Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Past Present Future - Various
Compilation du label Monopsone  (Monopsone Records)  janvier 2015

D’après Michel Houellebecq, un monopsone est un marché sur lequel un seul demandeur se trouve face à un grand nombre d'offreurs. C'est une situation relativement rare, qui est symétrique de celle, plus courante, du monopole dans lequel un seul offreur fait face à de nombreux demandeurs. Je suis un monopsone, chaque jour je suis face à une multitude de possibilités, on me demande d’écouter ce mec sorti de nulle part qui fait des chansons forcement sublimes dans sa chambre, ce groupe déjà culte parce qu’ils ont fait un concert devant cinq personnes, et pas de leur famille, dans un bar parisien, chaque jour on me demande de participer à un crowdfunding pour financer un album, un EP, un morceau, la confection d’un gâteau au yaourt, que sais-je. Je suis sollicité de toute part, assailli, je devrais chaque semaine m’enthousiasmer pour un nouveau buzz, pour un nouveau plan marketing, je ne suis plus auditeur, je suis une cible. Alors parfois la seule chose que je trouve à faire, c’est me réfugier dans le silence, ne plus rien écouter, juste le silence, juste le bruit de la ville.

Je sais que je ne suis pas seul dans ce cas, alors que parfois je rends les armes, certains ont encore la force de lutter, trouvent encore le moyen de résister face à ces musiques en boîte, à ces engouements autant disproportionnés qu’éphémères. Certains ne peuvent pas se résoudre au silence, non seulement leurs oreilles veulent de la bonne musique, mais en plus on ne les fera pas taire. C’est le cas du Label Monopsone.

Crée par Denis Frelat, au Mans, le label fête aujourd’hui ses quinze ans d’existence avec une compilation téléchargeable gratuitement, là où aurait pu s’attendre à un best of, le label nous offre de la fraîcheur, il nous offre son Past Present Future, c’est-à-dire des inédits, des avant-premières, des souvenirs d’épuisé. C’est tout le mal qu’on leur souhaite d’ailleurs que leurs disques soient épuisés et eux toujours en forme. Monopsone, c’est trente-six références, trente-six disques qui vous feront voir trente-six chandelles (désolé, j’étais obligé, j’ai un quota de vannes nulles à remplir pour chaque chronique, c’est contractuel).

On ne peut pas vraiment définir le style de musique que Monopsone représente, il n’a pas de spécialité, chaque disque est unique, c’est aussi cet éclectisme qui rend ce label si attachant. On sent que chaque disque a été fait par goût, par choix, par passion, pas parce qu’il rendre dans une case, pas parce qu’il va buzzer, "fonctionner", d’ailleurs les tirages sont souvent limités, pas tant pour créer une pseudo-spéculation de collectionneurs mais plus, je pense, pour ne pas mettre le label en péril. Ce n’est pas seulement des disques, de la musique, mais c’est aussi des objets, des beaux objets, coordonnés depuis quelques années par le talentueux photographe Stéphane Merveille aka le bien nommé. Chaque disque s’insère dans une sorte d’ensemble visuel, la collection Fragments, six EP en vinyle de Violens, Zaza, Epic45, The Declining Winter, Darko et Pan Aurora, est l’une des plus belles collections de disques qu’il m’a été donné de voir.

Monopsone, c’est le label de ceux que l’on aime mais qu’on n'y croyait plus. Combien avons-nous été à nous dire : "Qu’est-ce que j’aimerais un nouveau disque de I Love You But I’ve Chosen Darkness... d’Erik Arnaud... de Matthieu Malon". Et un jour, au détour d’un mail, d’une publication sur Facebook, la nouvelle tombe, ces artistes que l’on aime ont choisi un Label que l’on aime pour donner des nouvelles. Et quelles nouvelles !

Les albums de I Love You But I’ve Chosen Darkness et Matthieu Malon ont été, à juste titre, unanimement acclamés. Quant à L’Armure d’Erik Arnaud, c’est l’un des plus grands disques de chanson française de ces dix dernières années, je sais que ce n’est ni le moment, ni l’endroit pour en parler, et même si je dois radoter encore et encore, et même si je dois user du copier-coller plus que de raison, je ne le répèterai jamais assez : L’Armure d’Erik Arnaud est l’un des plus grands disques de chanson française de ces dix dernières années, L’Armure d’Erik Arnaud est l’un des plus grands disques de chanson française de ces dix dernières années.

Quinze ans, c’est l’âge bête, l’âge des possibles, et c’est fort possible que pour les années à venir, Monopsone nous prépare encore le meilleur, encore des disques qui nous vont droit au cœur, encore des disques d’une beauté rare, encore des chansons qui nous bouleversent. Pour fêter leur anniversaire, ils nous offrent un cadeau alors que c’est nous qui devrions remercier Monopsone d’être là, d’exister, de continuer le travail, de continuer à se battre pour nous.

Très bon anniversaire, merci pour le passé, merci pour le présent et merci pour l’avenir.

Ndla : Les plus attentifs d’entre vous auront remarqué que j’ai réussi l’exploit de parler d’un Label sans faire aucune comparaison avec Factory Records, ce qui est pour moi un exploit qui méritait d’être souligné.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Monopsone en concert à Erik Arnaud - Orso Jesenska - Matthieu Malon - Fontaine Wallace (dimanche 29 janvier 2017)
L'interview de Monopsone (février 2015)

En savoir plus :
Le site officiel de Monopsone
Le Soundcloud de Monopsone
Le Myspace de Monopsone
Le Facebook de Monopsone


sy!         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 16 décembre 2018 : au pied du sapin

Dernière ligne droite avant Noël, les fêtes en famille, la fin d'année. Comme chaque année, nous vous accompagnerons jusqu'au bout de l'année avec nos suggestions culturelles, en espérant que vous y trouviez de quoi découvrir et faire découvrir. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Fantaisies stellaires" de Tara King Th. et Dominique Paturel
"Jettatura" de VCID
8 (Brisa Roché et Ray Bornéo) et Vestale Vestale avec Ray Bornéo, une sélection de EP thématique
Rencontre avec La Pietà autour de ses "Chapitres V et VI". Nous avons eu la chance de tourner une session 3 titres de La Pietà dont voici le magnifique premier titre "La Salle d'Attente"
"Mozart : Les trois dernières symphonies" de Mathieu Herzog & Ensemble Appassionato
"Carnaval Odyssey" de Dowdelin
"On the brighter side" de Karl Jannuska
"Sex on the beach EP" de Sapiens Sapiens
"Sweet exile" de They Call Me Rico & the Escape
et toujours :
"L'allégresse" de DaYtona
"C'est la vie" de Phosphorescent
"Oak leaf" de Raoul Vignal
"Karl Maria Von Weber : Symphonie N 1 & concertos" de l'Orchestre Victor Hugo, Jean François Verdier, Nicolas Baldeyrou, David Guerrier et Thomas Bloch
"City walk" de Adrien Chicot
"Tribute to an imaginary folk band" de Bedmakers
Rencontre avec Emma Solal, accompagnée d'une session acoustique aux couleurs de l'Italie
"Valdevaqueros" de Fred Nevché
"Chapitres V et VI" de La Pietà
"Parallel universe blues" de Papercuts

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Saison 1" au Théâtre de la Bastille
"Histoires naturelles" au Centquatre
"Chambre noire" au Carreau du Temple
"Métropole" au Théâtre La Reine Blanche
"Allers-Retours" au Lavoir Noderne Parisien
"Le Veau d'Or" à La Folie Théâtre
"Mais n'te promène donc pas toute nue !" à la Comédie de Picardie
"Le Bal des Philosophes" au Bal Blomet
"Europa (Esperanza)" au Lavoir Moderne Parisien
"Quoi de neuf Dolto ?" à La Folie Théâtre
"Que je t'aime !" au Théâtre Le Lucernaire
des reprises :
"Lisa et moi" au Théâtre Essaion
"Huis Clos" à la Comédie Saint Michel
"Mon meilleur copain" à la Comédie Caumartin
"Le Cabaret extraordinaire" à la Nouvelle Eve
"Carmen Flamenco" au Théâtre 13/Seine
et la chronique des autres spectacles de décembre

Exposition avec :

"Japon - Japonismes 1867-2018" au Musée des Arts Décoratifs

les films de la semaine :
"Basquait, un adolescent à New York" de Sara Driver
"The Happy Prince" de Rupert Everett
Oldies but Goodies avec "Singin in the rain (Chantons sous la pluie)" de Stanley Donen et Gene Kelly projeté dans le cadre du cycle "Comédies musicales" à la Cinémathèque française
et la chronique des autres sorties de décembre

Lecture avec :

"Chateau de femmes" de Jessica Shattuck
"Délivrez-nous du bien !" de Natacha Polony & Jean Michel Quatrepoint
"Hôtel Baden Baden" de Brigitte Glaser
"Idiss" de Robert Badinter
"La frivolité est une affaire sérieuse" de Frédéric Beigbeger
et toujours :
"Le coup d'état Macron, le Prince contre la nation" de Guillaume Larrivé
"Allez tous vous faire foutre" de Aidan Truhen
"Dialectique de la pop" de Agnès Gayraud
"Inconnu à cette adresse", "84, Charing cross road" et "Les heures silencieuses" de Kressmann Taylor, Helene Hanff et Gaëlle Josse
"Pierre Laval, un mystère français" de Renaud Meltz

Froggeek's Delight :

Le temps n'a pas de prise sur "Quantum Break" sur PC Windows et Xbox One

bientôt Noël... pensez aux cadeaux
"Assassin's Creed : Odyssey" sur PS4, XBOXONE, PC Windows
"Astrobot rescue mission" jeu en réalité virtuelle sur PS4
"Marvel's Spider-Man" en exclusivité sur PS4
"Shadow of the Tomb Raider" sur PS4, XBOXONE et PC
"Kingdom Come : Delivrance" sur PC, PS4 et XBOX

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 16 décembre 2018 : au pied du sapin
- 9 décembre 2018 : l'empire d'essence
- 2 décembre 2018 : Tout feu tout flamme
- 25 novembre 2018 : gilets jaunes et ciel gris
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=