Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Past Present Future - Various
Compilation du label Monopsone  (Monopsone Records)  janvier 2015

D’après Michel Houellebecq, un monopsone est un marché sur lequel un seul demandeur se trouve face à un grand nombre d'offreurs. C'est une situation relativement rare, qui est symétrique de celle, plus courante, du monopole dans lequel un seul offreur fait face à de nombreux demandeurs. Je suis un monopsone, chaque jour je suis face à une multitude de possibilités, on me demande d’écouter ce mec sorti de nulle part qui fait des chansons forcement sublimes dans sa chambre, ce groupe déjà culte parce qu’ils ont fait un concert devant cinq personnes, et pas de leur famille, dans un bar parisien, chaque jour on me demande de participer à un crowdfunding pour financer un album, un EP, un morceau, la confection d’un gâteau au yaourt, que sais-je. Je suis sollicité de toute part, assailli, je devrais chaque semaine m’enthousiasmer pour un nouveau buzz, pour un nouveau plan marketing, je ne suis plus auditeur, je suis une cible. Alors parfois la seule chose que je trouve à faire, c’est me réfugier dans le silence, ne plus rien écouter, juste le silence, juste le bruit de la ville.

Je sais que je ne suis pas seul dans ce cas, alors que parfois je rends les armes, certains ont encore la force de lutter, trouvent encore le moyen de résister face à ces musiques en boîte, à ces engouements autant disproportionnés qu’éphémères. Certains ne peuvent pas se résoudre au silence, non seulement leurs oreilles veulent de la bonne musique, mais en plus on ne les fera pas taire. C’est le cas du Label Monopsone.

Crée par Denis Frelat, au Mans, le label fête aujourd’hui ses quinze ans d’existence avec une compilation téléchargeable gratuitement, là où aurait pu s’attendre à un best of, le label nous offre de la fraîcheur, il nous offre son Past Present Future, c’est-à-dire des inédits, des avant-premières, des souvenirs d’épuisé. C’est tout le mal qu’on leur souhaite d’ailleurs que leurs disques soient épuisés et eux toujours en forme. Monopsone, c’est trente-six références, trente-six disques qui vous feront voir trente-six chandelles (désolé, j’étais obligé, j’ai un quota de vannes nulles à remplir pour chaque chronique, c’est contractuel).

On ne peut pas vraiment définir le style de musique que Monopsone représente, il n’a pas de spécialité, chaque disque est unique, c’est aussi cet éclectisme qui rend ce label si attachant. On sent que chaque disque a été fait par goût, par choix, par passion, pas parce qu’il rendre dans une case, pas parce qu’il va buzzer, "fonctionner", d’ailleurs les tirages sont souvent limités, pas tant pour créer une pseudo-spéculation de collectionneurs mais plus, je pense, pour ne pas mettre le label en péril. Ce n’est pas seulement des disques, de la musique, mais c’est aussi des objets, des beaux objets, coordonnés depuis quelques années par le talentueux photographe Stéphane Merveille aka le bien nommé. Chaque disque s’insère dans une sorte d’ensemble visuel, la collection Fragments, six EP en vinyle de Violens, Zaza, Epic45, The Declining Winter, Darko et Pan Aurora, est l’une des plus belles collections de disques qu’il m’a été donné de voir.

Monopsone, c’est le label de ceux que l’on aime mais qu’on n'y croyait plus. Combien avons-nous été à nous dire : "Qu’est-ce que j’aimerais un nouveau disque de I Love You But I’ve Chosen Darkness... d’Erik Arnaud... de Matthieu Malon". Et un jour, au détour d’un mail, d’une publication sur Facebook, la nouvelle tombe, ces artistes que l’on aime ont choisi un Label que l’on aime pour donner des nouvelles. Et quelles nouvelles !

Les albums de I Love You But I’ve Chosen Darkness et Matthieu Malon ont été, à juste titre, unanimement acclamés. Quant à L’Armure d’Erik Arnaud, c’est l’un des plus grands disques de chanson française de ces dix dernières années, je sais que ce n’est ni le moment, ni l’endroit pour en parler, et même si je dois radoter encore et encore, et même si je dois user du copier-coller plus que de raison, je ne le répèterai jamais assez : L’Armure d’Erik Arnaud est l’un des plus grands disques de chanson française de ces dix dernières années, L’Armure d’Erik Arnaud est l’un des plus grands disques de chanson française de ces dix dernières années.

Quinze ans, c’est l’âge bête, l’âge des possibles, et c’est fort possible que pour les années à venir, Monopsone nous prépare encore le meilleur, encore des disques qui nous vont droit au cœur, encore des disques d’une beauté rare, encore des chansons qui nous bouleversent. Pour fêter leur anniversaire, ils nous offrent un cadeau alors que c’est nous qui devrions remercier Monopsone d’être là, d’exister, de continuer le travail, de continuer à se battre pour nous.

Très bon anniversaire, merci pour le passé, merci pour le présent et merci pour l’avenir.

Ndla : Les plus attentifs d’entre vous auront remarqué que j’ai réussi l’exploit de parler d’un Label sans faire aucune comparaison avec Factory Records, ce qui est pour moi un exploit qui méritait d’être souligné.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Monopsone en concert à Erik Arnaud - Orso Jesenska - Matthieu Malon - Fontaine Wallace (dimanche 29 janvier 2017)
L'interview de Monopsone (février 2015)

En savoir plus :
Le site officiel de Monopsone
Le Soundcloud de Monopsone
Le Myspace de Monopsone
Le Facebook de Monopsone


sy!         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 13 août 2017 : Comme un air de Week End

Cette semaine, avec son pont du 15 août, va ressembler à un long week end qui se termine en beauté par le festival de La Route du Rock. Voici quand même quelques petites chroniques à lire à vos heures perdues, entre 2 averses ou 2 concerts, avant la plage, après la sieste...

Du côté de la musique :

"Soleil de Tokyo" de Imagho
Classique, vous avez dit classique ? autour de Igor Stravinsky et le Sacre du Printemps
"Cluster" de An Pierlé
EP de My Own Ghosts
"Un Renaud pour moi tout seul" de Monsieur Lune
et toujours :
"La vie sur les os" de Géraldine Torres
"Goodnight Rhonda Lee" de Nicole Atkins
"Oh, Sealand" de Oddfellow's Casino
"Every valley" de Public Service Broadcasting
"A Rift in Decorum : Live at the Village Vanguard" de Ambrose Akinmusire
"A new kind of freedom" de The Celtic Social Club
Youri Defrance et Jupiter & Okwess, ni vus ni connus mais à découvrir
Pondichery Bomb en session de la semaine
Interview de François Fleuret à propos de la Route Du Rock 2017
dernier petit tour du côté des Vieilles Charrues

Au théâtre :

les divertissements de l 'été :
"Les Faux British" au Théâtre Saint-Georges
"Un petit jeu sans conséquence" à la Comédie de Paris
"Le jardin d'Alphonse" au Théâtre Michel
"Mon meilleur copain" à la Comédie Caumartin
"Rupture à domicile" au Théâtre du Splendid
"Le Dindon" au Théâtre Le Lucernaire
"Oui !" au Café de la Gare
"Tout le monde peut se tromper" au Café de la Gare
"Et pendant ce temps Simone veille" à la Comédie Bastille
"Ceci n'est pas une comédie romantique" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
et à ne pas rater "L'écume des jours" au Théâtre de la Huchette

Exposition avec :

la dernière ligne droite pour "Karel Appel - L'Art est une fête !" au Musée d'Art moderne de la Ville de Paris

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Une femme douce" de Sergei Loznitsa
"Lumières d'été" deJean-Gabriel Périot
les chroniques des sorties de juillet

Lecture avec :

"L'ordre du jour" de Eric Vuillard
"La lanterne des morts" de Janine Boissard

Froggeek's Delight :

"Great Giana Sisters" histoire d'un jeu et d'un plagiat

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=