", qu'on croise dans les salles de concerts, dans les bars, faciles à faire venir en session... On a donc décidé de faire des compilations pour mettre en avant ces groupes, qu'on aime et qu'on veut défendre dans le torrent d'eau chaude des sorties musicales mainstream. Et Benjamin avait initié des compilations de cette forme (les Mostla I à VI) avec ses camarades d'Almost Musique.

On s'est donc lancés, et ça a l'air de répondre à une attente, d'un petit public d'amateurs éclairés... Tant mieux !

Benjamin : Laurent est un des diggers de nouveautés en musique les plus fins que je connaisse. De mon côté, j'ai bossé avec pas mal de groupes français depuis plusieurs années. Mutualisons donc nos réseaux, qui se recoupent et se croisent. Beaucoup de ces artistes sont invisibles médiatiquement, alors qu'avec Laurent, on s'écoute des tas de pépites toutes les semaines : la chanson en français n'est pas ringarde, finalement. La Souterraine est née de cette envie d'essayer un truc nouveau, assez libre dans le fond et dans la forme.

Comment choisissez-vous les artistes ? Comment les découvrez-vous ?

Benjamin : Dans l'océan des nouveautés musicales, on cherche les vagues et on les écoute.

Laurent : On reçoit beaucoup de choses, on écume les sites d'écoutes (Soundcloud, Bandcamp...), toujours à l'affût. Soyons honnêtes, des gens qui connaissent nos goûts nous recommandent aussi des choses bien. Il y a comme une sorte de réseau, de communauté invisible qui se tisse autour de La Souterraine, c'est bien.

Pouvez-vous nous parler d’Almost Musique et d’Objet Disque ?

Benjamin : Objet Disque est le label de Rémy Poncet / Chevalrex qu'il a lancé en début d'année, à la suite de feu-Sorry But Home Recordings Records. On s'est de suite entendu pour sortir des Objets Souterrains. Almost Musique est mon label, c'est aussi mon gagne-pain, via mon travail d'attaché de presse.

Laurent : Benjamin a tout dit.

Comment se construisent les compilations et les Mostla tapes ?

Laurent : On thésaurise les titres (on les passe parfois dans l'émission sur Radio Campus) et surtout on échange une bonne vingtaine de mails par jour avec nos coups de cœur. Les compilations se construisent donc au fil de l'eau, avec de multiples ajustements. Comme on ne promet rien à personne, et qu'on ne se met pas de deadline, ça peut changer au dernier moment... On essaie parfois aussi de pousser des groupes à faire des reprises, ou passer au chant en français.

Les Mostla tapes, c'est un peu différent, on lance des pistes chacun de son côté auprès d’artistes, de labels, de collectifs… On voit ensuite qui accepte de jouer le jeu, de "se plier à notre modèle" un peu particulier.

Benjamin : Au fil des écoutes, des découvertes, jour après jour, on se capte avec Laurent pour voir ce qu'on peut faire, quoi ou quand.

Vous lancez des pistes pour le futur ? Pour les prochains archéologues musicaux ?

Laurent : L'archéologie musicale du futur, oui, on espère bien y contribuer d'une façon ou d'une autre. Les groupes qu'on met en avant sont pour certains ceux dont nos enfants ressortiront les disques dans 10-15 ans en se disant qu'on écoutait des choses drôlement chouettes...

Benjamin : Oui, on s'est dit ça en souriant. Les rééditions sont à la mode, c'est souvent là qu'on y trouve les choses les plus intéressantes musicalement d'ailleurs. Les labels aiment bien déterrer les trucs bons et obscurs d'hier. On s'est donc dit qu'on pouvait s'attaquer aux traine-savates d'aujourd'hui – ce sont probablement les légendes de demain – et faciliter le travail des futurs Light in the Attic, Born Bad, ou Numero Group.

 

En savoir plus :
Le site officiel de La Souterraine
Le Tumblr de La Souterraine
Le Bandcamp de Mostla
Le Facebook de La Souterraine


Le Noise (Jérôme Gillet)         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 14 juillet 2024 : La grande parade

C'est l'heure de la grande parade et du tintouin pour faire semblant que tout va bien depuis 1789. Mais le feu d'articice culturel c'est sur Froggy que ca se passe et plus précisément à Avignon ! Pensez aussi à nous suivre sur nos réseaux sociaux.

Du côté de la musique :

"Postindustrial Hometown Blues" de Big Special
"That golden time" de Villagers
"La maladresse" de Leila Huissoud
quelques découvertes avec The Silver Lines, Inwoods, Djinn, Coeur Joie, Pop Crimes et ODA
et toujours :
"Les chants de l'aurore" de Alcest
quelques clips à découvrir : Dropdead Chaos, MATW, For the Hackers, Elias Dris, CXK
Festival Chauffer la Noirceur #32, nous y fumes avec Gogol Bordello, Glauque, Mike Love et quelques autres
"Shame" de Venice Bliss
"Locust land" de Bill MacKay
"Flash-back" de de Laurène Heistroffer Durantel
"Hommage à Nadia Boulanger" de Lola Descours
"All things shining" de Oh Hiroshima
"Deutche theatre Berlin trilogy" de PC Nackt et Nico van Wersch
"Le seum" de Resto Basket
"Times" de Seppuku
des festivals à venir : U Rock Party #3, Cooksound #13, La Guinguette Sonore #7
quelques clips : BEBLY - Lofofora - Chien Méchant - Wendy Pot - Cloud House - JMF Band
on termine la saison du Morceau Caché par "Émission 33 - Alt-J, The Dream, analyse par Alt-J"

Au théâtre :

Spéciale Avignon :
"Brisby (blasphème !)" au Théâtre du Train Bleu
"L'art de ne pas dire" au Théâtre La Factory, salle Tomasi
"Constellation Bobin Leprest" au Théâtre Le Verbe Fou
"Femme non rééducable" au Théâtre du Balcon
"Métanoïa, le présage du papillon" au Théâtre La Factory, Chapelle des Antonins
"Normal" à La Scala Provence
"Le poids des fourmis" au Théâtre La Manufacture
"Les enchanteurs" au Théâtre des Gémeaux
"Cyborg Experiments #1" au Théâtre La Factory
"Cet amour qui manque à tout amour" au Théâtre Chapau Rouge
"Rêveries" au Présence Pasteur, salle Jacques Fornier
"160 000 enfants" au Théâtre des Lilas
"Anne Chrsitine et Philippe" au Tiers lieu La Respelid'/Carmel
"Blanc de blanc" au Théâtre Transversal
"Classement sans suite" au Théâtre La Luna
et également toutes les chroniques par théâtre :
Le récapitulatif des tous les spectacles d'Avignon chroniqués chez Froggy

Cinéma avec :

"Saravah" de Pierre Barouh
"La récréation de juillet" de Pablo Cotten et Joseph Rozé

"El profesor" de Marie Alché & Benjamin Naishtat

"Six pieds sur terre" de Hakim Bensalah
"Nouveau monde" de Vincent Capello
et toujours :
"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine
"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein

Expos avec "Résistance" de l'artiste Ukrainien Pinhas Fishel, Pavillon Davioud

Lecture avec :

Nos polars de l'été :
"7m2" de Jussi Adler Olsen
"La meute" de Olivier Bal
"Les effacées" de Bernard Minier
"Norferville" de Franck Thilliez
et toujours :
"Délivrées" de Delilah S. Dawson
"Un autre eden" de James Lee Burke
"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 14 juillet 2024 : La grande parade
- 07 juillet 2024 : La culture, pour toujours
- 30 juin 2024 : En route pour Avignon
- 23 juin 2024 : Garder le cap !
           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=